5 octobre 2013 > 6 octobre 2013

Detroit, Michigan

À l’occasion du 5e anniversaire du plan de sauvetage bancaire de 700 milliards de dollars mis en place par l’État fédéral

Appel pour une Assemblée Internationale des Peuples contre les banques et contre l’austérité

Nous appelons |1| tous les militants qui se battent contre l’austérité imposée par les banquiers, ici et partout dans le monde, à se rassembler dans la ville de Detroit les 5 et 6 octobre 2013 et à rejoindre la population de cette ville en état de siège à l’occasion de la convocation de l’Assemblée Internationale des Peuples contre les banques et contre l’austérité. Ce rassemblement historique se tiendra à l’occasion du 5e anniversaire de la mise en place par l’État fédéral du plan de sauvetage bancaire de 700 milliards de dollars.

À l’intérieur des frontières des États-Unis, Detroit constitue l’épicentre de la guerre déclarée par les banques à la classe ouvrière. Les quartiers de Detroit ont été détruits et 237 000 résidents ont été expulsés de la ville du fait du racisme et des frauduleux montages de prêts hypothécaires. Les banques ont fait souscrire des subprimes Subprimes Crédits hypothécaires spéciaux développés à partir du milieu des années 2000, principalement aux États-Unis. Spéciaux car, à l’inverse des crédits « primes », ils sont destinés à des ménages à faibles revenus déjà fortement endettés et étaient donc plus risqués ; ils étaient ainsi également potentiellement plus (« sub ») rentables, avec des taux d’intérêts variables augmentant avec le temps ; la seule garantie reposant généralement sur l’hypothèque, le prêteur se remboursant alors par la vente de la maison en cas de non-remboursement. Ces crédits ont été titrisés - leurs risques ont été « dispersés » dans des produits financiers - et achetés en masse par les grandes banques, qui se sont retrouvées avec une quantité énorme de titres qui ne valaient plus rien lorsque la bulle spéculative immobilière a éclaté fin 2007.
Voir l’outil pédagogique « Le puzzle des subprimes »
et des emprunts prédateurs à 73 % des propriétaires immobiliers, avec pour résultat plus de 100 000 saisies au cours des 10 dernières années.

Après avoir détruit l’assiette d’imposition de la ville, les banques ont soumis la ville elle-même à ces emprunts prédateurs, comportant des swaps Swap
Swaps
Vient d’un mot anglais qui signifie « échange ». Un swap est donc un échange entre deux parties. Dans le domaine financier, il s’agit d’un échange de flux financiers : par exemple, j’échange un taux d’intérêt à court terme contre un taux à long terme moyennant une rémunération. Les swaps permettent de transférer certains risques afin de les sortir du bilan de la banque ou des autres sociétés financières qui les utilisent. Ces produits dérivés sont très utilisés dans le montage de produits dits structurés.
de taux d’intérêt Taux d'intérêt Quand A prête de l’argent à B, B rembourse le montant prêté par A (le capital), mais aussi une somme supplémentaire appelée intérêt, afin que A ait intérêt à effectuer cette opération financière. Le taux d’intérêt plus ou moins élevé sert à déterminer l’importance des intérêts.
Prenons un exemple très simple. Si A emprunte 100 millions de dollars sur 10 ans à un taux d’intérêt fixe de 5 %, il va rembourser la première année un dixième du capital emprunté initialement (10 millions de dollars) et 5 % du capital dû, soit 5millions de dollars, donc en tout 15millions de dollars. La seconde année, il rembourse encore un dixième du capital initial, mais les 5 % ne portent plus que sur 90 millions de dollars restants dus, soit 4,5 millions de dollars, donc en tout 14,5 millions de dollars. Et ainsi de suite jusqu’à la dixième année où il rembourse les derniers 10 millions de dollars, et 5 % de ces 10 millions de dollars restants, soit 0,5 millions de dollars, donc en tout 10,5 millions de dollars. Sur 10 ans, le remboursement total s’élèvera à 127,5 millions de dollars. En général, le remboursement du capital ne se fait pas en tranches égales. Les premières années, le remboursement porte surtout sur les intérêts, et la part du capital remboursé croît au fil des ans. Ainsi, en cas d’arrêt des remboursements, le capital restant dû est plus élevé…
Le taux d’intérêt nominal est le taux auquel l’emprunt est contracté. Le taux d’intérêt réel est le taux nominal diminué du taux d’inflation.
qui permettent aux banques de percevoir des intérêts à des taux 1 200 % plus élevés que le taux actuel des bons qui financent les villes |2|. La dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
exorbitante que les banques ont imposée à la ville a servi de prétexte au gouverneur du Michigan pour faire un coup d’état en privant de tous leurs pouvoirs les autorités élues de la communauté afro-américaine, et en désignant un administrateur d’urgence non élu – dont la mission, de par la loi, est de garantir aux banques le service de la dette Service de la dette Somme des intérêts et de l’amortissement du capital emprunté. .

