Chine. Derrière les secousses boursières, un système qui se fissure

18 janvier par Charles-André Udry , Vittorio De Filippis

CC - Wikimedia - La Bourse de Shanghai bloquée, pour la deuxième fois en 4 jours, ce jeudi, suite à des mesures censées prévenir une panique de vente, après une chute – sur le marché interne – à son niveau le plus bas contre le dollar depuis 2010, date de la construction de ce marché.

Selon les autorités chinoises, le 13e plan quinquennal – discuté « publiquement » en octobre 2015 à l’occasion de la 5e session du 18e Comité central du Parti communiste chinois (PCC) – devait assurer une croissance d’au moins 6,5% pour la période 2016-2020. Officiellement – pour autant que les chiffres publiés ne soient pas établis au doigt mouillé – la croissance se situe au-dessous de 7% (6,9% selon la People’s Bank of China) en 2015, le taux le plus bas depuis plus de 25 ans. Les experts non chinois estiment que 4% est un maximum pour 2015. Donc le mal nommé PCC enregistrait et certifiait le recul de la croissance dans son 13e Plan quinquennal.

Les statistiques « autorisées » par la direction du PCC indiquent une croissance des services dans le PIB PIB
Produit intérieur brut
Le PIB traduit la richesse totale produite sur un territoire donné, estimée par la somme des valeurs ajoutées.
Le Produit intérieur brut est un agrégat économique qui mesure la production totale sur un territoire donné, estimée par la somme des valeurs ajoutées. Cette mesure est notoirement incomplète ; elle ne tient pas compte, par exemple, de toutes les activités qui ne font pas l’objet d’un échange marchand. On appelle croissance économique la variation du PIB d’une période à l’autre.
. Mais une interrogation existe à ce propos : le secteur des services est tiré, entre autres, par l’immobilier. Or, dans ce secteur, une gigantesque crise de surproduction se manifeste, doublée, logiquement, d’un endettement local, provincial et central intimement connecté à « l’industrie » de la corruption. Les données sur la place accrue des services sont aussi le produit d’une activité boursière et financière déchaînée. Elle a reçu un premier coup d’arrêt au troisième trimestre 2015 quand la bulle boursière a éclaté.

Est-ce que les investissements dans les transports, l’éducation, la santé vont maintenir ledit rééquilibrage entre industrie et « services » – pour autant que cette catégorie fasse sens – on va le voir, car il s’agit d’investissement en capital fixe pour une grande partie.

Dans l’industrie, les surcapacités de production sont aussi massives et se retrouvent dans la baisse des prix de la production manufacturière, malgré la pression salariale à la hausse (relative) dans certaines régions. Or, ce sont les secteurs industriels où l’Etat est très présent (acier, ciment, machines, etc.) qui sont le plus touchés par la récession Récession Croissance négative de l’activité économique dans un pays ou une branche pendant au moins deux trimestres. . Un nombre grandissant de ces unités sont, de fait, en faillite – en déficit reconnu depuis des années – et sont tenues à bout de bras par le système bancaire administré. Sur des entreprises telles celles du recyclage (sic) ou de l’automobile, l’effet de ralentissement de l’économie mondiale, enregistré le 6 janvier par le FMI FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 188 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus.
, va avoir un effet récessif. La surproduction structurelle dans la branche automobile ne cesse de se manifester à l’échelle internationale et l’affaire est classée, de ce point de vue, en termes de pente descendante. Le ralentissement des exportations chinoises, différent selon les secteurs, ressort des données de la CNUCED Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement
CNUCED
Elle a été créée en 1964, sous la pression des pays en voie de développement pour faire contrepoids au GATT (prédécesseur de l’OMC).
Site web : http://www.unctad.org
comme de l’OMC OMC
Organisation mondiale du commerce
Née le 1er janvier 1995, elle remplace le forum permanent de négociation qu’était l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT) où les États avaient seulement le statut de « parties contractuelles ». Un des objectifs de l’OMC est le démantèlement, lorsqu’ils existent encore, des monopoles nationaux constitués en vertu d’une décision publique. C’est déjà le cas pour les télécommunications dont la décision a été prise dans le cadre de l’OMC en février 97. Mais il en reste d’autres comme les chemins de fer qui attirent la convoitise des grands groupes financiers.

