De quoi la crise est-elle le nom ?

11 juin 2015 par Renaud Duterme

CC - Stencil « La crise ?! »

Selon le vocable suivi par la majorité des médias et des économistes, nous sommes depuis plusieurs années dans une situation de « crise ». Cette dernière serait non seulement financière et économique mais également écologique, sociale, politique, etc. Pourtant, ce que traversent nos sociétés est beaucoup plus profond. De ce fait, l’utilisation de ce vocabulaire n’a-t-elle pas pour fonction première de servir les intérêts des classes dirigeantes, bien souvent à la manœuvre pour nous faire « retrouver la croissance » ? De ce fait, ce concept de « crise » est à la fois sous-estimé et exagéré, laissant apparaître un paradoxe qui n’est qu’apparent.

Un basculement plutôt qu’une crise
L’utilisation du mot « crise » est tout simplement inappropriée pour décrire l’état de nos sociétés post-industrielles |1| . L’idée de crise suppose en effet un caractère temporaire, impliquant tôt ou tard un retour à une situation antérieure (dans ce cas-ci des taux de croissance positifs combinés avec le « plein-emploi »). Or, les contradictions du système sont telles qu’un retour à ce type de situation, considérée comme allant de soi, est impossible. Ces contradictions sont de deux ordres :

  1. Socio-économiques : ce qu’on nomme la crise n’est en fait rien d’autre qu’une situation de surproduction à l’œuvre depuis la fin des années 70. Traditionnellement pointé du doigt pour expliquer la fin des Trente Glorieuses, le premier « choc pétrolier » ne fut que le révélateur de tendances déjà en œuvre qui précipitèrent dans l’abîme la fameuse croissance économique tant acclamée : d’une part un tassement de la demande en raison du manque de débouchés et d’autre part un chômage de masse irréversible causé par les délocalisations et le recours aux machines de plus en plus omniprésentes. La « crise » fut temporairement résolue par un endettement généralisé (ménages, entreprises et Etats), le tout dilué dans un contexte de financiarisation croissante de l’économie. Ce ne fut qu’une fuite en avant, laquelle montre ses limites depuis 2007 |2| .
  2. Ecologiques : même si les contradictions qui précèdent venaient à être dépassées, il en est d’autres que toute idéologie ne saurait résoudre. En font partie les limites physiques de la planète : réchauffement climatique, épuisement des ressources (pétrole, minerais, réserves d’eau douce, terres arables, etc.), déversement de molécules chimiques artificielles dans la nature, pollution atmosphérique, atteinte à la biodiversité, déforestation, désertification et érosion des sols, etc. Bref, ce qu’on nomme les externalités de la croissance (car non prises en compte dans les calculs du PIB PIB
    Produit intérieur brut
    Le PIB traduit la richesse totale produite sur un territoire donné, estimée par la somme des valeurs ajoutées.
    Le Produit intérieur brut est un agrégat économique qui mesure la production totale sur un territoire donné, estimée par la somme des valeurs ajoutées. Cette mesure est notoirement incomplète ; elle ne tient pas compte, par exemple, de toutes les activités qui ne font pas l’objet d’un échange marchand. On appelle croissance économique la variation du PIB d’une période à l’autre.
    ) sont en train de sauter au visage d’un système dont la raison d’être est de ne connaître aucune limite. Ces mises en garde ne sont pas récentes puisque les auteurs du Club de Rome nous les posaient déjà il y a quarante ans |3| .

Ces éléments font qu’il est à la fois illusoire mais également non souhaitable de renouer avec des taux de croissance tels que nous les avons connus lors des périodes de vaches grasses. À l’inverse, nous sommes à bout d’un modèle économique, empêtré dans sa logique du profit à court terme lui occultant toute vision d’avenir.

