Le réseau CADTM Afrique

Annulation de la dette publique des pays africains pour leur permettre de faire face à la pandémie Covid-19

Communiqué de Presse

12 avril par CADTM Afrique


(CC - Wikipedia)

Pour faire face aux besoins financiers nécessaires à la lutte urgente contre la pandémie de coronavirus, plusieurs appels pour l’annulation de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
publique ont été lancés par des mouvements sociaux en Amérique latine, en Afrique australe et du Nord, en Europe. Des responsables officiels en Afrique (ministres des finances africains, représentants de la CEMAC, les présidents du Sénégal et du Niger) ont eux aussi appelés à un moratoire Moratoire Situation dans laquelle une dette est gelée par le créancier, qui renonce à en exiger le paiement dans les délais convenus. Cependant, durant la période de moratoire, les intérêts continuent de courir. Un moratoire peut également être décidé par le débiteur, comme ce fut le cas de la Russie en 1998 et de l’Équateur en 1999. sur la dette de leurs pays. Avec leur hypocrisie habituelle, le groupe de la Banque mondiale Banque mondiale
BM
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) a été créée en juillet 1944 à Bretton Woods (États-Unis), à l’initiative de 45 pays réunis pour la première Conférence monétaire et financière des Nations unies. En 2011, 187 pays en étaient membres.

Créée en 1944 à Bretton Woods dans le cadre du nouveau système monétaire international, la Banque possède un capital apporté par les pays membres et surtout emprunte sur les marchés internationaux de capitaux. La Banque finance des projets sectoriels, publics ou privés, à destination des pays du Tiers Monde et de l’ex-bloc soviétique. Elle se compose des cinq filiales suivantes :
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD, 189 membres en 2017) octroie des prêts concernant de grands secteurs d’activité (agriculture et énergie), essentiellement aux pays à revenus intermédiaires.
L’Association internationale pour le développement (AID, ou IDA selon son appellation anglophone, 164 membres en 2003) s’est spécialisée dans l’octroi à très long terme (35 à 40 ans, dont 10 de grâce) de prêts à taux d’intérêt nuls ou très faibles à destination des pays les moins avancés (PMA).
La Société financière internationale (SFI) est la filiale de la Banque qui a en charge le financement d’entreprises ou d’institutions privées du Tiers Monde.
Enfin, le Centre international de règlements des différends relatifs aux investissements (CIRDI) gère les conflits d’intérêts tandis que l’Agence multilatérale de garantie des investissements (AMGI) cherche à favoriser l’investissement dans les PED. Avec l’accroissement de l’endettement, la Banque mondiale a, en accord avec le FMI, développé ses interventions dans une perspective macro-économique. Ainsi la Banque impose-t-elle de plus en plus la mise en place de politiques d’ajustement destinées à équilibrer la balance des paiements des pays lourdement endettés. La Banque ne se prive pas de « conseiller » les pays soumis à la thérapeutique du FMI sur la meilleure façon de réduire les déficits budgétaires, de mobiliser l’épargne interne, d’inciter les investisseurs étrangers à s’installer sur place, de libéraliser les changes et les prix. Enfin, la Banque participe financièrement à ces programmes en accordant aux pays qui suivent cette politique, des prêts d’ajustement structurel depuis 1982.

TYPES DE PRÊTS ACCORDÉS PAR LA BM :

1) Les prêts-projets : prêts classiques pour des centrales thermiques, le secteur pétrolier, les industries forestières, les projets agricoles, barrages, routes, distribution et assainissement de l’eau, etc.
2) Les prêts d’ajustement sectoriel qui s’adressent à un secteur entier d’une économie nationale : énergie, agriculture, industrie, etc.
3) Les prêts à des institutions qui servent à orienter les politiques de certaines institutions vers le commerce extérieur et à ouvrir la voie aux transnationales. Ils financent aussi la privatisation des services publics.
4) Les prêts d’ajustement structurel, censés atténuer la crise de la dette, qui favorisent invariablement une politique néo-libérale.
5) Les prêts pour lutter contre la pauvreté.
Site :
et du FMI FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 188 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus.
, ont exprimé des propos dans ce sens.

Dans notre continent, la catastrophe sanitaire vient s’ajouter aux foyers d’insécurité et à la précarité. La crainte la plus répandue est celle de la capacité des structures de santé publique de la région à faire face à une grosse propagation de la pandémie. La privatisation à outrance des services essentiels y compris celui de la santé publique a empêché les pays africains à respecter le ratio médecin population, sage-femme population, infirmier population, entrainant la dégradation du plateau technique des structures sanitaires, le non-respect de la distance réglementaire entre les citoyens et les structures de santé.

La situation sanitaire en Afrique est caractérisée par plusieurs facteurs limitant, notamment la faible couverture sanitaire et l’inégalité de répartition sur l’étendue du territoire ; l’insuffisance d’infrastructures et d’équipements ; un personnel sanitaire insuffisant et mal qualifié pour offrir des services de qualité ; le coût élevé des services par rapport au revenu moyen des populations.

Cette situation a comme conséquence un accès difficile des populations, particulièrement les femmes et les enfants, aux services de santé.

Les difficultés de lutte contre la propagation de la pandémie actuelle du Coronavirus (Covid-19) accentuent les faiblesses de plusieurs pays africains, déjà précarisées par le fardeau de la dette publique et les politiques d’austérité. La dette extérieure publique des pays africains a plus que doublé entre 2010 et 2018, passant de 160 milliards $US à 365,5 milliards $US. Cet endettement est imposé par les institutions financières internationales (BM et FMI) avec la complicité des classes dominantes dans nos pays.

La lutte contre la pandémie de Covid-19 crée un besoin urgent d’aider les pays pauvres qui sont particulièrement touchés par la pandémie. Donc, annuler l’ensemble des dettes extérieures des pays africains permettrait à ceux-ci de donner la priorité aux dépenses de santé, ainsi qu’à d’autres besoins immédiats dans cet environnement économique, caractérisé par de fortes baisses des revenus, des pertes de recettes et une augmentation des dépenses.

C’est pourquoi le CADTM Afrique, affirme que la voie sûre pour amorcer un modèle économique et social autocentré et basé sur la satisfaction des besoins des populations des pays du Sud passent de façon indispensable par l’annulation des dettes publiques. Un audit citoyen est aussi nécessaire pour identifier les parties illégitimes, odieuses et illégales et exiger leur répudiation. Dans la tourmente de la crise du coronavirus les populations doivent se mobiliser pour imposer à leurs gouvernements de décréter une décision unilatérale de suspension du paiement de la dette. Et pour appuyer leur acte souverain, ils peuvent recourir à plusieurs arguments dont l’état de nécessité, le changement fondamental de circonstance ou la force majeure.

Le CADTM Afrique revendique aussi :


Le Comité pour l’abolition des dettes illégitimes (CADTM) Réseau Afrique
Le Groupe de Coordination




CADTM Afrique

SECRETARIAT RESEAU CADTM AFRIQUE, CAD-Mali Djélibougou Rue : 326 Porte : 26 - BP. 2521 Bamako - Mali - Tél./Fax : 20 24 01 34 / E-mail : secretariatcadtmafrique chez gmail.com

Traduction(s)