Un autre objectif est la libéralisation totale des investissements. L’instrument utilisé a été le projet d’Accord multilatéral sur l’investissement (AMI). L’AMI dont l’élaboration avait été décidée lors de la réunion ministérielle de l’OCDE de mai 1995, vise l’ensemble des investissements : directs (industrie, services, ressources naturelles) et de portefeuille. Il prévoit des dispositifs de protection, notamment pour le rapatriement total des bénéfices. L’AMI a été comme tel abandonné en 1997 mais est réapparu sous la forme d’une multitude d’Accords bilatéraux sur l’investissement, ce sont les nouveaux « habits » de l’AMI.

L’OMC fonctionne selon le mode « un pays - une voix » mais les délégués des pays du Sud ne font pas le poids face aux tonnes de documents à étudier, à l’armée de fonctionnaires, avocats, etc. des pays du Nord. Les décisions se prennent entre puissants dans les « green rooms ». Toutefois, dans la lancée de l’épisode de Seattle en novembre 1999, la conférence de Cancun (Mexique) en septembre 2003 a été marquée par la résistance d’un groupe de 22 pays émergents du Sud, qui se sont alliés en la circonstance pour mener la conférence à l’échec, face à l’intransigeance des pays du Nord.
Site : http://www.wto.org/indexfr.htm
, cela en valeur et en volume, y compris en déphasage au premier semestre 2015 par rapport à la dynamique du commerce mondial. Il en va de même pour les importations. Elles ont baissé de plus de 15%, ce que les pays exportateurs de commodities, comme le Brésil ou l’Argentine, ressentent comme un choc.

Dans l’immédiat joue certes le manque de données fiables pour les investisseurs centrés sur la finance de marché. A cela s’ajoute la fin – prévue pour cette semaine, mais qui peut être révisée – de règles d’intervention sur le marché boursier. D’où la précipitation à se défaire d’actifs Actif
Actifs
En général, le terme « actif » fait référence à un bien qui possède une valeur réalisable, ou qui peut générer des revenus. Dans le cas contraire, on parle de « passif », c’est-à-dire la partie du bilan composé des ressources dont dispose une entreprise (les capitaux propres apportés par les associés, les provisions pour risques et charges ainsi que les dettes).
ou de jouer à la baisse pour les spécialistes de « l’anticipation insidée ».

Mais au plan politique – car il s’agit d’économie politique – une crise potentielle de leadership fait son chemin. Xi Jinping – comme figure de la direction centralisée du PCC, ce qui ne veut pas dire qu’elle contrôle tout l’appareil gigantesque, y compris avec l’aide décisive des sommets de l’armée – doit à la fois opérer des « ajustements » qui vont provoquer des blessures sociales intenses dans une base sociale qui ne se promène pas sur les Champs-Elysées ou à Genève, mais qui est susceptible de nombreuses révoltes. Et pour elle, le nationalisme conquérant et criard ne nourrit pas ses besoins sociaux quotidiens. Et les gagne-petit (épargnants de précaution) de la bourse Bourse La Bourse est l’endroit où sont émises les obligations et les actions. Une obligation est un titre d’emprunt (l’émetteur la vend à l’acheteur qui doit la rembourser à un taux et une échéance déterminés) et une action est un titre de propriété d’une entreprise. Les actions et les obligations peuvent être revendues et rachetées à souhait sur le marché secondaire de la Bourse (le marché primaire est l’endroit où les nouveaux titres sont émis pour la première fois). ne sont pas si nombreux et se sont mués en petits grands perdants.

Pour éviter ces heurts sociaux, maintenir le « contrôle administratif » – autrement dit camoufler la crise de surproduction multiface avec des injections de crédits dans le but de maintenir plus d’emplois sectoriels et régionaux – doit perdurer. Mais la pression pour imposer un ajustement structurel Ajustement structurel Politique économique imposée par le FMI en contrepartie de l’octroi de nouveaux prêts ou de l’échelonnement d’anciens prêts. afin de modifier plus fondamentalement les rapports entre l’accumulation « libérée » du capital et le pouvoir se fait sentir dans les chaînons de transmission entre le capital privé ou pouvant le devenir – depuis les marches occupées par la bureaucratie céleste – et l’appareil dirigeant du parti.

