Behind The Numbers - La nouvelle propagande de la Bourse

18 octobre 2015 par Olivier Bonfond , Elise Van Durme

CC - Flickr - Guillaume Bavière

A l’initiative d’un fond d’investissement privé, Treetop pour ne pas le citer, l’exposition Behind the Numbers (« Derrière les chiffres ») , nous propose de mieux comprendre l’univers de la Bourse Bourse La Bourse est l’endroit où sont émises les obligations et les actions. Une obligation est un titre d’emprunt (l’émetteur la vend à l’acheteur qui doit la rembourser à un taux et une échéance déterminés) et une action est un titre de propriété d’une entreprise. Les actions et les obligations peuvent être revendues et rachetées à souhait sur le marché secondaire de la Bourse (le marché primaire est l’endroit où les nouveaux titres sont émis pour la première fois). et son fonctionnement, jusqu’au 8 novembre à Bruxelles. Le volet historique ne manque pas d’intérêt. Quand on sait quelle responsabilité accablante endosse la Bourse dans la crise économique et sociale actuelle, il est intéressant d’observer quels moyens elle déploie pour, comme on peut le lire sur les panneaux de l’exposition, « réhabiliter son image ». Amateurs d’informations nuancées : s’abstenir. Dommage que cela se fasse à destination de publics scolaires et familiaux, avec la caution d’organes de presse dit de référence.

Sans la Bourse Bourse La Bourse est l’endroit où sont émises les obligations et les actions. Une obligation est un titre d’emprunt (l’émetteur la vend à l’acheteur qui doit la rembourser à un taux et une échéance déterminés) et une action est un titre de propriété d’une entreprise. Les actions et les obligations peuvent être revendues et rachetées à souhait sur le marché secondaire de la Bourse (le marché primaire est l’endroit où les nouveaux titres sont émis pour la première fois). , que serait-on ?

Au cours de la visite, on trouve des panneaux d’informations, illustrés de photos, et on peut visionner plusieurs animations vidéo ainsi qu’une capsule sur grand écran où sont interviewés Jacques Berghmans (Co-fondateur de TreeTop Asset Management) et Bruno Colmant (ex-président de la Bourse de Bruxelles et président du Belgian Finance Club). De la pédagogie et de la personnification, l’exposition n’en manque pas. La Bourse a ses héros… Le visiteur, venu s’informer sur le rôle de cette grande institution, ressortira avec les messages suivants : la Bourse se porte très bien ; le rendement des actions Action
Actions
Valeur mobilière émise par une société par actions. Ce titre représente une fraction du capital social. Il donne au titulaire (l’actionnaire) le droit notamment de recevoir une part des bénéfices distribués (le dividende) et de participer aux assemblées générales.
est historiquement imbattable ; il n’est pas raisonnable de laisser son argent sur un compte d’épargne qui a un rendement réel négatif ; il faut investir en Bourse, mais pour bien le faire, il est préférable de passer par l’expertise des fonds d’investissement Fonds d’investissement Les fonds d’investissement (private equity) ont pour objectif d’investir dans des sociétés qu’ils ont sélectionnées selon certains critères. Ils sont le plus souvent spécialisés suivant l’objectif de leur intervention : fonds de capital-risque, fonds de capital développement, fonds de LBO (voir infra) qui correspondent à des stades différents de maturité de l’entreprise.  ; Il ne faut pas avoir peur des crises financières car « elles ont une vertu régulatrice et sont liées à la nature humaine et au progrès humain ».

Cela donne furieusement envie d’ouvrir une salle d’expo sur le vrai visage de la Bourse, celle qui a provoqué la crise économique, la récession Récession Croissance négative de l’activité économique dans un pays ou une branche pendant au moins deux trimestres. , le chômage, les conséquences sociales et environnementales d’un investissement, les preuves irréfutables que les grandes institutions financières sont coupables de très graves délits : escroquerie en bande organisée, blanchiment d’argent, fraude fiscale à grande échelle, etc. Derrière les chiffres, en fait, il y a toujours les chiffres. Les grandes banques, les grandes compagnies d’assurance, les fonds de pension Fonds de pension Fonds d’investissement, appelé aussi fonds de retraite, qui a pour vocation de gérer un régime de retraite par capitalisation. Un fonds de pension est alimenté par l’épargne des salariés d’une ou plusieurs entreprises, épargne souvent complétée par l’entreprise ; il a pour mission de verser des pensions aux salariés adhérents du fonds. Les fonds de pension gèrent des capitaux très importants, qui sont généralement investis sur les marchés boursiers et financiers. ainsi que les fonds spéculatifs (hedge funds Hedge funds Les hedge funds, contrairement à leur nom qui signifie couverture, sont des fonds d’investissement non cotés à vocation spéculative, qui recherchent des rentabilités élevées et utilisent abondamment les produits dérivés, en particulier les options, et recourent fréquemment à l’effet de levier (voir supra). Les principaux hedge funds sont indépendants des banques, quoique fréquemment les banques se dotent elles-mêmes de hedge funds. Ceux-ci font partie du shadow banking à côté des SPV et des Money market funds.

