Bilan des tâches d’ATTAC CADTM Maroc pour le Secrétariat international partagé (SIP) du réseau CADTM 2016-2021

14 décembre 2021 par ATTAC/CADTM Maroc


Bilan présenté lors de l’Assemblée mondiale du réseau CADTM qui s’est déroulée à Dakar du 13 au 16 novembre 2021

 I- Introduction

Lors de l’Assemblée mondiale du réseau (AMR) du réseau international CADTM tenue à Liège (Belgique) en 2008, il a été décidé d’adopter l’alternance du Secrétariat international qui siège à Liège et œuvrer à son transfert dans un pays du Sud. L’association ATTAC CADTM Maroc a soumis sa candidature à l’AMR qui s’est tenue à Liège en novembre 2010. L’AMR a chargé ATTAC CADTM Maroc et CADTM Belgique en étroite coordination avec le CADTM Afrique de travailler pour faciliter le processus de transfert du secrétariat international dans un délai raisonnable, soit au moins trois ans à compter de cette date. Une experte externe, Françoise Mulfinger, experte en sciences de l’éducation et du développement, a été désignée pour accompagner l’avancement du processus et encadrer le rapport sur la faisabilité du transfert qui a été soumis à l’AMR suivante tenue en 2013 du CADTM.

Sur la base de ce travail de 3 ans, l’Assemblée mondiale du réseau CADTM, réunie à Bouznika (Maroc) du 19 au 22 mai 2013 a décidé la création d’un Secrétariat international partagé (SI partagé) qui est assuré par un tandem CADTM Belgique – ATTAC CADTM Maroc. Le mandat qui entrera en vigueur avant la fin de l’année 2014 est d’une durée de 4 ans avec possibilité de révision à mi-parcours en 2016 lors de la prochaine assemblée mondiale. http://www.cadtm.org/Motions-Amendements,9153

Un bilan d’étape concernant les tâches d’ATTAC CADTM Maroc dans le Secrétariat international partagé (SIP) a été présenté devant l’Assemblée mondiale du réseau (AMR) CADTM tenue du 27 au 30 avril 2016 à Tunis. Il a été complété par le rapport de l’experte externe Françoise Mulfinger sur l’évaluation globale du transfert du SIP depuis qu’il a été adopté par l’AMR en mai 2013 au Maroc. Les délégué-e-s à l’AMR ont approuvé à l’unanimité la réussite du SIP (ATTAC CADTM Maroc-CADTM Belgique) et sa reconduction pour un nouveau mandat jusqu’à la prochaine AMR qui s’est tenue en novembre 2021 à Dakar qui a reconduit à nouveau le SIP pour 5 ans, jusque 2026.


Tableau de la répartition des tâches du Secrétariat international partagé du CADTM

Tâches de ATTAC-CADTM MarocTâches du CADTM Belgique
Les prises de positions politiques, les déclarations et les communiqués de presse, les entretiens (interviews) engageant le mouvement du CADTM sur le plan international.
La formation internationale aux problématiques de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque africaine de développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds européen de développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
, des institutions internationales, des alternatives à la crise et au capitalisme patriarcal et productiviste
L’organisation des Assemblées Mondiales du Réseau
Les relations avec le processus du Forum social mondial, avec l’Assemblée mondiale des mouvements sociaux et différents partenaires mondiaux dont Globattac, ACME, Via campesina, la MMF Money Market Funds
MMF
Les Money Market Funds (MMF) sont des sociétés financières des États-Unis et d’Europe, très peu ou pas du contrôlées ni réglementées car elles n’ont pas de licence bancaire. Ils font partie du shadow banking. En théorie, les MMF mènent une politique prudente mais la réalité est bien différente. L’administration Obama envisage de les réglementer car, en cas de faillite d’un MMF, le risque de devoir utiliser des deniers publics pour les sauver est très élevé. Les MMF suscitent beaucoup d’inquiétude vu les fonds considérables qu’ils gèrent et la chute depuis 2008 de leur marge de profit. En 2012, les MMF états-uniens maniaient 2 700 milliards de dollars de fonds, contre 3 800 milliards en 2008. En tant que fonds d’investissement, les MMF collectent les capitaux des investisseurs (banques, fonds de pension…). Cette épargne est ensuite prêtée à très court terme, souvent au jour le jour, à des banques, des entreprises et des États.
Dans les années 2000, le financement par les MMF est devenu une composante importante du financement à court terme des banques. Parmi les principaux fonds, on trouve Prime Money Market Fund, créé par la principale banque des États-Unis JP.Morgan, qui gérait, en 2012, 115 milliards de dollars. La même année, Wells Fargo, la 4e banque aux États-Unis, gérait un MMF de 24 milliards de dollars. Goldman Sachs, la 5e banque, contrôlait un MMF de 25 milliards de dollars.
Sur le marché des MMF en euros, on trouve de nouveau des sociétés états-uniennes : JP.Morgan (avec 18 milliards d’euros), Black Rock (11,5 milliards), Goldman Sachs (10 milliards) et des européennes avec principalement BNP Paribas (7,4 milliards) et Deutsche Bank (11,3 milliards) toujours pour l’année 2012. Certains MMF opèrent également avec des livres sterling. Bien que Michel Barnier ait annoncé vouloir réglementer le secteur, jusqu’à aujourd’hui rien n’a été mis en place. Encore des déclarations d’intention...
1. L’agence de notation Moody’s a calculé que pendant la période 2007-2009, 62 MMF ont dû être sauvés de la faillite par les banques ou les fonds de pensions qui les avaient créés. Il s’est agi de 36 MMF opérant aux États-Unis et 26 en Europe, pour un coût total de 12,1 milliards de dollars. Entre 1980 et 2007, 146 MMF ont été sauvés par leurs sponsors. En 2010-2011, toujours selon Moody’s, 20 MMF ont été renfloués.
2 Cela montre à quel point ils peuvent mettre en danger la stabilité du système financier privé.
(avec un trio : ATTAC/CADTM Maroc, CADTM Belgique et
CADTM AYNA)
Rédaction du bulletin interne du réseau CADTM
Le renforcement des activités du CADTM en Afrique et particulièrement le développement de celles-ci en Afrique du Nord et au Moyen Orient La poursuite de la recherche de synergies en Europe, notamment la coordination Europe du CADTM – dont le CADTM Belgique fait partie – ainsi qu’avec les coordinations du CADTM d’Afrique, d’Amérique latine et Caraïbes- et avec l’Asie ;
Le site CADTM international en arabe https://arabic.cadtm.org/ (maintenance, développement, diffusion avec éventuellement un bulletin électronique en arabe) La gestion du site internet www.cadtm.org en FR (français), ESP (espagnol), EN (anglais) et PT (portugais)
Revue de l’association en langue arabe ainsi que la promotion d’articles de réflexion ainsi que la production et la diffusion d’ouvrages thématiques notamment en langue arabe, et la diffusion d’articles traduits vers l’arabe et de l’arabe vers le français. La préparation et la production de la revue du CADTM en FR et des bulletins électroniques en FR, en ESP et en EN
La recherche de financement pour les tâches assumées par ATTAC-CADTM Maroc dans le cadre du Secrétariat international partagé ainsi que la tenue de la comptabilité relative à ce financement et la prise en charge de toutes les responsabilités qui en découlent (rédaction des rapports d’exécution, sauvegarde de toutes les pièces justificatives et comptables…). Le CADTM Belgique apportera une aide à ATTAC-CADTM Maroc en visant à ce que cette dernière soit à même d’assumer entièrement cette responsabilité ; La publication d’ouvrages en FR, en EN et en ESP.