Une réponse autoritaire n’est pas à exclure. Elle s’est opérée à Hongkong où l’entreprise « privée » Alibaba a mis la main sur le South China Morning Post et où « disparaissent », sans laisser de traces, les éditeurs de livres critiques sur le régime de Pékin. En conclusion, il ne s’agit donc pas d’une question boursière, mais d’un processus beaucoup plus fondamental où se joue aussi la place du renminbi dans les positions concurrentielles (conflits inter-impérialistes) dans le système monétaire international Système monétaire international
SMI
Le SMI est un système de règles et de mécanismes institué par les États et les organisations internationales pour favoriser les échanges internationaux et assurer la coordination des politiques monétaires nationales. Celui qui est utilisé actuellement, est issu des accords de la Jamaïque (1976). Il a profondément amendé le système précédent organisé par les accords de Bretton Woods (États-Unis) en 1944.
où l’économie des Etats-Unis bascule vers l’Asie Pacifique où elle rencontre le capitalisme chinois. La dévaluation Dévaluation Modification à la baisse du taux de change d’une monnaie par rapport aux autres. du yuan (renminbi) de 5% en une semaine s’insère dans cette bataille gigantesque. (Charles-André Udry, 7 janvier 2016)

Bis repetita. Mais cette fois, avec en prime, un joli record. Comme lundi, les autorités financières de Pékin ont dû se résigner jeudi à activer les coupe-circuit des Bourses de Shanghai et Shenzhen. Mais jeudi, le bouton n’a pas été placé sur la position off, comme lundi, à quelques heures de la clôture des deux places chinoises. Mais 857 secondes (soit moins de quinze minutes) après l’envoi du top départ de l’ouverture des cotations. Du jamais vu. Ce temps record a suffi pour que se volatilise, par le biais de la forte baisse des cours, l’équivalent de 837 milliards de dollars (770 milliards d’euros) ! Soit une baisse de 7 % (comme lundi) des indices boursiers de Shanghai et Shenzhen. Certes, sur les marchés financiers Marchés financiers
Marché financier
Marché des capitaux à long terme. Il comprend un marché primaire, celui des émissions et un marché secondaire, celui de la revente. À côté des marchés réglementés, on trouve les marchés de gré à gré qui ne sont pas tenus de satisfaire à des conditions minimales.
, une telle somme, aussi stratosphérique soit-elle, n’est jamais tout à fait sonnante et trébuchante. Mais cet argent, que les investisseurs auraient pu récupérer en vendant leurs actions Action
Actions
Valeur mobilière émise par une société par actions. Ce titre représente une fraction du capital social. Il donne au titulaire (l’actionnaire) le droit notamment de recevoir une part des bénéfices distribués (le dividende) et de participer aux assemblées générales.
et autres obligations Obligations
Obligation
Part d’un emprunt émis par une société ou une collectivité publique. Le détenteur de l’obligation, l’obligataire, a droit à un intérêt et au remboursement du montant souscrit. Il peut aussi, si la société est cotée, revendre son titre en bourse.
, n’y est plus. Du moins pour l’instant. Et rien ne plaide en faveur d’une prochaine accalmie et donc d’un retour aux bonnes affaires boursières.

Feu aux poudres

Les raisons récentes de cette nouvelle bourrasque financière sont connues. Lundi, ce sont les indices PMI (Purchasing Managers Index) des directeurs d’achat des grandes entreprises, publiés par le Bureau national des statistiques (officiel), puis par le groupe privé Caixin, qui ont mis le feu aux poudres. Les investisseurs ont pris cette nouvelle révision à la baisse de ces indices comme une confirmation de plus d’un ralentissement de l’activité chinoise. Inquiétude d’autant plus grande que Pékin annonçait au même moment une réduction de la valeur du yuan face au dollar, la monnaie chinoise passant sous la barre des 6,5 yuans pour un dollar pour la première fois en plus de quatre ans et demi, alors que la pression sur la devise ne cesse de s’accroître suite au ralentissement de la croissance.

Jeudi, les autorités ont annoncé une nouvelle dévaluation. Rien ne semble donc rassurer les investisseurs chinois et occidentaux, qui n’ont plus qu’un objectif : se débarrasser au plus vite de leurs actions avant qu’il ne soit trop tard. Ils se croyaient riches hier, lorsque les cours montaient. Voyant ces derniers s’effondrer, ils s’imaginent (demain) nettement moins argentés. C’est ce phénomène que les économistes qualifient « d’effet richesse ». L’inquiétude est d’autant plus grande, que comme le Fonds monétaire international, la Banque mondiale Banque mondiale
BM
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) a été créée en juillet 1944 à Bretton Woods (États-Unis), à l’initiative de 45 pays réunis pour la première Conférence monétaire et financière des Nations unies. En 2011, 187 pays en étaient membres.