Un Hedge funds (ou fonds spéculatif) est une institution d’investissement empruntant afin de spéculer sur les marchés financiers mondiaux. Plus un fonds aura la confiance du monde financier, plus il sera capable de prendre provisoirement le contrôle d’actifs dépassant de beaucoup la richesse de ses propriétaires. Les revenus d’un investisseur d’un Hedge funds dépendent de ses résultats, ce qui l’incite à prendre davantage de risques. Les Hedge funds ont joué un rôle d’éclaireur dans les dernières crises financières : spéculant à la baisse, ils persuadent le gros du bataillon (les zinzins des fonds de pension et autres compagnies d’assurance) de leur clairvoyance et crée ainsi une prophétie spéculative auto-réalisatrice.
) y pratiquent toutes sortes d’opérations hautement spéculatives afin de faire toujours plus de profit. Sur le marché des devises, où 5000 milliards de dollars s’échangent chaque jour, 98 % des opérations sont purement spéculatives, tandis que ces achats et ventes peuvent se faire sur quelques millièmes de secondes.

La Bourse n’est donc pas avant tout un « lieu de financement des entreprises et, par là, lieu de progrès ». Elle est surtout le lieu de toutes les spéculations, et cela handicape notre économie. Le 8 octobre 2015, John Bogle, gourou de la finance de Wall Street, démontrait, chiffre à l’appui, que les Bourses non seulement n’apportent rien à l’économie réelle, mais jouent le rôle de parasites et provoquent un gâchis considérable |1| ! Eric Domb, businessman wallon et patron du parc animalier de Pairi Daiza, déclarait récemment, après avoir réussi à se retirer de la Bourse : « Cela fait des années que je souhaite faire sortir mon entreprise de la Bourse. Je ressens en effet un vrai décalage entre les valeurs de Pairi Daiza et celles régissant le monde financier. Quitter la Bourse serait la meilleure manière de pérenniser l’âme de Pairi Daiza et ses valeurs |2| » ? Cela ne fait pas de lui un gauchiste révolutionnaire mais simplement un entrepreneur qui, dans ce cas, veut faire passer le projet et le développement de son entreprise avant la rémunération des actionnaires.

Après tout, il n’y a pas de quoi s’émouvoir, on ne devait pas s’attendre à autre chose de la part d’un fond d’investissement privé, qui se sert allègrement de l’expo pour inciter les citoyens à lui confier leur épargne. C’est davantage la couverture pédagogique qui est gênante. A ce titre, on peut également regretter la collaboration de Tempora (« spécialiste belge de la conception, réalisation, promotion et gestion d’expositions ») qui, censée inscrire sa démarche dans « la recherche de l’équilibre entre le ludique, l’esthétique et le respect rigoureux des acquis |3| », nous avait souvent proposés des expositions plus « équilibrées » en terme de contenu. Regrettable également que des grands médias d’information, comme par exemple Le Soir, De Morgen ou encore La RTBF Première, soutiennent cette initiative. Est-ce réellement le rôle des grands médias ayant pignon sur rue de participer à la transmission de telles valeurs ?

Sans elle, ce serait moins pire…

En 2007, Frédéric Lordon proposait une mesure intéressante pour mettre la Bourse au pas : le SLAM (shareholder limited authorized margin, ou marge actionnariale limite autorisée). En deux mots, cette mesure vise à bloquer le taux de rendement de l’action boursière à 7% grâce à un couperet fiscal |4|. En 2010, conscient de la pression de plus en plus destructrice que la Bourse exerce sur le monde du travail, Frédéric Lordon pose clairement la question de fermer les bourses en concluant : « Elle est une machine à fabriquer des fortunes (et de la misère). Et c’est tout. Bien sûr, pour ceux qui s’enrichissent, ça n’est pas négligeable. Mais pour tous les autres, ça commence à suffire |5|. » Irait-on mieux sans les Bourses ? Dans une exposition qui se veut pédagogique et à destination du grand public, il serait tout simplement salutaire d’au moins poser la question…


Notes

|1| Faljaoui Ahmid, « Wall Street : les révélations perturbantes d’un financier « repenti » », 8 octobre 2015, Levif.be

|2| La Libre Belgique, 11 septembre 2015, Par la Rédaction

|3| Voir tempora-expo.be

|4| LORDON Frédéric, « Enfin une mesure contre la démesure de la finance, le SLAM ! », février 2007

|5| LORDON Frédéric, « Et si on fermait la Bourse… », février 2010, Le Monde diplomatique

Auteur.e

Elise Van Durme

Intermittente dans le cinéma, ex-employée à l’exposition Behind the Numbers.