A Safi, une autre COP 22 organisée par la société civile marocaine

10 novembre par Nicolas Sersiron

Quelques jours avant la COP 22 de Marrakech, le soir du 3 novembre, des journalistes attentifs et des militants se serrent dans la très petite salle du groupe local de Safi pour assister à la conférence de presse de lancement de l’Alter COP 22, organisée par Attac/Cadtm Maroc. Si cette ville, au bord de l’Atlantique, à 150 km à l’est de Marrakech, a été choisie pour accueillir, le 4 et 5 novembre 2016, une réunion internationale sur le thème « changer le système pas le climat », ce n’est pas un hasard. Cette ville fut longtemps un port de pêche spécialisé dans la sardine avec des centaines de conserveries, employant des milliers de travailleuses-rs. Mais en raison de la surpêche internationale dans les eaux marocaines, des pollutions aériennes et surtout liquides d’eaux fortement polluées vidangées par un complexe chimique très proche, il ne reste que des bâtiments en majorité vides.

L’office chérifien des phosphates, l’OCP, est le propriétaire du centre industriel dédié à la production d’engrais. Le Maroc est un des premiers producteurs mondiaux de phosphate. Aucune tentative pour cesser, voire seulement atténuer ces rejets hyper polluants, n’est entreprise, malgré les injonctions de l’Europe. Selon les responsables, cela couterait trop cher de nettoyer les eaux rejetées. L’océan Atlantique, ce bien commun à tous les humains, ne pourra absorber toute cette pollution, la vie marine disparaitra dans une zone de plus en plus immense ainsi que sa capacité à capter le CO2. On peut voir, devant le complexe, des milliers de litres d’eaux verdâtres sortir en torrent d’un pipeline d’un mètre de diamètre, tomber dans la mer 24h sur 24. L’exportation des engrais est très rentable, elle est devenue un cheval de Troie pour le business marocain en Afrique : banques, chimie, extractivisme Extractivisme Modèle de développement basé sur l’exploitation des ressources naturelles, humaines et financières, guidé par la croyance en une nécessaire croissance économique. , téléphonie, etc. Convaincre les petits paysans africains que les engrais chimiques sont la solution à leurs problèmes de rendement et à la faim dans le monde, voire les déposséder de leurs terres, même si l’agriculture productiviste et chimique sera une catastrophe pour eux, est un business à gros profits. Nous sommes nombreux à le savoir et à dénoncer la NASAN (nouvelle alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition) poussée par Yara, grand producteur norvégien d’engrais azotés avec d’autres multinationales du secteur et aussi l’« Agriculture climato-intelligente », une nouvelle révolution verte à base d’engrais, de pesticides et de grosses machines, soutenue par la Banque mondiale Banque mondiale
BM
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) a été créée en juillet 1944 à Bretton Woods (États-Unis), à l’initiative de 45 pays réunis pour la première Conférence monétaire et financière des Nations unies. En 2011, 187 pays en étaient membres.

Créée en 1944 à Bretton Woods dans le cadre du nouveau système monétaire international, la Banque possède un capital apporté par les pays membres et surtout emprunte sur les marchés internationaux de capitaux. La Banque finance des projets sectoriels, publics ou privés, à destination des pays du Tiers Monde et de l’ex-bloc soviétique. Elle se compose des cinq filiales suivantes :
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD, 184 membres en 2003) octroie des prêts concernant de grands secteurs d’activité (agriculture et énergie), essentiellement aux pays à revenus intermédiaires.
L’Association internationale pour le développement (AID, ou IDA selon son appellation anglophone, 164 membres en 2003) s’est spécialisée dans l’octroi à très long terme (35 à 40 ans, dont 10 de grâce) de prêts à taux d’intérêt nuls ou très faibles à destination des pays les moins avancés (PMA).
La Société financière internationale (SFI) est la filiale de la Banque qui a en charge le financement d’entreprises ou d’institutions privées du Tiers Monde.
Enfin, le Centre international de règlements des différends relatifs aux investissements (CIRDI) gère les conflits d’intérêts tandis que l’Agence multilatérale de garantie des investissements (AMGI) cherche à favoriser l’investissement dans les PED. Avec l’accroissement de l’endettement, la Banque mondiale a, en accord avec le FMI, développé ses interventions dans une perspective macro-économique. Ainsi la Banque impose-t-elle de plus en plus la mise en place de politiques d’ajustement destinées à équilibrer la balance des paiements des pays lourdement endettés. La Banque ne se prive pas de « conseiller » les pays soumis à la thérapeutique du FMI sur la meilleure façon de réduire les déficits budgétaires, de mobiliser l’épargne interne, d’inciter les investisseurs étrangers à s’installer sur place, de libéraliser les changes et les prix. Enfin, la Banque participe financièrement à ces programmes en accordant aux pays qui suivent cette politique, des prêts d’ajustement structurel depuis 1982.