La stratégie du choc
Pour autant, il serait dangereux de croire à la fin du capitalisme par le biais de ces contradictions. Au lieu de ça, le dépassement des seuils écologiques et les déboires économiques que nous connaissons permettent précisément au système de poursuivre son expansion. Comme l’écrit Isabelle Stengers, c’est dans la nature du capitalisme d’exploiter les opportunités |4| . Et force est de constater que c’est exactement ce qu’il est en train de faire. Concrètement, le concept de crise est utilisé pour faire miroiter un hypothétique « retour à la normale », de façon à justifier des politiques visant à étendre l’emprise du capital sur des secteurs jusque là épargnés (services publics, milieux naturels, fonctions éco-systémiques, gestion des catastrophes, etc.). Comme l’écrivent Pablo Servigne et Raphaël Stevens, « tout en invoquant l’urgence, la crise nourrit paradoxalement un imaginaire de continuité » |5| .

Quelques exemples pour illustrer cette tendance.

  1. En Europe, ce qu’on nomme la « crise de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
    Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
    Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
     » sert parfaitement d’épouvantail pour justifier l’imposition de mesures impopulaires. Le remboursement de la dette (idée techniquement irréfutable) masque ainsi tout rapport de force politique existant et encourage de la sorte les privatisations, les coupes dans les dépenses publiques et le démantèlement du droit au travail. La Grèce est sans doute le pays où la logique est à son paroxysme.
  2. Cette « stratégie du choc » |6| est également à l’œuvre dans la gestion des désastres naturels : de la Nouvelle Orléans à Haïti en passant par les plages balayées par le tsunami en Asie du Sud-est, tout est bon pour jeter dans les bras du marché la gestion et la reconstruction post-catastrophe au détriment des plus pauvres. Or, les prévisions du GIEC concernant les effets du réchauffement climatique sont catégoriques : les catastrophes climatiques vont s’accroître, à la fois en nombre et en intensité. De quoi attiser la convoitise d’un secteur privé toujours avide de profits.
  3. Les conséquences du réchauffement peuvent dans un autre registre permettre d’augmenter encore ses marges de profits. Ainsi, l’ouverture des glaces arctiques encourageant une possible exploitation pétrolière, la mainmise du secteur des assurances sur la gestion des risques climatiques , la financiarisation croissante de la nature, la spéculation Spéculation Opération consistant à prendre position sur un marché, souvent à contre-courant, dans l’espoir de dégager un profit.
    Activité consistant à rechercher des gains sous forme de plus-value en pariant sur la valeur future des biens et des actifs financiers ou monétaires. La spéculation génère un divorce entre la sphère financière et la sphère productive. Les marchés des changes constituent le principal lieu de spéculation.
    sur des espèces en voie d’extinction ou encore la promotion de solutions techniques aux changements climatiques |7| (tels que la géo-ingénierie |8| ou le nucléaire) constituent autant d’exemples qui illustrent la capacité des entreprises multinationales à exploiter toutes les opportunités, peu importe les risques pour les populations et les écosystèmes.
  4. L’argument des créations d’emplois sert en outre de prétexte pour assurer la mainmise sur des ressources naturelles par les grandes entreprises multinationales : l’exemple le plus emblématique est sans doute l’exploitation des pétroles non conventionnels (gaz de schiste et sables bitumineux principalement) mais d’une certaine façon, l’accaparement des terres arables dans les pays du Sud et l’exploitation minière rentrent également dans ce cas de figure.

Des remèdes pires que le mal
Bien entendu, loin de résoudre les problèmes, ces remèdes vont aggraver la situation à bien des égards : creusement des inégalités (sociales et entre les sexes |9|), dégradation de la cohésion sociale, appauvrissement et démantèlement de la classe moyenne là où elle existe, surexploitation de l’environnement et des peuples, etc. Cela va clairement porter atteinte à la légitimité du capitalisme. Son principal argument (l’accès au rêve américain pour qui le désire) s’effrite peu à peu et n’est dès lors réservé qu’à une minorité toujours plus réduite de citoyens. Si cet élément peut constituer une brèche dans laquelle peuvent s’engouffrer des idées de changement radical anticapitaliste, force est de constater que dans de nombreux cas, ce sont les replis identitaires qui prévalent, accompagnés de préjugés sur des boucs émissaires tout désignés (immigrés, minorités ethniques, chômeurs, fonctionnaires, etc.). On constate par ailleurs une tendance de plus en plus fréquente à un Etat d’exception, qui s’illustre dans plusieurs domaines : mise au pouvoir de technocrates pour gérer l’endettement des pays, surveillance généralisée prétextée par les divers attentats, répression des mouvements sociaux, etc. Il est ainsi fort à craindre que l’approfondissement de la « crise » tel qu’il va se produire dans les prochaines années ne présage un grand succès pour les partis xénophobes, voire racistes, les mouvements extrémistes religieux, le tout baignant dans une gestion toujours plus autoritaire de l’Etat.

