BCE : Vous pouvez amener un cheval à l’eau mais…

18 septembre par Michael Roberts


Jeudi dernier (ndlr : le 12 septembre 2019), Mario Draghi, l’actuel chef de la Banque centrale européenne, qui devrait bientôt être remplacé par Christine Lagarde du FMI, a annoncé un cadeau de départ aux banques et aux marchés financiers. La BCE a décidé de réintroduire son programme d’achat d’obligations afin d’injecter encore des milliards de dollars dans les banques européennes afin de les persuader de prêter à l’industrie et de stimuler une croissance en retard.

Ce fut le retour du Quantitative Easing (QE) de la BCE BCE
Banque centrale européenne
La Banque centrale européenne est une institution européenne basée à Francfort, créée en 1998. Les pays de la zone euro lui ont transféré leurs compétences en matières monétaires et son rôle officiel est d’assurer la stabilité des prix (lutter contre l’inflation) dans la dite zone.
Ses trois organes de décision (le conseil des gouverneurs, le directoire et le conseil général) sont tous composés de gouverneurs de banques centrales des pays membres et/ou de spécialistes « reconnus ». Ses statuts la veulent « indépendante » politiquement mais elle est directement influencée par le monde financier.
. Mais cette fois, les achats de la BCE par mois ne devaient pas dépasser 20 milliards d’euros. Ce devait être pour toujours – QE to infinity ! En outre, la BCE achèterait non seulement les obligations Obligations
Obligation
Part d’un emprunt émis par une société ou une collectivité publique. Le détenteur de l’obligation, l’obligataire, a droit à un intérêt et au remboursement du montant souscrit. Il peut aussi, si la société est cotée, revendre son titre en bourse.
d’État italiennes, espagnoles, endettées, mais également des actifs Actif
Actifs
En général, le terme « actif » fait référence à un bien qui possède une valeur réalisable, ou qui peut générer des revenus. Dans le cas contraire, on parle de « passif », c’est-à-dire la partie du bilan composé des ressources dont dispose une entreprise (les capitaux propres apportés par les associés, les provisions pour risques et charges ainsi que les dettes).
beaucoup plus risqués, tels que les obligations de sociétés.

Draghi a également annoncé un nouveau système de taux d’intérêt Taux d'intérêt Quand A prête de l’argent à B, B rembourse le montant prêté par A (le capital), mais aussi une somme supplémentaire appelée intérêt, afin que A ait intérêt à effectuer cette opération financière. Le taux d’intérêt plus ou moins élevé sert à déterminer l’importance des intérêts.
Prenons un exemple très simple. Si A emprunte 100 millions de dollars sur 10 ans à un taux d’intérêt fixe de 5 %, il va rembourser la première année un dixième du capital emprunté initialement (10 millions de dollars) et 5 % du capital dû, soit 5millions de dollars, donc en tout 15millions de dollars. La seconde année, il rembourse encore un dixième du capital initial, mais les 5 % ne portent plus que sur 90 millions de dollars restants dus, soit 4,5 millions de dollars, donc en tout 14,5 millions de dollars. Et ainsi de suite jusqu’à la dixième année où il rembourse les derniers 10 millions de dollars, et 5 % de ces 10 millions de dollars restants, soit 0,5 millions de dollars, donc en tout 10,5 millions de dollars. Sur 10 ans, le remboursement total s’élèvera à 127,5 millions de dollars. En général, le remboursement du capital ne se fait pas en tranches égales. Les premières années, le remboursement porte surtout sur les intérêts, et la part du capital remboursé croît au fil des ans. Ainsi, en cas d’arrêt des remboursements, le capital restant dû est plus élevé…
Le taux d’intérêt nominal est le taux auquel l’emprunt est contracté. Le taux d’intérêt réel est le taux nominal diminué du taux d’inflation.
à deux niveaux pour les réserves de trésorerie des banques détenues par la banque centrale Banque centrale La banque centrale d’un pays gère la politique monétaire et détient le monopole de l’émission de la monnaie nationale. C’est auprès d’elle que les banques commerciales sont contraintes de s’approvisionner en monnaie, selon un prix d’approvisionnement déterminé par les taux directeurs de la banque centrale. . Ces réserves ont explosé lorsque les banques ont pris des liquidités Liquidité
Liquidités
Capitaux dont une économie ou une entreprise peut disposer à un instant T. Un manque de liquidités peut conduire une entreprise à la liquidation et une économie à la récession.
dans leurs achats d’obligations d’État, mais au lieu de les prêter à l’ensemble de l’économie, elles les ont simplement restituées à la banque centrale sous forme de dépôts.

