Communiqué

ATTAC CADTM Maroc appelle à une plus large solidarité avec les luttes en cours au Maroc

11 juin par ATTAC/CADTM Maroc

Rabat, 11 juin 2017

Le Secrétariat national de l’association ATTAC Maroc, membre du réseau international du Comité pour l’abolition des dettes illégitimes (CADTM), s’est réuni le 4 juin 2017. Cette réunion, la première après notre sixième congrès national tenu au début mai dernier, se tient dans un contexte caractérisé par de nouvelles vagues de protestations populaires, initiées par celles qui ont éclaté dans la région du Rif depuis plus de sept mois, contre les politiques d’austérité, de marginalisation, d’exclusion et le bafouement de la dignité des citoyen-ne-s. Les membres du Secrétariat national ont souligné la légitimité des revendications qui mettent en lumière l’échec du modèle de développement qui impose aux populations les privatisations des services publics, la réduction des subventions aux produits de consommation de base, le manque d’emplois pour un nombre croissant de jeunes, la corruption et les injustices.

Le mouvement de protestation dans le Rif ouvre un autre épisode de la lutte du peuple marocain, après le recul relatif des luttes du Mouvement du 20 février qui avaient explosé en 2011. Il a réussi à mettre en échec toutes les tentatives de l’État pour le récupérer et criminaliser ses activistes. Les mensonges et la répression n’ont pas limité sa propagation à d’autres villes et villages du pays. À ce propos, nous condamnons les fausses accusations d’un journaliste à la solde à une chaîne satellite qui a déclaré que l’association ATTAC Maroc est derrière le mouvement du Rif. Nous affirmons notre détermination à soutenir les mobilisations en cours contre les mesures d’austérité alors qu’une petite minorité dominante et corrompue accapare les richesses du pays. Nous saluons fortement les formes d’auto-organisation concrétisées par des assemblées générales et des comités de coordination locaux dans toute la région du Rif. Nous continuerons à contribuer à l’éducation populaire afin de développer des alternatives aux choix néolibéraux dictés par les institutions financières internationales.

Les revendications des mouvements de protestation sociale dans le Rif, et partout au Maroc, pour la santé, l’éducation, l’emploi, la nourriture et le logement, doivent s’accompagner de la revendication de suspendre le remboursement d’une dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
publique illégitime qui représente 82 % du PIB PIB
Produit intérieur brut
Le PIB traduit la richesse totale produite sur un territoire donné, estimée par la somme des valeurs ajoutées.
Le Produit intérieur brut est un agrégat économique qui mesure la production totale sur un territoire donné, estimée par la somme des valeurs ajoutées. Cette mesure est notoirement incomplète ; elle ne tient pas compte, par exemple, de toutes les activités qui ne font pas l’objet d’un échange marchand. On appelle croissance économique la variation du PIB d’une période à l’autre.
et l’arrêt des accords de libre-échange qui aggravent la dépendance du pays. Aujourd’hui, l’État s’efforce d’éteindre les flammes des manifestations qui embrasent tous les coins du Maroc en imposant des punitions collectives, en encerclant toutes les zones du Rif, et en menant des assauts et des arrestations à grande échelle.

Nous appelons à une coordination des luttes et à une plus large solidarité pour soutenir les revendications des populations et leur aspiration à la dignité et à la justice sociale.

JPEG - 37.5 ko
Rabat, 11 juin 2017

Nous affirmons notre solidarité avec les luttes :
- des Rifain-e-s ;
- des populations dans le reste du Maroc en solidarité avec le Rif et pour des revendications locales ;
- des enseignants-stagiaires en grève de faim ;
- des infirmier-e-s ;
- contre les expropriations des terres et le pillage des ressources.

Nous condamnons :
- la répression et l’arrestation des activistes du mouvement de contestation populaire ;
- les harcèlements contre les organisations de lutte ;
- le refus des autorités d’accepter le dossier légal d’ATTAC Maroc pour le renouvellement de son secrétariat national élu par le dernier congrès national.

Nous exigeons :
- la libération des détenu-e-s et l’arrêt des poursuites contre les militant-e-s ;
- l’audit citoyen de la dette publique de notre pays et l’annulation de ses parties illégitimes, odieuses et illégales ;
- l’augmentation des budgets pour l’éducation et la santé et pour la création d’emplois stables ;
- l’arrêt de démantèlement de la caisse de compensation (subvention aux aliments de première nécessité).

Secrétariat national
Le 4 juin 2017.

JPEG - 99.8 ko
Rabat, 11 juin 2017

Auteur.e

ATTAC/CADTM Maroc

membre du réseau CADTM en bref : L’Association pour la Taxation des Transactions en Aide aux Citoyens au Maroc (ATTAC Maroc) a été créée en 2000. ATTAC Maroc est membre du réseau international du Comité pour l’annulation de la dette du tiers monde (CADTM) depuis 2006 (devenu Comité pour l’abolition des dettes illégitimes depuis juin 2016). Nous comptons 11 groupes locaux au Maroc. ATTAC veut être un réseau aidant à l’appropriation par les acteurs engagés dans l’activité sociale, associative, syndicale et plus largement militante des enjeux de la mondialisation sur les problématiques de résistance sociale et citoyenne. www.attacmaroc.org http://arabic.cadtm.org/

Adresse : n°140, rue Cadi Bribri Akkari 10000. Rabat. Maroc Email azikiomar2008@gmail.com Site Web attacmaroc.org Tel 00 212 6 61 17 30 39