Le CADTM Belgique apportera un appui technique et méthodologique à ATTAC-CADTM
MAROC

 II- Le fonctionnement organisationnel de l’association ATTAC CADTM Maroc

ATTAC CADTM MAROC a tenu son sixième congrès national en mai 2017 et a élu un secrétariat national (organe exécutif de l’association qui se réunit tous les deux mois) composé de 9 membres dont 3 femmes. Fatima Zahra El Belghiti est la secrétaire générale. Le congrès se tient tous les 3 ans. La pandémie covid-19 n’a pas permis jusqu’à présent (novembre 2021) la tenue du 7e congrès.

Le travail d’ATTAC CADTM Maroc se base sur les groupes locaux de l’association qui se réunissent dans un Conseil national (haute instance de décision après le congrès national) tous les 4 mois. Le nombre de groupes actuel est de 10. Ils couvrent les grandes régions du Maroc.

Quatre commissions nationales sont mises en place : information, femmes, écologie et formation.

 III- Les thématiques de travail et de mobilisation d’ATTAC CADTM Maroc

Les tâches internationales attribuées au SIP- ATTAC CADTM Maroc s’intègrent avec ses tâches nationales de construction et d’implantation dans la vie politique et militante du pays.
Les thématiques de travail et de mobilisation d’ATTAC CADTM Maroc sont :

  • Pour l’abolition de la dette publique illégitime ;
  • Pour l’annulation des dettes privées illégitimes (microcrédit) ;
  • Contre les accords de libre-échange, accords coloniaux contre les peuples ;
  • Face à la crise écologique et climatique, construire les résistances et penser les alternatives ;
  • Pour la souveraineté alimentaire au Maroc ;
  • Pour un engagement féministe radical ;
  • La question migratoire ;
  • Contre le despotisme politique et pour la souveraineté populaire ;
  • L’insertion dans la dynamique mondiale des mouvements sociaux et du réseau CADTM International (tâches du SIP).

En 2020, ATTAC CADTM Maroc a fêté ses 20 ans. Elle a organisé plusieurs Wébinaires à dimensions national, régional et international pour présenter et partager son bilan sur les différentes thématiques citées ci-dessus : bilan général d’ATTAC CADTM Maroc (le 28 janvier 2021), l’engagement féministe (7 mars 2021), lutte contre la dette publique et privée (22 mars 2021), contre les accords de libre-échange (05 avril 2021), pour la souveraineté alimentaire (29 mai).

Elle a aussi publié ses livres sur son site https://attacmaroc.org/ et sur celui du Cadtm en arabe http://arabic.cadtm.org/. Voir plus loin la liste des livres et leurs liens.

Voir le bilan ATTAC CADTM Maroc : 20 ans de lutte pour un autre Maroc possible, un Maroc de justice sociale et environnementale, de dignité et de liberté, sur les liens suivants :

 IV- Bilan des tâches SIP – ATTAC CADTM Maroc 2016-2021

En plus des prises de positions politiques, les déclarations et les communiqués de presse engageant le CADTM International, ATTAC CADTM Maroc a contribué aux sessions de formation internationales sur les problématiques de la dette publique et privée, les institutions financières internationales, les alternatives à la crise du capitalisme patriarcal et productiviste.

