Communiqué du Conseil national

Continuons les mobilisations et les résistances populaires pour la libération des détenus du Hirak du Rif et contre les politiques d’austérité

Rabat le 26 septembre 2016

3 octobre par ATTAC/CADTM Maroc

CC

ATTAC CADTM Maroc a tenu son Conseil national le 24 septembre 2017 à son siège national à Rabat. C’est la première réunion du conseil après le sixième Congrès national qui s’est tenu en mai dernier. Il a discuté de la situation sociale et économique de notre pays caractérisée par la poursuite des politiques d’austérité intégrées dans le projet de loi de finances 2018.

L’État continuera de couper dans les budgets de l’éducation et de la santé. C’est le fondement de la « vision stratégique pour la réforme de l’éducation 2015-2030 » et de la nouvelle loi sur la réglementation de la profession de la médecine. Cette privatisation des services publics inclut aussi la distribution d’eau et d’électricité et les terres. Il coupe également dans le budget de la caisse de compensation. Il a réformé le système de retraite pour diminuer la pension des fonctionnaires… Ces politiques formulées par les centres de décision étrangers appauvrissent la majorité de la population et renforcent l’accaparement des richesses par une minorité. Ce sont des politiques néocoloniales qui approfondissent la dépendance. Elles sont légitimées par le parlement et les conseils régionaux et locaux.

L’État poursuit ses politiques d’ouverture libérale prônée par les institutions financières et commerciales internationales dans l’intérêt du grand capital mondial et local et au détriment de la souveraineté du pays. Il envisage la libéralisation progressive du taux de change, ce qui aura de graves conséquences sur le pouvoir d’achat déjà très vulnérable des citoyens. En outre, l’État a promulgué des lois au niveau de la législation du travail pour viser le droit de grève, renforcer l’exploitation des salarié-e-s et généraliser les contrats à durée déterminée dans la fonction publique, et au niveau des libertés publiques pour viser le droit d’expression, de manifestation et d’organisation. Cet arsenal juridique est complété par une large campagne de répression directe de toutes les luttes populaires qui s’opposent aux politiques d’un État non démocratique qui mène une offensive sociale violente et constante contre les citoyen-ne-s.

En fait, l’État mène une guerre préventive afin d’empêcher l’émergence d’une résistance populaire qui sera à la hauteur de son offensive. Dans ce contexte, toutes les formes de répression contre le Hirak du Rif, les campagnes de calomnies, et les tentatives de sa récupération ont pour but de casser la détermination des populations rifaines. L’État s’efforce sans cesse de détruire cette résistance collective des Rifains à travers la désinformation, l’envoi des délégations officielles et des médiateurs pour décourager les masses rifaines de poursuivre la lutte pour la libération de leurs détenus et imposer la satisfaction de leurs revendications.

ATTAC CADTM Maroc, qui se veut une association d’éducation populaire orientée vers l’action Action
Actions
Valeur mobilière émise par une société par actions. Ce titre représente une fraction du capital social. Il donne au titulaire (l’actionnaire) le droit notamment de recevoir une part des bénéfices distribués (le dividende) et de participer aux assemblées générales.
, place au centre de ses préoccupations la lutte pour l’affectation d’une grande partie du budget de l’État non pas au remboursement de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
publique, mais pour satisfaire les besoins d’éducation, de santé, d’emploi, du logement et d’infrastructures de base. ATTAC CADTM Maroc travaille également à initier des campagnes de sensibilisation contre les effets des accords de libre-échange avec l’Union européenne et les États-Unis d’Amérique, et les considère comme des accords coloniaux qui détruisent les cultures paysannes, l’environnement et accentuent notre dépendance alimentaire. Notre association refuse également le rôle du mandataire que joue le Maroc en Afrique sous couvert de coopération Sud-Sud pour permettre l’accaparement des richesses du continent par les multinationales et le grand capital privé local.

ATTAC CADTM Maroc continue de subir les harcèlements de l’État qui nous refuse le renouvellement de notre récépissé légal au niveau national et au niveau des groupes locaux.

Le Conseil national d’ATTAC CADTM Maroc affirme notre détermination à poursuivre notre engagement dans les luttes populaires, à élargir la solidarité, et à contribuer avec les organisations de lutte à l’unification des résistances des victimes des politiques d’austérité. Nous réaffirmons :
- Notre soutien inconditionnel à la lutte des populations rifaines ;
- Notre solidarité avec les détenus du Hirak du Rif en grève de la faim.

Nous condamnons :
- Le climat de répression et d’intimidation ;
- La poursuite de l’incarcération et de l’enlèvement des jeunes Rifains ;
- L’incarcération et les intimidations contre les journalistes :
- Le meurtre d’Emad Al-Atabi, martyr de la manifestation du 20 juillet 2017 à Al Hoceima et demandons à ce que les auteurs soient jugés ainsi que ceux qui ont causé la mort de Mohsen Fikri ;
- La mort de Ghazi Khalda à la suite de sa grève de la faim en signe de protestation contre sa détention arbitraire et l’expropriation de ses terres dans la région de Beni Mellal.

Nous renouvelons notre détermination à lutter pour :
- Annuler les politiques de privatisation des services publics et mettre fin à la suppression du soutien aux prix des biens de consommation de base ;
- Arrêter le démantèlement du système de retraite et la généralisation du travail à contrat déterminé dans la fonction publique ;
- Arrêter l’allocation des ressources budgétaires pour rembourser la dette publique ;
- Annuler les accords de libre-échange coloniaux ;
- Stopper la libéralisation du taux de change.

Le Conseil national


Auteur.e

ATTAC/CADTM Maroc

membre du réseau CADTM en bref : L’Association pour la Taxation des Transactions en Aide aux Citoyens au Maroc (ATTAC Maroc) a été créée en 2000. ATTAC Maroc est membre du réseau international du Comité pour l’annulation de la dette du tiers monde (CADTM) depuis 2006 (devenu Comité pour l’abolition des dettes illégitimes depuis juin 2016). Nous comptons 11 groupes locaux au Maroc. ATTAC veut être un réseau aidant à l’appropriation par les acteurs engagés dans l’activité sociale, associative, syndicale et plus largement militante des enjeux de la mondialisation sur les problématiques de résistance sociale et citoyenne. www.attacmaroc.org http://arabic.cadtm.org/

Adresse : n°140, rue Cadi Bribri Akkari 10000. Rabat. Maroc Email azikiomar2008@gmail.com Site Web attacmaroc.org Tel 00 212 6 61 17 30 39