Communiqué de presse

BNP Paribas et Apple contre-ATTAC

16 janvier par CADTM


Laurent Grassin - flickr cc

À chaque fois c’est la même chose et, à force, on ne sait pas si on doit en rire ou s’en indigner. Après que BNP assigne en justice Nicole Briend, militante de l’association ATTAC, c’est la multinationale Apple qui lui emboîte le pas en attaquant l’organisation.

C’est que, malgré les faits avérés d’évasion fiscale qu’elles ont orchestrée, une série de banques et de multinationales ne semblent pas supporter la moindre action de contestation, même symbolique.

En effet, Nicole Briend est accusée de vol en réunion et de refus de donner ses empreintes à l’occasion d’une action en mars 2016 de fauchage… de chaises [1]. Un bien maigre butin pour cette banque qui, elle, est passée maître en matière de détournement et blanchiment d’argent ainsi que d’évasion fiscale, menés depuis des années en quasi impunité [2].

Apple demande, quant à elle, à la « justice » d’interdire aux membres d’ATTAC l’entrée dans ses magasins sous peine du paiement d’une astreinte de 150 000 euros. Elle ne semblait en effet pas avoir apprécié l’ambiance qu’avait pourtant mise l’association dans ses boutiques lors de la sortie du nouvel Iphone X [3].

À en croire Apple cetteaction judiciaire est tout à fait justifiée puisque, comme le souligne son porte-parole : « Nous avons accepté de rencontrer Attac pour écouter leur point de vue et leur faire part du nôtre. Même si nous ne partageons pas leur opinion, nous leur reconnaissons tout à fait le droit de l’exprimer. Cependant, les actions récentes d’Attac ont mis en péril la sécurité de nos clients et de nos employés et nous n’avons d’autre choix que d’en appeler à la police et aux tribunaux » [4]. Pourtant il n’était pas question dans ces actions d’exprimer un point de vue divergent, ni même d’essayer de convaincre Apple ou même BNP, mais « juste » d’en appeler à l’application de la loi, celle en matière fiscale, mais aussi de rappeler la condamnation par la Commission européenne à payer une amende de 13 milliards d’euros pour le manque à gagner suite à la grande évasion à l’impôt dans laquelle Apple est aux avant-postes.

Et oui, car ce sont bien les actions néfastes de BNP et Apple qui portent préjudice à la société, nous plongent dans l’insécurité et mettent nos vies en danger.

Aujourd’hui l’évasion fiscale représente 60 à 80 milliards d’euros de manque à gagner annuel pour le Trésor français [5] contraint de se tourner vers l’emprunt. La dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
publique s’en trouve ainsi gonflée et devient le prétexte aux politiques austéritaires : coupes dans nos soins de santé, notre sécurité sociale, nos manifestations culturelles… Et tout cela sans compter que BNP continue de financer allègrement la destruction de la terre via la production d’énergies fossiles.

Si nous espérons bien évidemment qu’ATTAC gagne ces procès, nous n’attendons plus grand-chose de cette justice où les bancs des accusés ne voient pas beaucoup passer de postérieurs de puissants.

De quelle justice parle-t-on ? De celle qui harcèle habitant-e-s des quartiers populaires ? De celle qui réprime et enferme les militant-e-s ? De celle qui s’acharne à faire condamner Raphaël Halet tout en reconnaissant sa contribution à l’intérêt général [6] ? De celle qui reconnaît le détournement de fonds couvert par Christine Lagarde mais l’exempte de peine [7] ?

Au pire complaisant.e.s, au mieux indifférent.e.s, les élu.e.s et les administrations publiques restent bras croisés devant évasion fiscale, endettement croissant, destructions environnementales…

Elles ne nous laissent pas d’autres choix que de nous en charger nous-mêmes. S’en occuper nous-mêmes, c’est ce qu’ATTAC fait depuis des années et c’est ce que, avec le soutien que nous pourrons lui apporter, elle continuera à faire.

Pour soutenir ATTAC et Nicole, nous vous invitons à :
- Signer cette pétition pour la relaxe de Nicole Briend
- Aller à Carpentras le 5 et 6 février 2018. Voir le programme
- Aller à Paris devant le TGI le 12 février 2018.



Notes

[1Pour comprendre en quoi consistent les actions de fauchage de chaises, voir : https://france.attac.org/actus-et-medias/les-videos/article/faucheurs-de-chaises

[2Ivan Du Roy et Rachel Knaebel, « Évasion fiscale, fraudes et manipulations : découvrez le casier judiciaire de votre banque », Bastamag !, février 2015.

[3Pour plus d’informations sur les différentesactions menées alors par ATTAC, voir : https://france.attac.org/actus-et-medias/dans-les-medias/article/revue-de-presse-attac-maintient-la-pression-sur-apple

[5« Rendez l’argent ! », rapport ATTAC, mars 2017.

[6Lire à ce propos nos communiqués , « Verdict Luxleaks : sortis de la zone grise mais pas pour autant blanchis », mars 2017 et « Affaire Luxleaks : signal positif de la Cour de cassation », janvier 2018.

[7Lire à ce propos notre communiqué « Procès Lagarde, la culpabilité version business class », décembre 2016.