TYPES DE PRETS ACCORDES PAR LA BM :
1) Les prêts-projets : prêts classiques pour des centrales thermiques, le secteur pétrolier, les industries forestières, les projets agricoles, barrages, routes, distribution et assainissement de l’eau, etc.
2) Les prêts d’ajustement sectoriel qui s’adressent à un secteur entier d’une économie nationale : énergie, agriculture, industrie, etc.
3) Les prêts à des institutions qui servent à orienter les politiques de certaines institutions vers le commerce extérieur et à ouvrir la voie aux transnationales. Ils financent aussi la privatisation des services publics.
4) Les prêts d’ajustement structurel, censés atténuer la crise de la dette, qui favorisent invariablement une politique néo-libérale.
5) Les prêts pour lutter contre la pauvreté.
Site : http://www.banquemondiale.org
. Elles feront perdre à l’agriculture familiale et vivrière - qui nourrit encore 70 % des habitants de la planète avec des émissions de GES ultra faibles – ses territoires de vie et ses espaces de culture. De plus, l’agriculture productiviste et chimique est le premier émetteur mondial de GES à cause des transports d’intrants Intrants Éléments entrant dans la production d’un bien. En agriculture, les engrais, pesticides, herbicides sont des intrants destinés à améliorer la production. Pour se procurer les devises nécessaires au remboursement de la dette, les meilleurs intrants sont réservés aux cultures d’exportation, au détriment des cultures vivrières essentielles pour les populations. à travers terres et océans, des monocultures mécanisées de clones brevetés avides de pesticides et en conséquence, de la destruction de la matière organique des sols contenant de grandes quantités de carbone.

Pourtant le Maroc, qui reçoit la COP 22 en ce début novembre 2016 pour lutter contre le réchauffement climatique avec grands déballages, limousines noires et police à tous les coins de rue de Marrakech, est justement en train de construire une centrale électrique à charbon près de l’usine de phosphate avec un grand port en eau profonde. Le charbon arrivera par d’immenses vraquiers d’Afrique du Sud ou d’Australie. Le libre-échange débridé favorise le moins disant écologique, social et financier. Il est incompatible avec la lutte contre le réchauffement. 10 000 tonnes de charbon seront brulées chaque jour pour renforcer les capacités de production du complexe chimique de l’OCP à Safi. Des investisseurs étrangers, en prenant des parts importantes dans ces nouvelles installations, permettent au régime marocain d’augmenter sa production et ses exportations d’engrais et bien sûr les externalités négatives, pollutions diverses et désastre climatique. Si la finance n’a pas de frontière, la pollution non plus. La France qui recevait la COP 21 en décembre 2015, était à travers EDF, sa compagnie nationale, un des champions mondiaux de la production d’électricité avec du charbon, mais hors de ses frontières. Les décideurs de ces pays industrialisés réunis en grandes pompes au Maroc, pour ne rien faire contre le réchauffement climatique si cela devait réduire leurs profits, sont-ils venus nous faire une nouvelle représentation d’illusionnistes. Ou bien sont-ils atteints de schizophrénie, cette maladie psychique caractérisée par une perte de contact avec la réalité ? Ou alors sont-ils ensorcelés par leur surpuissance croyant que ni eux ni leurs enfants ne seront atteints par ces désastres, ou bien encore sont-ils tellement drogués aux profits qu’ils sont contraints de prendre leur dose chaque jour, quel qu’en soit les conséquences. Pire encore, ne sont-ils que de tristes cyniques ? Un peu, voire beaucoup de tout cela sans doute.

La société civile doit résister par tous les moyens si elle veut avoir une chance que les générations futures, nos enfants, survivent à leurs crimes. Réunis en colloque pendant deux jours, plus de cent cinquante militants étrangers et marocains, des intervenants d’Europe, d’Afrique, et d’Amérique du Nord, des personnes de la société civile sont venues pour entendre les conférences traduites dans 5 langues. Ils ont participé activement par leurs interventions et leur écoute attentive à cette résistance.


Auteur.e

Nicolas Sersiron

Ex-président du CADTM France, auteur du livre « Dette et extractivisme » Après des études de droit et de sciences politiques, il a été agriculteur-éleveur de montagne pendant dix ans. Dans les années 1990, il s’est investi dans l’association Survie aux côtés de François-Xavier Verschave (Françafrique) puis a créé Échanges non marchands avec Madagascar au début des années 2000. Il a écrit pour ’Le Sarkophage, Les Z’indignés, les Amis de la Terre, CQFD. Il donne régulièrement des conférences sur la dette.


Autres articles en français de Nicolas Sersiron (56)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50