10 décembre 2015 > 11 décembre 2015

Paris, France

Colloque international sur la dette

L’endettement comme rapport social : limitation ou condition de possibilité de la liberté ?

Date : jeudi 10 et vendredi 11 décembre 2015 Lieu : Université Paris Ouest Nanterre La Défense, France, Bâtiment T, salle TR11

Colloque international Entrée libre

Programme

Jeudi 10 décembre 2015

10h-10h30 Accueil et ouverture

10h30-12h30 Dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
et lien social

Présidence : Magali Bessone

Cédric Rio (CMH) & Pierre Crétois (Sophiapol)
Est-il conséquent de mobiliser le concept de “dette sociale” dans une approche de la justice libérale ?

Samuel Le Quitte (Université Rennes I)
Que signifie « être-en-dette » ? Au croisement de la phénoménologie et des sciences sociales

Elettra Stimilli (Scuola Normale Superiore, Pisa-Firenze)
Économie de la dette et religion
Pause déjeuner

14h00-15h30 Dette et justice intergénérationnelle
Présidence : Cédric Rio

Antoine Verret-Hamelin (Université Laval)
Repenser la réciprocité intergénérationnelle

Delphine Pouchain (Sciences Po Lille)
La dette écologique Dette écologique La dette écologique est la dette contractée par les pays industrialisés envers les autres pays à cause des spoliations passées et présentes de leurs ressources naturelles, auxquelles s’ajoutent la délocalisation des dégradations et la libre disposition de la planète afin d’y déposer les déchets de l’industrialisation.

La dette écologique trouve son origine à l’époque coloniale et n’a cessé d’augmenter à travers diverses activités :


- La « dette du carbone ». C’est la dette accumulée en raison de la pollution atmosphérique disproportionnée due aux grandes émissions de gaz de certains pays industriels, avec, à la clé, la détérioration de la couche d’ozone et l’augmentation de l’effet de serre.

- La « biopiraterie ». C’est l’appropriation intellectuelle des connaissances ancestrales sur les semences et sur l’utilisation des plantes médicinales et d’autres végétaux par l’agro-industrie moderne et les laboratoires des pays industrialisés qui, comble de l’usurpation, perçoivent des royalties sur ces connaissances.

- Les « passifs environnementaux ». C’est la dette due au titre de l’exploitation sous-rémunérée des ressources naturelles, grevant de surcroît les possibilités de développement des peuples lésés : pétrole, minéraux, ressources forestières, marines et génétiques.

- L’exportation vers les pays les plus pauvres de produits dangereux fabriqués dans les pays industriels.

Dette écologique et dette extérieure sont indissociables. L’obligation de payer la dette extérieure et ses intérêts impose aux pays débiteurs de réaliser un excédent monétaire. Cet excédent provient pour une part d’une amélioration effective de la productivité et, pour une autre part, de l’appauvrissement des populations de ces pays et de l’abus de la nature. La détérioration des termes de l’échange accentue le processus : les pays les plus endettés exportent de plus en plus pour obtenir les mêmes maigres recettes tout en aggravant mécaniquement la pression sur les ressources naturelles.
 : rapport social et naturel ou négation d’une dépendance ?

15h45-17h15 Dette, domination et résistance (1)
Présidence : Pierre Crétois

Ilaria Bertazzi (Università degli studi di Torino)
A challenge to economic theory : the case of debtors movements

Jean François Bissonnette (Sophiapol)
Le cadeau empoisonné : pour une pharmacologie de la dette

17h30-18h30 Conversation avec Maurizio Lazzarato

Vendredi 11 décembre 2015

10h-12h Micropolitique de la dette
Présidence : Arnaud Orain

Cheikh Abdoul Khadre Mané (EHESS/IMAF)
Entre parenté et économie : le crédit et l’endettement dans la vallée du fleuve Sénégal

Edoardo Ferlazzo (EHESS)
La construction politique de la gestion de l’endettement local

Roberta Rubino (EHESS/IMAF)
La part de la dette dans le commerce équitable
Pause déjeuner

13h30-15h La dette publique dans l’histoire des idées
Présidence : Arnault Skornicki

Clément Coste (Université Lyon III)
Dette perpétuelle et conversion des rentes. L’approche saint-simonienne de la dette publique et de son financement

Julia Christ (Goethe Universität Frankfurt)
La genèse de la nation à partir de la dette

15h15-16h45 Dette, domination et résistance (2)
Présidence : Jean-François Bissonnette

Louis Carré (Université libre de Bruxelles)
La dette comme rapport politique

Federica Gregoratto (Universität St.Gallen)
The Making of the Indebted Woman : Interdependence, Guilt and Neoliberal Gender Identities

17h-18h Conférence de Patrick Saurin
Contre le système-dette, annulons les dettes illégales, illégitimes, odieuses et insoutenables

18h00

Conclusion


À venir