A) Synergies avec les réseaux internationaux

Le Forum social mondial (FSM)

L’AMR du CADTM en avril 2016 à Tunis a adopté à l’unanimité une motion sur la participation au Forum Social Mondial : réduire fortement notre implication et au cas par cas le réseau CADTM jugera de ce que cela impliquera concrètement. Le Conseil international du CADTM se prononcera chaque fois sur l’attitude à prendre pour chaque session du Forum Social Mondial.

En effet, depuis sa 14e édition en Tunisie en 2015, le processus des forums sociaux mondiaux n’a pas été en mesure d’unifier toutes les résistances et toutes les initiatives à l’échelle mondiale.

ATTAC CADTM Maroc a participé à sa 15e édition à Montréal en 2016. Sa 16e édition a eu lieu au Brésil (Salvador de Bahia) en mars 2018.

Une édition virtuelle du Forum social mondial a été organisée en janvier 2021. ATTAC CADTM Maroc a participé à deux séminaires organisés à distance : un sur les luttes féministes et l’autre sur l’environnement.

Pour répondre à la crise du FSM, une initiative appelée Assemblée internationale des mouvements et organisations des peuples a été initiée en 2016 au Venezuela. Elle avait pour but de relancer un processus de coordination internationale pour impulser les luttes de masse et faire reculer l’impérialisme. Des rencontres continentales et régionales ont été organisées au cours de l’année 2017 afin de préparer cette Assemblée internationale. ATTAC CADTM Maroc a participé à la Rencontre des organisations populaires dans la région arabe en avril 2017 à Tunis et à la 2e Conférence panafricanisme en juillet 2017 à Tunis http://www.cadtm.org/2eme-Conference-Panafricanisme. L’Assemblée internationale des peuples a eu lieu au Venezuela en 2018, mais ATTAC CADTM Maroc a pris la décision de ne plus suivre ce processus.


GlobAttac

Global Attac ne fonctionne pas réellement en tant que réseau international et n’a pas de secrétariat pour le suivi. Il se réunit en marge des grandes rencontres militantes internationales. Il a mis en place une liste de diffusion internationale interne.

En mai 2019, ATTAC-Québec était à l’initiative d’une déclaration de soutien de GlobAttac aux prisonniers politiques faisant partie du Hirak du Rif (mouvement de protestation populaire de la région du Rif au Maroc) : https://www.quebec.attac.org/?soutien-de-groupes-attac-aux

GlobAttac a appelé à des propositions d’activités et participation aux mobilisation contre le sommet de G7 G7 Groupe informel réunissant : Allemagne, Canada, États-Unis, France, Grande-Bretagne, Italie, Japon. Leurs chefs d’État se réunissent chaque année généralement fin juin, début juillet. Le G7 s’est réuni la première fois en 1975 à l’initiative du président français, Valéry Giscard d’Estaing. réuni à Biarritz du 24 au 26 août 2019. ATTAC CADTM Maroc n’a pas pu participer.


La Marche mondiale des femmes

En mars 2018, la Coordination nationale de la Marche mondiale des femmes (MMF) est constituée au Maroc. ATTAC CADTM Maroc à travers sa commission femmes participe aux différentes réunions et activités de cette initiative. Elle consolide sa collaboration notamment par :

  • la diffusion au sein de notre réseau CADTM et au Maroc des analyses, réflexions et déclarations de la MMF, notamment par la traduction vers l’arabe de ses textes fondamentaux et déclarations conjoncturelles
  • la participation aux journées mondiales d’action promues par la MMF, dans le cadre d’alliances et de travail conjoint avec d’autres organisations sur le plan local, national et régional.


Campagne internationale contre l’impunité des multinationales

ATTAC CADTM MAROC a adhéré à la campagne internationale pour un Traité des peuples pour démanteler le pouvoir des multinationales et mettre fin à leur impunité https://www.stopcorporateimpunity.org/la-fin-de-limpunite-des-multinationales-est-proche/?lang=fr . Elle regroupe actuellement près de 300 d’organisations d’Amérique latine et Amérique du Nord, Afrique et Asie. Elle est à l’origine de la mise en place au sein du Comité des droits de l’homme de l’ONU d’un groupe de travail pour un traité contraignant concernant les multinationales, qui a tenu sa 3e session de travail en octobre 2017 https://www.cadtm.org/Pour-demanteler-le-pouvoir-des. Elle est également très active dans la dénonciation des violations des droits par les entreprises transnationales et les campagnes de solidarité. Elle se propose de créer un centre des peuples et ATTAC CADTM Maroc a été proposée pour être le référent pour le Maghreb en ce qui concerne les violations par les entreprises transnationales des droits humains, politiques, économiques et sociaux et environnementaux, ainsi que pour relayer les informations et les campagnes de solidarité avec les luttes qui pourraient se mener à ce sujet.


La Via Campesina (LVC)

Après dix-sept ans de lutte, LVC a obtenu une victoire très significative. Le 17 décembre 2018, à New York, la Soixante-treizième session de l’Assemblée générale des Nations Unies (AGNU 73) a adopté la Déclaration des Nations Unies sur les droits des paysans et autres personnes travaillant dans les zones rurales. Cette déclaration constitue un instrument juridique international, et la Via Campesina (LVC) et ses alliés se mobilisent pour soutenir les processus de mise en œuvre à niveau régional et national : https://viacampesina.org/fr/lassemblee-generale-des-nations-unies-adopte-enfin-la-declaration-des-droits-des-paysans-laccent-doit-etre-maintenant-mis-sur-sa-mise-en-œuvre/

Le livre sur la Déclaration des droits des paysans est publié par la fondation du Centre Europe – Tiers Monde (CETIM) : https://www.cetim.ch/product/declaration-de-lonu-droits-paysan-ne-s/

A travers le réseau nord-africain pour la souveraineté alimentaire qu’elle a initié avec d’autres organisations en juillet 2017 à Tunis, ATTAC CADTM Maroc développe des synergies avec les trois composantes de La Via Campesina dans la région MENA : l’Union des comités du travail agricole en Palestine, association « un million de femmes » en Tunisie, et la Fédération du secteur agricole au Maroc (FNSA/UMT).