Un discours de classes
Face à ce constat, davantage lucide que pessimiste, il est fondamental de réaffirmer un discours sous l’angle d’une analyse en termes de classes sociales. À l’instar du mouvement Occupy Wall Street, nous devons insister sur la responsabilité du 1 % dans la situation de débâcle économique que nous traversons ainsi que dans les dépassements des seuils écologiques mentionnés ci-dessus. Plus qu’un slogan, ces responsables sont identifiables : compagnies multinationales, grandes banques, élites économiques et politiques à leur solde ; en somme, tous les acteurs qui tirent profit d’une façon ou d’une autre de la précarisation du plus grand nombre. Accepter cette vision en termes de classes ne signifie pas nécessairement adhérer à un projet de soviétisation de la société comme veulent nous le faire croire de nombreux économistes libéraux. Il s’agit plutôt de se focaliser sur des actions Action
Actions
Valeur mobilière émise par une société par actions. Ce titre représente une fraction du capital social. Il donne au titulaire (l’actionnaire) le droit notamment de recevoir une part des bénéfices distribués (le dividende) et de participer aux assemblées générales.
ciblant prioritairement leur pouvoir : parmi celles-ci, citons notamment l’annulation des dettes illégitimes afin de mettre fin au chantage à l’austérité, la lutte contre les accords de libre-échange, la socialisation du secteur bancaire, un développement des services publics, une réforme fiscale profondément redistributive, etc. Les alternatives existent, non seulement sur papier mais également dans nombre d’endroits. Cela dit, leur concrétisation dépend avant tout des mobilisations collectives impulsées par la base. Or, celles-ci auront plus de chances de se produire une fois cette hypocrisie de la « crise » dévoilée. D’où l’intérêt d’utiliser les bons mots pour qualifier les réalités existantes.


Notes

|1| En fait, bien qu’à des degrés divers, ce qui suit est également valable pour la plupart des autres régions du monde. Les pays qualifiés d’« émergents » voient déjà leur fameuse croissance tant enviée ralentir significativement. Voir http://donnees.banquemondiale.org/indicateur/NY.GDP.MKTP.KD.ZG

|2| Pour une mise en perspective historique de la crise des Subprimes, Voir HOUBEN Henry, La crise de trente ans, Aden, Bruxelles, 2011.

|3| MEADOWS Donella et Denis, RANDERS Jorgen, Les limites à la croissance, Rue de l’échiquier, Paris, 2012.

|4| STENGERS Isabelle, Au temps des catastrophes, éditions La Découverte, Paris, 2009, p43.

|5| SERVIGNE Pablo, STEVENS Raphaël, Comment tout peut s’effondrer, Seuil, Paris, 2015, p180.

|6| Du nom du célèbre ouvrage de Naomi Klein.

|7| Lire KEUCHEYAN Razmig, La nature est un champ de bataille, éditions Zones, Paris, 2014, chapitre 2.

|8| KLEIN Naomi, Tout peut changer, capitalisme et changement climatique, Actes Sud, Paris, 2015 (pour la traduction française), chapitre 8.

|9| Les femmes subissent en effet très souvent en première ligne les attaques frontales contre les acquis sociaux auxquelles se livrent les classes dirigeantes.

Auteur.e

Renaud Duterme

est enseignant, actif au sein du CADTM Belgique, il est l’auteur de Rwanda, une histoire volée , éditions Tribord, 2013, co-auteur avec Éric De Ruest de La dette cachée de l’économie, Les Liens qui Libèrent, 2014 et auteur de De quoi l’effondrement est-il le nom ?, éditions Utopia, 2016.