3 journées d’actions contre les traités de libre échange et l’austérité

Par Zin TV

5 novembre 2015 par ZinTV

Développons la solidarité sans frontières, notre force réside dans un OXI ! Basta ! Enough ! Européen. Construisons une autre Europe maintenant !

Parce que l’austérité et la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
nous appauvrissent et détruisent nos droits sociaux, économiques et démocratiques ;
Parce que nous refusons la pauvreté et la précarité ;
Parce que les accords de libre-échange (TTIP, CETA, TISA, ACP, APE, TTP et autres) renforcent le pouvoir des multinationales et détruisent la planète et la démocratie ;
Parce que nous nous engageons contre le racisme et contre le sexisme ! ;
Parce que nous dénonçons la corruption et les paradis fiscaux Paradis fiscaux
Paradis fiscal
Territoire caractérisé par les cinq critères (non cumulatifs) suivants :
(a) l’opacité (via le secret bancaire ou un autre mécanisme comme les trusts) ;
(b) une fiscalité très basse, voire une imposition nulle pour les non-résidents ;
(c) des facilités législatives permettant de créer des sociétés écrans, sans aucune obligation pour les non-résidents d’avoir une activité réelle sur le territoire ;
(d) l’absence de coopération avec les administrations fiscales, douanières et/ou judiciaires des autres pays ;
(e) la faiblesse ou l’absence de régulation financière.

La Suisse, la City de Londres et le Luxembourg accueillent la majorité des capitaux placés dans les paradis fiscaux. Il y a bien sûr également les Iles Caïmans, les Iles anglo-normandes, Hong-Kong, et d’autres lieux exotiques. Les détenteurs de fortunes qui veulent échapper au fisc ou ceux qui veulent blanchir des capitaux qui proviennent d’activités criminelles sont directement aidés par les banques qui font « passer » les capitaux par une succession de paradis fiscaux. Les capitaux généralement sont d’abord placés en Suisse, à la City de Londres ou au Luxembourg, transitent ensuite par d’autres paradis fiscaux encore plus opaques afin de compliquer la tâche des autorités qui voudraient suivre leurs traces et finissent par réapparaître la plupart du temps à Genève, Zurich, Berne, Londres ou Luxembourg, d’où ils peuvent se rendre si nécessaires vers d’autres destinations.
 !

Voir également les articles :

Arrestation d’une équipe de ZIN TV lors de la manifestation contre le TTIP à Bruxelles

Compte rendu de la conférence européenne sur la dette du 16 octobre 2015