Le réseau nord-africain pour la souveraineté alimentaire a adhéré à l’Alliance Africaine pour la souveraineté alimentaire en Afrique (AFSA) https://afsafrica.org/ dont la majorité des organisations sont membres de La Via Campesina (LVC).

La Via Campesina est présente en Afrique depuis 2004 et compte 18 membres dans 17 pays africains, voir liste https://viacampesina.org/fr/wp-content/uploads/sites/4/2018/03/List-of-members.pdf.

Le Secrétariat opérationnel international de LVC est hébergé depuis 2013 par le Forum des petits paysans agroécologiques (ZIMSOFF) au Zimbabwe. En 2022, il sera hébergé par la France.


B) Rencontres militantes internationales

En plus des universités du CADTM Belgique, ATTAC CADTM Maroc a participé à plusieurs activités et rencontres militantes internationales : universités européennes des mouvements sociaux, rencontres écosocialistes internationales, Tribunal Permanent des peuples sur les migrations, etc.

ATTAC CADTM Maroc a adhéré à l’Accord de Glasgow comme plateforme d’organisations et mouvements sociaux mondiaux pour la justice climatique en préparation au contre-sommet à COP 26 à Glasgow du 1er au 12 novembre 2021.


C) Renforcement et élargissement du CADTM en Afrique

1) Afrique du Nord et Moyen-Orient/Région arabe

La dette publique, le microcrédit, les accords de libre-échange et la souveraineté alimentaire

Les différentes activités à dimension régionale organisées par ATTAC CADTM Maroc depuis l’AMR du CADTM en 2016 ont été centrées sur la dette, le microcrédit, les accords de libre-échange et la souveraineté alimentaire. Elle a organisé de grandes activités :

Ces activités ont permis de tisser des synergies militantes avec plusieurs acteurs dans les mobilisations sociales que connait la région arabe MENA.

Elles ont abouti à la création en Égypte, du Réseau égyptien pour l’abolition de la dette et le droit à un développement équitable en 2018 (ENADED) http://www.cadtm.org/Le-reseau-egyptien-pour-l.

En Tunisie, RAID ATTAC CADTM Tunisie a réussi à remettre le projet de loi de la commission d’audit dans l’ordre du jour des réunions de la Commission de finance (réunion du 26 juillet 2018) au sein de l’Assemblée des représentants du peuple (Parlement tunisien). https://www.cadtm.org/Le-reseau-CADTM-soutient-la

RAID ATTAC CADTM Tunisie a publié en arabe un livre sur le micro crédit.

La crise épidémique, survenue en mars de 2020, a stoppé la deuxième vague du processus révolutionnaire dans la région MENA/région arabe qui a été déclenchée notamment au Soudan (décembre 2018), au Liban et en Irak (octobre et novembre 2019), mais aussi en Algérie, parallèlement à la commémoration du premier anniversaire du début du Hirak (février 2019). Comme partout dans le monde, les différents régimes et gouvernements dans les pays de la région ont pris des mesures pour aider les banques et les grandes entreprises. La classe ouvrière, les petits producteurs et les couches pauvres de la population supportent le fardeau de la crise économique et sanitaire. Pour les IFI et les classes dirigeantes de nos pays, l’endettement reste le levier principal de ces politiques néolibérales. Ces dernières sont accompagnées d’un durcissement de la répression, de la criminalisation des luttes sociales, de la violation des libertés publiques et du harcèlement des voix opposantes comme pour le cas d’Omar Radi, militant d’ATTAC CADTM Maroc, incarcéré le 29 juillet 2020 et condamné à 6 ans de prison ferme. https://www.cadtm.org/Nous-ne-sommes-pas-dupes-Solidarite-avec-Omar-Radi-Liberte . Voir aussi plusieurs articles et actions de solidarité avec Omar Radi sur les sites https://attacmaroc.org/ et https://www.cadtm.org/

ATTAC CADTM Maroc a initié avec d’autres organisations dans la région un appel pour l’annulation de la dette et l’abandon des accords de "libre-échange https://www.cadtm.org/Appel-des-peuples-organisations-mouvements-et-reseaux-militants-d-Afrique-du. Pour faire face à la pandémie du Coronavirus et à ses graves conséquences sur les populations de la région de l’Afrique du nord et Moyen orient/région arabe, il est nécessaire de rompre avec ces deux outils de domination impérialiste que sont l’endettement et les accords de « libre-échange ».

Cet appel lancé le 28 avril 2020 et traduit en 10 langues a été signé par plus de 120 associations, organisations et réseaux de Mauritanie, du Maroc, d’Algérie, de Tunisie, d’Égypte, au Soudan, de Palestine, du Liban, de Jordanie et d’Iraq. Il a également été soutenu par plus de 100 associations, organisations et réseaux d’Afrique, d’Asie, d’Europe et d’Amérique latine.

