4e rencontre du réseau ICAN : une nouvelle étape de la convergence des campagnes d’audit

10 avril 2014 par CADTM international


Ces 28, 30 et 31 mars se rassemblait pour la 4e fois le réseau international des audits citoyens de la dette ICAN (International Citizen debt Audit Network), à Londres. La conférence « Life before debt » (La vie avant la dette) de Jubilee Debt Campaign était une occasion pour les membres du réseau de se retrouver et de discuter du renforcement de leurs campagnes respectives.

Une diversité confirmée

Les récits introductifs de la trentaine de délégués de 14 pays différents [1] ont confirmé la diversité d’expériences et de pratiques ayant cours au sein de nos différentes campagnes d’audit citoyen de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
. Certaines ont été lancées tout récemment, d’autres plus anciennes ont déjà mené à des résultats. Certaines se focalisent sur la recherche brute, d’autres sur l’éducation populaire. Certaines rassemblent quelques personnes, d’autres des centaines. Certaines se dédient principalement à un travail de lobbying, d’autres de mobilisation populaire.

Cette diversité de contextes et d’approches s’est également illustrée lors de la discussion ouverte sur le concept de dette illégitime Dette illégitime Comment on détermine une dette illégitime ?

4 moyens d’analyse

* La destination des fonds :
l’utilisation ne profite pas à la population, bénéficie à une personne ou un groupe.
* Les circonstances du contrat :
rapport de force en faveur du créditeur, débiteur mal ou pas informé, peuple pas d’accord.
* Les termes du contrat :
termes abusifs, taux usuraires...
* La conduite des créanciers :
connaissance des créanciers de l’illégitimité du prêt.
. En échos aux conclusions de la rencontre précédente de Thessaloniki en Grèce, nous avons rappelé que chaque campagne d’audit doit définir elle-même ce qu’est la dette illégitime, par la pratique de l’audit, et que ce concept est une notion politique en mouvement. On trouvera bientôt sur le site du réseau les différents documents de définition déjà produits par certains membres.

Un réseau à renforcer

Le réseau voit toujours plus de participation et de nombreuses initiatives d’audits citoyens, pour contrer l’austérité et le système dette, naissent ci et là. Il a toutefois été rappelé que c’est en inspiration aux luttes menées au Sud que ce réseau a été créé et qu’il a à ce jour un aspect européen plus qu’international. Ceci est logique vu la crise en cours en Europe et tous s’accordaient sur la très bonne nouvelle que représente cette convergence de différentes campagnes européennes œuvrant à déconstruire la dictature de la dette. Mais surtout, cette discussion ne fait que commencer et le réseau reste bien entendu ouvert à toute campagne d’audit citoyen.

Le deuxième constat a porté sur le fonctionnement du réseau lui-même. Ce réseau est déjà exceptionnel, mais un rien permettrait de mieux profiter du potentiel qu’il offre – ne serait-ce qu’en termes d’échanges d’informations et d’expériences. Pour ce faire, une équipe de communication (interne et externe) a été mise en place et planche déjà sur ses premières tâches. Dans les autres décisions concrètes, citons entre autres choses le lancement d’un audit de la Banque centrale européenne BCE
Banque centrale européenne
La Banque centrale européenne est une institution européenne basée à Francfort, créée en 1998. Les pays de la zone euro lui ont transféré leurs compétences en matières monétaires et son rôle officiel est d’assurer la stabilité des prix (lutter contre l’inflation) dans la dite zone.
Ses trois organes de décision (le conseil des gouverneurs, le directoire et le conseil général) sont tous composés de gouverneurs de banques centrales des pays membres et/ou de spécialistes « reconnus ». Ses statuts la veulent « indépendante » politiquement mais elle est directement influencée par le monde financier.
, la production de courts films de présentation de nos campagnes, ou encore l’appropriation de l’outil «  OCAx  » développé par la campagne espagnole et qui permet aux citoyen-ne-s de rassembler des données sur la dette de leurs localités, de les partager avec tous en ligne et d’interpeller leurs mandataires.

Part d’un mouvement plus large

Un des points les plus souvent soulignés lors de ces quatre jours est le fait que l’audit citoyen de la dette fait partie d’un mouvement bien plus large, qui se bat contre la dépossession de la majorité de la population au bénéfice du 1 % le plus riche et qui revendique une démocratie réelle. Nous l’avons vu au sein de la réunion interne d’ICAN avec des militant-e-s présent-e-s sur d’autres fronts et essayant toujours de faire converger les luttes. Nous l’avons également vu durant la conférence [2] du samedi « La vie avant la dette » où ICAN a présenté un panel et où la diversité de la vingtaine d’ateliers a de nouveau montré comment la dette est liée aux autres sphères de la vie, aux autres aspects d’une même lutte.

Les prochaines activités et mobilisations auxquelles les membres d’ICAN prendront part témoignent de cette interconnexion des thématiques, des luttes. Citons les processus Troïka Troïka Troïka : FMI, Commission européenne et Banque centrale européenne qui, ensemble, imposent au travers des prêts des mesures d’austérité aux pays en difficulté. Party ou Troïka Watch, l’Université des mouvements sociaux organisée par ATTAC en août, ou encore la semaine d’actions Action
Actions
Valeur mobilière émise par une société par actions. Ce titre représente une fraction du capital social. Il donne au titulaire (l’actionnaire) le droit notamment de recevoir une part des bénéfices distribués (le dividende) et de participer aux assemblées générales.
européenne du 15 au 25 mai et la semaine d’action contre les institutions financières internationales qui fêtent cette année leurs 70 ans en automne... Be there !

WE DON’T OWE, WE WON’T PAY !



Notes

[1Allemagne, Belgique, Colombie, Écosse, Espagne, États-Unis, France, Grèce, Irlande, Italie, Portugal, Royaume-Uni, Slovénie et Tunisie.

[2Lire l’article de Stephan Lindner « Est-il immoral de rembourser ? »