Cycles courts / Cycles longs

Les économies capitalistes ont un caractère cyclique : phases de croissance et phases de récession Récession Croissance négative de l’activité économique dans un pays ou une branche pendant au moins deux trimestres. ou de dépression alternent périodiquement. Deux catégories principales de cycle sont étudiées habituellement : les cycles courts, appelés également cycles de Juglar (Clément Juglar est l’économiste qui les a étudiés), et les cycles longs, mieux connus sous le nom d’ondes longues ou cycles Kondratief (du nom de l’économiste Nicolaï Kondratief). Les cycles courts ont une durée de six à dix ans et les ondes longues, de cinquante à soixante ans. Les ondes longues incluent des cycles courts. elles se divisent en deux phases. Dans la phase ascendante, les années de croissance prédominent et, plus significatif, les crises caractéristiques des cycles courts sont moins aiguës et moins longues. Pendant la phase descendante ou dépressive, la croissance enregistrée pendant les bonnes années des cycles courts est plus modeste et les mauvaises années, celles de faible croissance, de stagnation ou de récession prédominent. La question des cycles économiques, les courts comme les longs, est un des thèmes les plus controversés entre économistes. Un des analystes les plus intéressants en ce qui concerne les ondes longues est Ernest Mandel (1923-1995) qui a analysé l’interaction complexe entre facteurs économiques et socio-politiques dans le déroulement des ondes longues. Ernest Mandel fit un apport substantiel en ce qui concerne le rôle du facteur politique sur le processus de démarrage et de développement des ondes longues expansives, apport qui devra encore être enrichi et complété (Mandel, 1972, Mandel 1978).