Une liste de diffusion interne comprenant les emails de toutes les organisations qui ont signé notre appel pour l’abolition de la dette et des accords de libre-échange a été mise en place.

Un premier Webinaire a été organisé le 25 juin 2020 pour présenter les résultats de la campagne de signatures de l’appel et les prochaines étapes de l’initiative. Un exposé sur la situation de la dette dans la région arabe est présenté par Omar Aziki d’ATTAC CADTM Maroc ainsi que la revendication de l’audit de la dette en vue de l’abolir. La deuxième intervention était de Imane Louati de l’Observatoire Tunisien de l’économie sur les accords de libre-échange, leurs objectifs et l’état d’avancement des négociations dans quelques pays de la région (Accord de libre-échange complet et approfondi ALECA pour la Tunisie et le Maroc). Le Webinaire a eu un grand écho et a été publié par des sites de presse dans la région.

Dans le cadre de la semaine mondiale d’action pour l’annulation de la dette (10-17 octobre 2020), un deuxième Webinaire a été organisé le 17 octobre 2020 sur la situation de la dette dans la région MENA et les alternatives avec des intervenant·e·s du Maroc, Tunisie, et du Liban.

Cette action contre la dette dans la région MENA est intégrée à d’autres initiatives en Afrique et à l’échelle internationale.


Le microcrédit

La pandémie de Coronavirus et les conditions du confinement aggravent la situation des victimes du système dette et du microcrédit. Les institutions de la microfinance ne cessent de harceler les victimes en essayant de leur imposer de nouveaux prêts pour rééchelonner leur endettement. Les victimes vivent une situation d’angoisse alors que dans leur grande majorité ils et elles ont perdu leur revenu. A partir de fin mars 2020, ATTAC CADTM Maroc a organisé une campagne de sensibilisation pour exiger un report de paiement des échéances des microcrédits pour une durée minimale de 6 mois renouvelable avec exonération de tous les intérêts https://bit.ly/35519PW.

ATTAC CADTM Maroc essaye par un effort éducatif et militant et un engagement de solidarité de renforcer la confiance des victimes dans leur capacité collective de lutte contre le microcrédit si elles s’organisent dans une structure nationale.


La Souveraineté alimentaire

Réseau Nord-africain pour la souveraineté alimentaire

Le Réseau Nord-africain pour la souveraineté alimentaire (RENASA) a été initié en juillet 2017 à Tunis par ATTAC CADTM Maroc et des organisations d’Égypte, de Tunisie, d’Algérie et du Maroc. Une autre assemblée générale du RENASA a été tenue à Agadir au Maroc les 7,8 et 9 décembre 2018 http://www.cadtm.org/Declaration-finale-de-la-premiere-Assemblee-du-Reseau-d-Afrique-du-Nord-pour-la

ATTAC CADTM Maroc est membre du secrétariat régional du RENASA qui se réunit en moyenne tous les deux mois.

Le RENASA a créé un site en 3 langues (arabe, français et anglais) : https://siyada.org/ (Siyada signifie souveraineté en arabe).

Le réseau édite une revue Siyada (souveraineté).

Le RENASA a initié des projets d’études sur la souveraineté alimentaire en Tunisie, au Maroc et en Égypte qui sont publiées sur son site. Il a aussi organisé des activités régionales en présentiel (décembre 2019) et des webinaires en période de pandémie : sur la pandémie Corona et la nécessité de lutte pour la souveraineté sur les ressources et l’alimentation de nos peuples le 21 avril 2020 et sur la pandémie Corona et la situation des petits marins pêcheurs dans la région MENA et la Palestine le 30 mai 2020.

Le RENASA prépare son Assemblée générale qui se tiendra en présentielle en décembre 2021 à Tunis.

Membre de l’Alliance Africaine pour la souveraineté alimentaire en Afrique (AFSA), le RENASA a également demandé son adhésion au réseau CADTM. Cette adhésion est approuvée par l’Assemblée générale du CADTM Afrique tenue le 12 novembre 2021 à Dakar et puis par l’Assemblée mondiale du réseau CADTM tenue du 13 au 16 novembre 2021 à Dakar.


Université populaire d’éducation politique sur les questions de justice sociale et environnementale

ATTAC CADTM Maroc est engagé en partenariat avec l’Observatoire tunisien de l’économie (OTE) dans le projet de « l’Université populaire d’éducation politique sur les questions de justice sociale et environnementale » qui consiste à accompagner les jeunes générations en lutte dans la région MENA/arabe, leur donner la formation nécessaire sur les principales thématiques dans leurs pays comme la dette, les accords de libre-échange, l’extractivisme Extractivisme Modèle de développement basé sur l’exploitation des ressources naturelles, humaines et financières, guidé par la croyance en une nécessaire croissance économique. , les femmes, etc. et animer leur réflexion sur les alternatives.

La première session de l’université a été tenue à Tunis du 18 au 28 juillet 2019. Environ 34 personnes ont bénéficié de cette formation dont la majorité sont des jeunes représentant-e-s des mouvements sociaux réellement combatifs, venants du Maroc, de Tunisie, d’Algérie et d’Égypte.

Parmi les thèmes traités, les politiques néocoloniales dans la région arabe, dont le système dette, l’extractivisme, la souveraineté alimentaire, la lutte féministe, le processus révolutionnaire dans la région arabe.

Les discussions ont été très riches et le bilan global de l’université est très positif.