Maintenant, le gouverneur et l’administrateur d’urgence ont précipité la ville dans la plus importante faillite de l’histoire des États-Unis et leurs cibles sont les pensions des employés de la ville, qui sont par ailleurs protégées par la constitution, ainsi que les services municipaux et les biens susceptibles d’être cédés. À l’inverse, les banquiers criminels sont considérés comme des « créanciers privilégiés », ce qui signifie qu’ils doivent être payés en priorité !

L’attaque contre Detroit vise à créer un précédent en matière d’attaque contre les retraites des employés du public dans tout le pays. Partout dans le pays, les villes et les États sont confrontés à des crises similaires en matière d’endettement du fait des pratiques criminelles des banques. Ces mêmes banques, en imposant 1 000 milliards de dollars de dette aux étudiants, ont déclaré la guerre à la jeunesse condamnée à porter ce fardeau tout le restant de sa vie. L’austérité qu’elles imposent se propage partout sur la planète, en Grèce, en Espagne, au Portugal, de l’Amérique latine à l’Asie en passant par l’Afrique.

Les communautés de couleurs sont les plus durement touchées par ces attaques. Même avant la prise de contrôle de Detroit, le gouverneur Snyder ciblait prioritairement la majorité noire de la ville et les circonscriptions scolaires telles que Benton Harbor, Flint, Pontiac et Highland Park. Inkster et Buena Vista sont sur le point de perdre en totalité leurs circonscriptions scolaires. Cela s’inscrit dans une montée du racisme dans tout le pays, illustrée par le verdict scandaleux du meurtre de Trayvon Martin |3|, des décisions de la Cour Suprême contre la loi sur le droit de vote, la discrimination positive |4| et l’expulsion de plus d’un million d’immigrants sans-papiers au cours de cinq dernières années.

La population de Detroit, la ville qui fut le centre des luttes et des rassemblements pour la libération des Noirs a besoin de la solidarité de la classe des travailleurs du monde entier pour repousser l’offensive menée actuellement.

Rejoignez-nous à Detroit le 5 octobre 2013 pour exiger :

Traduction de Patrick Saurin
Les notes sont du traducteur


Notes

|1| Appel accessible sur le site moratorium NOW !

|2| Aux États-Unis, les banques ont amené les collectivités à se financer au moyen d’un dispositif spéculatif, très rémunérateur pour les banques mais très risqué pour les villes et les États qui y ont recours. Les collectivités émettent des bons dans le cadre d’un montage spéculatif qui combine trois éléments clefs : des obligations à vue à taux variable (ou VRDBs : variable rate demand bonds), des lettres de crédit et un swap de taux d’intérêts.

|3| Trayvon Martin était un adolescent noir de 17 ans qui a été tué le 26 février 2012 par un homme blanc, George Zimmerman, qui effectuait une ronde de voisinage. Le 13 juillet 2013, malgré de nombreuses pétitions et manifestations, le tribunal a prononcé l’acquittement de George Zimmerman.

|4| Il s’agit d’une politique connue sous le nom d’affirmative action dont l’objectif est d’améliorer l’accès des minorités à différentes sphères de la vie sociale.

|5| Les charter schools ou « écoles à charte » sont des établissements scolaires privés sous contrats mais financés par des fonds publics et disposant d’une grande autonomie de fonctionnement.

Traduction(s)

À venir