La BCE a décidé que le taux d’intérêt devait être maintenu à zéro pour les réserves excédentaires, assurant ainsi que les banques ne pourraient pas perdre d’argent si elles étaient obligées d’offrir des taux négatifs à leurs emprunteurs. Les banques peuvent désormais également lever des fonds à des taux négatifs et les déposer auprès de la banque centrale jusqu’à six fois le montant de la réserve requise et obtenir un taux zéro, ce qui augmente leur rentabilité.

Cette idée à deux niveaux est considérée par certains économistes traditionnels comme révolutionnaire. En réalité, la BCE augmente les bénéfices des banques avec son propre capital sous risque. Les bénéfices des banques augmentent alors que la BCE achète des obligations d’État à des prix offrant des taux négatifs et que les banques disposant de réserves excédentaires importantes peuvent prêter à profit à celles qui disposent de faibles réserves. Mais cette mesure « révolutionnaire » est à peu près la dernière mesure désespérée d’une politique monétaire non conventionnelle.

Les monétaristes espèrent que l’amélioration de la rentabilité des banques conduira à une expansion des prêts aux entreprises et aux ménages et à sortir la zone euro de sa nouvelle dépression. Cela suppose que le problème réside dans le fait que les banques ne sont pas prêtes à prêter parce que cela ne leur est pas rentable. Mais est-ce la raison des faibles taux de croissance des prêts et des investissements ? Le problème ne réside pas dans l’offre de monnaie ou la rentabilité des banques, mais dans la demande de prêts. Personne ne veut emprunter pour investir ou dépenser, même à des taux nuls ou négatifs, car les recettes et les profits stagnent, l’inflation Inflation Hausse cumulative de l’ensemble des prix (par exemple, une hausse du prix du pétrole, entraînant à terme un réajustement des salaires à la hausse, puis la hausse d’autres prix, etc.). L’inflation implique une perte de valeur de l’argent puisqu’au fil du temps, il faut un montant supérieur pour se procurer une marchandise donné. Les politiques néolibérales cherchent en priorité à combattre l’inflation pour cette raison. et la croissance des salaires sont faibles et, surtout, le commerce d’exportation s’est effondré.

Vous pouvez amener un cheval à l’eau (et vous pouvez en faire un immense lac d’eau), mais vous ne pouvez pas le faire boire s’il n’a pas soif. Même les banquiers centraux, comme Draghi, admettent maintenant que la politique monétaire a échoué. Et même les partisans de la nouvelle politique révolutionnaire ne sont pas confiants : « Le double taux est le carburant monétaire. Contrairement aux taux négatifs standard, pour orienter les prévisions, ou QE, les effets marginaux de ces politiques sont de plus en plus puissants. Je ne suis pas convaincu que cette combinaison spécifique de mesures suffira à générer une demande suffisante pour créer une accélération de l’activité de la zone euro – mais cela aidera. » Eric Lonergan.

Le grand nouvel instrument pour sauver le capitalisme de la stagnation ou d’une nouvelle crise est la politique fiscale. « De plus en plus de gens disent que la politique monétaire ne peut pas être le seul jeu en ville, et si vous ne voulez pas de plus en plus de politique monétaire, le seul instrument qui reste est la politique fiscale », ancien membre du conseil d’administration de la BCE.

Draghi a appelé les gouvernements européens à agir, en particulier ceux disposant d’un « espace budgétaire », par exemple l’Allemagne, pour gérer ses déficits budgétaires et ses dépenses. Jusqu’à présent, l’Allemagne a été réticente à le faire. Mais s’il décide d’augmenter son budget, nous pourrons alors tester la solution keynésienne des récessions capitalistes. Je vais faire une prédiction : cela ne fonctionnera pas non plus.



Michael Roberts

a travaillé comme économiste à la Cité de Londres (La City) pendant plus de 30 ans. Il est l’auteur de plusieurs livres sur l’économie mondiale dont The Great Recession, The Long Depression and World in Crisis. Il tient également un blog : thenextrecession.wordpress.com

Traduction(s)