La deuxième édition 2021 de l’université a été organisée en ligne :

  • Session de formation 1 : 21 mars 2021 sur la thématique du capitalisme et la pandémie.
  • Session 2 : 10 avril 2021, bilan des dix ans des soulèvements populaires dans la région.
  • Session 3 : 27 juin 2021, dette et accords de libre-échange.

Quatorze (14) participant.e.s venu.e.s du Maroc, d’Algérie, de la Tunisie, de la Mauritanie et de l’Égypte, dont la moitié étaient des jeunes femmes, ont suivi ces formations. Ce sont des jeunes militant·e·s engagé·e·s dans des organisations syndicales, associatives, des coordinations de lutte contre la privatisation de l’éducation, et des jeunes chercheurs travaillant sur les thématiques de la justice sociale et environnementale.

Des vidéos pédagogiques et de vulgarisation sont en cours de réalisation.


Le camp d’été de jeunes à dimension maghrébine

Un camp de jeunes à dimension maghrébine a été organisé par d’ATTAC CADTM Maroc du 24 au 30 août 2019 à Agadir afin de consolider les liens déjà tissés et partager les expériences. Ont participé de la région, une jeune palestinienne de l’organisation paysanne, l’Union des comités du travail agricole UAWC et une jeune algérienne activiste du Parti Socialiste des Travailleurs.


Synergie avec d’autres réseaux dans la région MENA

En plus de La Via Campesina/MENA, ATTAC CADTM Maroc est en synergie avec d’autres réseaux thématiques dans la région comme le Forum arabe du droit à l’eau et le Réseau arabe du droit à la terre et au logement.


2) Afrique subsaharienne

ATTAC CADTM Maroc est membre de la Coordination Afrique du réseau CADTM. Elle a contribué aux différentes activités et à la réalisation du programme d’action du CADTM Afrique (2018-2021) qui a tracé un planning de formations pour les organisations du réseau CADTM dans le continent africain et de leurs alliés sur les dettes illégitimes, leurs impacts et les alternatives.


3) Afrique de l’Est

Après une première formation réussie sur l’audit des dettes au Kenya qui s’est tenue à Nairobi en février 2017, le CADTM a organisé, du 29 au 30 juillet 2018 à Nairobi, une deuxième formation pour les mouvements sociaux kenyans. Il a tenu également une rencontre Afrique de l’Est sur la dette avec des militants venus du Burundi, de Tanzanie, d’Ouganda et du Kenya https://www.cadtm.org/CADTM-successfully-holds-Citizen-Debt-Audit-Training-in-Nairobi

A l’issue de cette formation, le « Mouvement social du Kenya pour l’abolition de la dette illégitime Dette illégitime C’est une dette contractée par les autorités publiques afin de favoriser les intérêts d’une minorité privilégiée.

Comment on détermine une dette illégitime ?

4 moyens d’analyse

* La destination des fonds :
l’utilisation ne profite pas à la population, bénéficie à une personne ou un groupe.
* Les circonstances du contrat :
rapport de force en faveur du créditeur, débiteur mal ou pas informé, peuple pas d’accord.
* Les termes du contrat :
termes abusifs, taux usuraires...
* La conduite des créanciers :
connaissance des créanciers de l’illégitimité du prêt.
 » a demandé son adhésion au réseau CADTM. Cette adhésion est approuvée par l’Assemblée générale du CADTM Afrique tenue le 12 novembre 2021 à Dakar et puis par l’Assemblée mondiale du réseau CADTM tenue du 13 au 16 novembre 2021 à Dakar.

Le secrétariat international partagé du CADTM (Fatima Zahra El Belghiti et Jawad Moustakbal d’ATTAC CADTM Maroc) et Sushovan Dhar de l’Inde en coordination avec les camarades de KPL (the Kenyan Peasants League) a organisé la troisième rencontre de formation sur la dette et l’audit à Nairobi au Kenya entre le 7 et le 9 février 2020. Ont participés à cette rencontre les militant.s.es de Kenya,de la Tanzanie, de l’Ouganda. https://www.cadtm.org/Mobilisation-contre-les-dettes-illegitimes-en-Afrique-de-l-Est

Une réunion a été organisée le 13 janvier 2021 par le Kenya Debt Abolition Network, mouvement social d’individus et d’organisations kenyans dont l’objectif principal est d’appeler à l’abolition des dettes illégales, illégitimes et odieuses du Kenya, dans le contexte de l’augmentation de la dette souveraine kenyane qui a maintenant atteint un niveau de crise et est tout simplement devenue insoutenable. https://www.cadtm.org/Kenyan-activists-raise-questions-about-debt


4) Afrique du Sud

À l’occasion d’une réunion des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), plusieurs organisations, dont le CADTM International, se sont associées pour organiser une rencontre alternative intitulée « BRICS from below » qu’on pourrait traduire par « BRICS par en bas ». Voir les Comptes-rendus de la mission du CADTM international en Afrique du Sud du 31 mars au 12 avril 2019 envoyés par Éric Toussaint :

Synergie avec Womin

Le CADTM Afrique a développé, à partir de 2020, une grande synergie militante avec Womin, qui est un collectif de femmes qui vise à construire un mouvement féministe contre l’extractivisme et pour une Afrique dans laquelle toutes les femmes peuvent exercer un contrôle total sur leur corps et sur leurs choix de développement. Womin intervient dans 13 pays africains notamment en Afrique australe. https://womin.africa/fr/

En février 2021, le CADTM Afrique, SIP-ATTAC CADTM Maroc et Womin ont collaboré très activement pour un appel d’annulation de la dette publique et privée en Afrique : https://www.cadtm.org/Soutenez-les-Africains-pour-Annuler-la-dette

Ils ont aussi collaboré sur la nécessité d’un nouveau panafricanisme plus radical.