Créée en 1944 à Bretton Woods dans le cadre du nouveau système monétaire international, la Banque possède un capital apporté par les pays membres et surtout emprunte sur les marchés internationaux de capitaux. La Banque finance des projets sectoriels, publics ou privés, à destination des pays du Tiers Monde et de l’ex-bloc soviétique. Elle se compose des cinq filiales suivantes :
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD, 184 membres en 2003) octroie des prêts concernant de grands secteurs d’activité (agriculture et énergie), essentiellement aux pays à revenus intermédiaires.
L’Association internationale pour le développement (AID, ou IDA selon son appellation anglophone, 164 membres en 2003) s’est spécialisée dans l’octroi à très long terme (35 à 40 ans, dont 10 de grâce) de prêts à taux d’intérêt nuls ou très faibles à destination des pays les moins avancés (PMA).
La Société financière internationale (SFI) est la filiale de la Banque qui a en charge le financement d’entreprises ou d’institutions privées du Tiers Monde.
Enfin, le Centre international de règlements des différends relatifs aux investissements (CIRDI) gère les conflits d’intérêts tandis que l’Agence multilatérale de garantie des investissements (AMGI) cherche à favoriser l’investissement dans les PED. Avec l’accroissement de l’endettement, la Banque mondiale a, en accord avec le FMI, développé ses interventions dans une perspective macro-économique. Ainsi la Banque impose-t-elle de plus en plus la mise en place de politiques d’ajustement destinées à équilibrer la balance des paiements des pays lourdement endettés. La Banque ne se prive pas de « conseiller » les pays soumis à la thérapeutique du FMI sur la meilleure façon de réduire les déficits budgétaires, de mobiliser l’épargne interne, d’inciter les investisseurs étrangers à s’installer sur place, de libéraliser les changes et les prix. Enfin, la Banque participe financièrement à ces programmes en accordant aux pays qui suivent cette politique, des prêts d’ajustement structurel depuis 1982.

TYPES DE PRETS ACCORDES PAR LA BM :
1) Les prêts-projets : prêts classiques pour des centrales thermiques, le secteur pétrolier, les industries forestières, les projets agricoles, barrages, routes, distribution et assainissement de l’eau, etc.
2) Les prêts d’ajustement sectoriel qui s’adressent à un secteur entier d’une économie nationale : énergie, agriculture, industrie, etc.
3) Les prêts à des institutions qui servent à orienter les politiques de certaines institutions vers le commerce extérieur et à ouvrir la voie aux transnationales. Ils financent aussi la privatisation des services publics.
4) Les prêts d’ajustement structurel, censés atténuer la crise de la dette, qui favorisent invariablement une politique néo-libérale.
5) Les prêts pour lutter contre la pauvreté.
Site : http://www.banquemondiale.org
a revu à la baisse ses prévisions de croissance. Elle mise désormais sur 2,9 % en 2016 contre 3,3 % en juin. A Shanghai, mais aussi à Shenzhen, les séances désastreuses pourraient désormais se suivre et se ressembler.

Zone instable

La Chine, que beaucoup présentaient comme le sauveur de la croissance mondiale, serait en passe de devenir la zone du monde la plus instable économiquement. C’est ce que redoutent de plus en plus d’économistes qui n’hésitent plus à parler d’atterrissage brutal de l’économie chinoise. Chacun tente de plonger loin dans les profondeurs du modèle chinois pour comprendre ces violents retournements financiers. « La Chine est désormais confrontée à un problème fondamental qui reflète une double évolution, estime l’économiste Patrick Artus. D’un côté, une hausse très rapide des salaires moyens. Et de l’autre, des surinvestissements. C’est son modèle de croissance qui est aujourd’hui remis en cause. » Un avis que partagent de plus en plus d’économistes.

