Communiqué de presse

Création d’un collectif citoyen pour un audit de la dette gabonaise

15 décembre 2017 par CADTM France , Survie , Tournons la page Gabon


Marché de Nkembo, Libreville, Gabon - Wikimedia Commons

Alors que le Gabon vient de fêter, tristement, les 50 ans de la prise du pouvoir du clan Bongo, un collectif d’ONG, de syndicats et de chercheurs indépendants, gabonais et français, ont décidé de s’associer pour réaliser un audit citoyen de la dette publique du Gabon.

Le Gabon est, en Afrique, un des exemples les plus caricaturaux et dramatiques du scandale des dettes illégitimes et de la Françafrique. Alors que le pays est doté d’immenses richesses naturelles et minières, la population qui, pour 88 % d’entre elle, n’a connu que la famille Bongo au pouvoir, n’en voit aucunement la couleur. Alors que le revenu national brut par habitant est 7 fois plus élevé que la moyenne des pays d’Afrique subsaharienne, 34 % de la population gabonaise vit encore sous le seuil de pauvreté, le Gabon ne se classant qu’à la 109e place au classement des pays en fonction de leur indice de développement humain (IDH Indicateur de développement humain
IDH
Outil de mesure, utilisé par les Nations unies pour estimer le degré de développement d’un pays, et prenant en compte le revenu par habitant, le degré d’éducation et l’espérance de vie moyenne de sa population.
).

Si en 2008 la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
officielle n’atteignait que 18 % du PIB PIB
Produit intérieur brut
Le PIB traduit la richesse totale produite sur un territoire donné, estimée par la somme des valeurs ajoutées.
Le Produit intérieur brut est un agrégat économique qui mesure la production totale sur un territoire donné, estimée par la somme des valeurs ajoutées. Cette mesure est notoirement incomplète ; elle ne tient pas compte, par exemple, de toutes les activités qui ne font pas l’objet d’un échange marchand. On appelle croissance économique la variation du PIB d’une période à l’autre.
, elle atteindrait aujourd’hui près de 64 % du PIB du pays (près de 4200 milliards FCFA). Comme l’explique Simon Perrin, du CADTM : « Le Gabon n’a eu de cesse de cacher ses arriérés et avances de la Banque centrale Banque centrale La banque centrale d’un pays gère la politique monétaire et détient le monopole de l’émission de la monnaie nationale. C’est auprès d’elle que les banques commerciales sont contraintes de s’approvisionner en monnaie, selon un prix d’approvisionnement déterminé par les taux directeurs de la banque centrale. , c’est pourquoi l’on ne sait pas exactement à combien s’élève aujourd’hui le niveau réel d’endettement. Mais ce qui est clair, c’est que, depuis qu’Ali Bongo est arrivé à la présidence en 2009, la dette a au minimum triplé, représentant une hausse du taux d’endettement - par rapport au PIB donc - de +256 %. Le service de la dette Service de la dette Somme des intérêts et de l’amortissement du capital emprunté. , lui, dépasse les 30 % des recettes budgétaires, ce qui empêche tout projet de développement pour la population gabonaise. Le collectif citoyen sur la dette du Gabon se donne pour objectif de révéler les montants véritables de cette dette ».

Le niveau de pauvreté de la population et l’endettement croissant de ce pays riche en matières premières s’expliquent notamment par le pillage de ses ressources. Comme l’explique Marc Ona Essangui, coordinateur de Tournons la Page Gabon : « Depuis l’indépendance du Gabon, le pouvoir en place brade les ressources naturelles du pays à des entreprises étrangères - au premier rang desquelles des françaises – et ce au détriment de la population. Le collectif citoyen sur la dette du Gabon compte mettre en lumière l’implication des multinationales étrangères, soutenues par les bailleurs, dans ce processus d’endettement, mais aussi leurs responsabilités dans les violations des droits humains, économiques, sociaux et environnementaux. »

Mais le niveau d’endettement du Gabon s’explique aussi par les détournements de fonds, et ce depuis des décennies, par des membres du clan Bongo. D’après Régis Essono, membre de Survie : « Alors qu’il est de notoriété publique qu’une importante partie des fonds publics sont détournés par des membres du pouvoir, comme l’illustrent très bien les nombreux hôtels particuliers en France, et dans d’autres pays occidentaux, des Bongo, les créanciers ont continué à fournir des prêts au pouvoir gabonais au fil des années. On peut donc légitimement penser qu’une partie de la dette du pays est illégitime et odieuse. Cet audit citoyen a aussi pour but de mettre en lumière les parties illégitimes et odieuses de la dette du Gabon, afin d’exiger leur annulation ».

Le collectif se donne donc deux objectifs :
- réaliser un audit citoyen de la dette publique du Gabon afin de révéler les montants véritables de cette dette, de mettre en lumière la complicité des bailleurs tels que la France, et d’exiger l’annulation des parties illégitimes et odieuses de la dette du Gabon ;
- mettre en lumière l’implication des multinationales soutenues par les bailleurs dans ce processus d’endettement, et dénoncer leurs responsabilités quant aux conséquences tragiques pour les droits humains, économiques, sociaux et environnementaux.

Signataires :

- Comité pour l’abolition des dettes illégitimes (CADTM)
- Association Survie – Ensemble contre la Françafrique
- Tournons la Page Gabon



Survie

est une association loi 1901 créée en 1984 qui dénonce toutes les formes d’intervention néocoloniale française en Afrique et milite pour une refonte réelle de la politique étrangère de la France en Afrique.

Survie, via ses groupes de recherche, produit une analyse régulière de la politique française en Afrique et publie des brochures et des livres.

http://survie.org