Womin est en processus d’adhésion au réseau CADTM. Il a participé à l’Assemblée générale du CADTM Afrique tenue le 12 novembre 2021 à Dakar et à l’Assemblée mondiale du réseau CADTM tenue du 13 au 16 novembre 2021 à Dakar. L’AMR a donné le mandat au Secrétariat international partagé du CADTM pour concrétiser cette adhésion.

 V- Gestion des deux sites arabic.cadtm.org et attacmaroc.org et leurs pages Facebook

La diffusion des analyses du CADTM en langue arabe est très importante à la fois dans le cadre du développement de son réseau dans la région MENA/région arabe, mais également pour la participation et le partage de la réflexion et d’expériences sur la construction d’alternatives au capitalisme.

Les deux sites et leurs pages Facebook constituent aujourd’hui une référence au niveau du Maroc et de toute la région arabe, avec une moyenne de 500 visites par jour sur la période du 5 novembre 2020 au 5 novembre 2021. ATTAC CADTM Maroc a aussi un site en français.

Le 31 mai 2018 à Paris, dans le cadre d’une formation organisée par Orient XXI, Éric Toussaint a donné une conférence sur les alternatives aux politiques néolibérales à des journalistes de 7 médias différents de la région arabe : Algérie, Tunisie, Égypte, Jordanie, Liban et Syrie. On leur envoie régulièrement les publications de nos sites.

 VI- Publications

AnnéeTitre du livreAuteurLiensProduction ou traduction
2016 Le microcrédit au Maroc : quand les pauvres financent les riches Étude de terrain et analyse du système du microcrédit ATTAC CADTM Maroc Français Production
2017 Audit citoyen de la dette - Expériences et méthodes Maria Lucia Fattorelli Français
Arabe
Traduction
2017 Femmes du Maroc à l’ère de la mondialisation Mondialisation (voir aussi Globalisation)
(extrait de F. Chesnais, 1997a)
Jusqu’à une date récente, il paraissait possible d’aborder l’analyse de la mondialisation en considérant celle-ci comme une étape nouvelle du processus d’internationalisation du capital, dont le grand groupe industriel transnational a été à la fois l’expression et l’un des agents les plus actifs.
Aujourd’hui, il n’est manifestement plus possible de s’en tenir là. La « mondialisation de l’économie » (Adda, 1996) ou, plus précisément la « mondialisation du capital » (Chesnais, 1994), doit être comprise comme étant plus - ou même tout autre chose - qu’une phase supplémentaire dans le processus d’internationalisation du capital engagé depuis plus d’un siècle. C’est à un mode de fonctionnement spécifique - et à plusieurs égards important, nouveau - du capitalisme mondial que nous avons affaire, dont il faudrait chercher à comprendre les ressorts et l’orientation, de façon à en faire la caractérisation.

Les points d’inflexion par rapport aux évolutions des principales économies, internes ou externes à l’OCDE, exigent d’être abordés comme un tout, en partant de l’hypothèse que vraisemblablement, ils font « système ». Pour ma part, j’estime qu’ils traduisent le fait qu’il y a eu - en se référant à la théorie de l’impérialisme qui fut élaborée au sein de l’aile gauche de la Deuxième Internationale voici bientôt un siècle -, passage dans le cadre du stade impérialiste à une phase différant fortement de celle qui a prédominé entre la fin de Seconde Guerre mondiale et le début des années 80. Je désigne celui-ci pour l’instant (avec l’espoir qu’on m’aidera à en trouver un meilleur au travers de la discussion et au besoin de la polémique) du nom un peu compliqué de « régime d’accumulation mondial à dominante financière ».

La différenciation et la hiérarchisation de l’économie-monde contemporaine de dimension planétaire résultent tant des opérations du capital concentré que des rapports de domination et de dépendance politiques entre États, dont le rôle ne s’est nullement réduit, même si la configuration et les mécanismes de cette domination se sont modifiés. La genèse du régime d’accumulation mondialisé à dominante financière relève autant de la politique que de l’économie. Ce n’est que dans la vulgate néo-libérale que l’État est « extérieur » au « marché ». Le triomphe actuel du « marché » n’aurait pu se faire sans les interventions politiques répétées des instances politiques des États capitalistes les plus puissants (en premier lieu, les membres du G7). Cette liberté que le capital industriel et plus encore le capital financier se valorisant sous la forme argent, ont retrouvée pour se déployer mondialement comme ils n’avaient pu le faire depuis 1914, tient bien sûr aussi de la force qu’il a recouvrée grâce à la longue période d’accumulation ininterrompue des « trente glorieuses » (l’une sinon la plus longue de toute l’histoire du capitalisme). Mais le capital n’aurait pas pu parvenir à ses fins sans le succès de la « révolution conservatrice » de la fin de la décennie 1970.
ATTAC CADTM Maroc Français
Arabe
Production
2017 Le Hirak du Rif : une lutte populaire héroïque pour la liberté et la justice sociale. ATTAC CADTM Maroc Arabe Production
2018 Dette et extractivisme : La résistible ascension d’un duo destructeur Nicolas Sersiron Français
Arabe
Traduction
2018 Pour une souveraineté alimentaire au Maroc ATTAC CADTM Maroc Français
Arabe
Production
2019 Banque mondiale Banque mondiale
BM
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) a été créée en juillet 1944 à Bretton Woods (États-Unis), à l’initiative de 45 pays réunis pour la première Conférence monétaire et financière des Nations unies. En 2011, 187 pays en étaient membres.