En raison de salaires très bas nourris par un exode rural massif, de nombreuses entreprises ne rêvaient hier que d’une chose : délocaliser leur production en Chine, devenue « l’atelier du monde ». Mais cet eldorado n’est plus. La faute à la hausse du coût unitaire du travail qui, selon la plupart des données statistiques, aurait augmenté d’environ 8 % par an depuis une quinzaine d’années. « Au bout du compte, c’est la rentabilité du capital qui s’effondre », poursuit Patrick Artus. La preuve par le commerce extérieur de la Chine. Afin de faire tourner son économie, la Chine importait, assemblait et exportait. Dans ce régime de croissance, la part de l’industrie dans les exportations représentait encore 70 % en 2010. Elle n’est plus que de 30 % aujourd’hui. Une baisse qui a son corollaire : celle des importations de produits semi-ouvrés et autres matières premières qui entrent dans l’assemblage de produits manufacturés avant de repartir aux quatre coins du monde.

Les détenteurs de capitaux, qu’ils soient Chinois ou non, n’ont plus qu’un objectif : faire des placements, productifs ou financiers, ailleurs qu’en Chine. Et c’est exactement cette situation qui frappe Pékin. Là encore, les statistiques sont suffisamment parlantes pour illustrer le phénomène de recherche de nouvelles opportunités financières. 150 milliards de dollars quittent, chaque mois, la Chine pour se réfugier sous des cieux plus cléments. Soit une saignée de 20 % du PIB sur un an. « Aujourd’hui tout le monde vend, alors qu’hier tout le monde était acheteur », ajoute Pierre Larrouturou, l’un des rares économistes qui avait annoncé la crise financière chinoise. Mais, selon lui, cette dernière exprime surtout un excès d’investissement dans la construction de logements. Une véritable bulle immobilière s’est constituée au fil des années. « Lorsque l’Espagne explose, c’est avec un secteur de la construction qui pèse 14 % du PIB. En Chine, c’est plus 16 % aujourd’hui. Ce sont en réalité des millions de mètres carrés qui ne trouvent plus preneurs », poursuit Pierre Larrouturou.

Mais il est, selon ce dernier, une autre partie de l’économie qui montre une fragilité et qui explique la crise financière : la consommation des ménages chinois. « Elle reste deux fois plus petite en Chine que dans le reste du monde. En clair, le socle de l’économie de l’Europe, des Etats-Unis ou encore de l’Inde se caractérise par cette consommation, qui atteint des taux supérieurs à 60 % du PIB. La Chine ne dépasse pas les 30 %», conclut l’économiste.

Perdants et gagnants

Le pays n’a donc pas été capable de créer un nouveau modèle de croissance dans lequel la demande intérieure prendrait la relève d’un système fondé sur les bas coûts salariaux pour servir l’exportation. Certes, les autorités chinoises peuvent jouer sur la valeur de la devise locale en misant sur une série de dévaluations, histoire de restaurer la compétitivité perdue. Mais c’est au risque de ne pas inciter à la modernisation de l’appareil productif. Beaucoup estiment que le salut viendrait du côté des services, dont la part ne cesse de monter dans le total du PIB (40 % de l’économie). Mais pas de quoi (encore) prendre la relève d’une industrie en panne. En attendant, l’effondrement de l’économie chinoise entraîne dans son sillage des perdants et des gagnants. Les premiers sont les émergents (Taïwan, Corée du Sud…) et les gros pays exportateurs (Etats-Unis, Allemagne, France…) qui voient se réduire la part des exportations en direction de la Chine. Les seconds sont le Vietnam, le Cambodge, l’Inde, le Bangladesh… Autant de pays qui récupèrent une partie des capitaux en fuite.

Mais voilà, ces derniers sont peu de chose face à la menace que fait peser au reste du monde cette crise économique et financière. Les marchés financiers ne seront pas les seuls touchés. Les économies partenaires de la Chine le seront aussi. Et l’ogre chinois, dont l’appétit en matières premières ne cesse de diminuer, n’est plus une locomotive pour les pays émergents Pays émergents Les pays émergents désignent la vingtaine de pays en développement ayant accès aux marchés financiers. . Le ralentissement chinois contribue enfin à la baisse du prix du pétrole.

Chine, pétrole : de quoi gripper une économie mondiale déjà (trop) faible et dont le dynamisme des émergents, moteur de la croissance, décline à mesure que plonge la Chine… De quoi ranimer les peurs d’une grande déflation mondiale. (Article publié dans Libération du 8 janvier 2016 par Vittorio De Filippis)


Source : A l’encontre

Auteur.e

Charles-André Udry

Économiste, animateur des Éditions Page deux et de la revue politique en ligne À l’encontre, est membre du Mouvement pour le socialisme (Suisse).