Créée en 1944 à Bretton Woods dans le cadre du nouveau système monétaire international, la Banque possède un capital apporté par les pays membres et surtout emprunte sur les marchés internationaux de capitaux. La Banque finance des projets sectoriels, publics ou privés, à destination des pays du Tiers Monde et de l’ex-bloc soviétique. Elle se compose des cinq filiales suivantes :
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD, 189 membres en 2017) octroie des prêts concernant de grands secteurs d’activité (agriculture et énergie), essentiellement aux pays à revenus intermédiaires.
L’Association internationale pour le développement (AID, ou IDA selon son appellation anglophone, 164 membres en 2003) s’est spécialisée dans l’octroi à très long terme (35 à 40 ans, dont 10 de grâce) de prêts à taux d’intérêt nuls ou très faibles à destination des pays les moins avancés (PMA).
La Société financière internationale (SFI) est la filiale de la Banque qui a en charge le financement d’entreprises ou d’institutions privées du Tiers Monde.
Enfin, le Centre international de règlements des différends relatifs aux investissements (CIRDI) gère les conflits d’intérêts tandis que l’Agence multilatérale de garantie des investissements (AMGI) cherche à favoriser l’investissement dans les PED. Avec l’accroissement de l’endettement, la Banque mondiale a, en accord avec le FMI, développé ses interventions dans une perspective macro-économique. Ainsi la Banque impose-t-elle de plus en plus la mise en place de politiques d’ajustement destinées à équilibrer la balance des paiements des pays lourdement endettés. La Banque ne se prive pas de « conseiller » les pays soumis à la thérapeutique du FMI sur la meilleure façon de réduire les déficits budgétaires, de mobiliser l’épargne interne, d’inciter les investisseurs étrangers à s’installer sur place, de libéraliser les changes et les prix. Enfin, la Banque participe financièrement à ces programmes en accordant aux pays qui suivent cette politique, des prêts d’ajustement structurel depuis 1982.

TYPES DE PRÊTS ACCORDÉS PAR LA BM :

1) Les prêts-projets : prêts classiques pour des centrales thermiques, le secteur pétrolier, les industries forestières, les projets agricoles, barrages, routes, distribution et assainissement de l’eau, etc.
2) Les prêts d’ajustement sectoriel qui s’adressent à un secteur entier d’une économie nationale : énergie, agriculture, industrie, etc.
3) Les prêts à des institutions qui servent à orienter les politiques de certaines institutions vers le commerce extérieur et à ouvrir la voie aux transnationales. Ils financent aussi la privatisation des services publics.
4) Les prêts d’ajustement structurel, censés atténuer la crise de la dette, qui favorisent invariablement une politique néo-libérale.
5) Les prêts pour lutter contre la pauvreté.
Site :
 : le coup d’État permanent
Eric Toussaint Français
Arabe
Traduction
2020 Système dette : Histoire des dettes souveraines et de leur répudiation Eric Toussaint Français
Arabe
Traduction
2021 Le processus d’instauration et de développement des politiques éducatives au Maroc : Perspectives pour une éducation populaire démocratique ATTAC CADTM Maroc Arabe Production
2021 65 questions 65 réponses sur la dette, le FMI FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 188 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus.
et la Banque mondiale
Eric Toussaint, Damien Millet Français
Arabe : Bientôt sur le site
Traduction

 VII- Financement

Les sources de financement d’ATTAC CADTM Maroc sont appréhendées sur la base d’une garantie d’indépendance de l’association dans ses prises de position, la définition de ses programmes en fonction de ses propres objectifs et de son fonctionnement. Elles ne sont pas liées à des États ou des à des organisations suspectes. Les principaux bailleurs de fonds d’ATTAC CADTM Maroc sont des organisations internationales non gouvernementales qui luttent contre le néolibéralisme et défendent des projets militants.

Les financements d’ATTAC CADTM Maroc sont aussi constituées d’adhésions et de cotisations de ses groupes locaux, ce qui permet de préserver les valeurs d’engagement individuel et de bénévolat.

ATTAC CADTM Maroc n’a plus de permanent·e depuis avril 2020.


Secrétariat international partagé - ATTAC CADTM Maroc
14 novembre 2021




ATTAC/CADTM Maroc

membre du réseau CADTM, l’Association pour la Taxation des Transactions en Aide aux Citoyens au Maroc (ATTAC Maroc) a été créée en 2000. ATTAC Maroc est membre du réseau international du Comité pour l’annulation de la dette du tiers monde (CADTM) depuis 2006 (devenu Comité pour l’abolition des dettes illégitimes depuis juin 2016). Nous comptons 11 groupes locaux au Maroc. ATTAC veut être un réseau aidant à l’appropriation par les acteurs engagés dans l’activité sociale, associative, syndicale et plus largement militante des enjeux de la mondialisation sur les problématiques de résistance sociale et citoyenne.
www.attacmaroc.org
http://arabic.cadtm.org/

Adresse : n°140, rue Cadi Bribri Akkari 10000. Rabat. Maroc
Email : attac.cadtm.maroc chez gmail.com
Site Web attacmaroc.org Tel 00 212 6 61 17 30 39

Autres articles en français de ATTAC/CADTM Maroc (119)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 110