Déclaration de soutien du CADTM Belgique à la grève générale du 15 décembre

11 décembre 2014 par CADTM Belgique


Le CADTM Belgique, membre du réseau Altersummit, [1] exprime ici son soutien actif à la grève générale du 15 décembre organisée par le front commun syndical belge. Moment de conscientisation et de lutte, la grève s’avère au regard des histoires des peuples un puissant outil pour faire plier le pouvoir capitaliste et ses relais politiques.

Nous soutenons l’ensemble du calendrier syndical et appelons à continuer le plan d’actions Action
Actions
Valeur mobilière émise par une société par actions. Ce titre représente une fraction du capital social. Il donne au titulaire (l’actionnaire) le droit notamment de recevoir une part des bénéfices distribués (le dividende) et de participer aux assemblées générales.
après cette grève générale, qui marquera l’Histoire de la Belgique.

Le projet du gouvernement fédéral belge constitue une violente offensive contre les droits économiques et sociaux de 99% de la population, des travailleur.se.s avec ou sans emploi. Le démantèlement programmé du droit du travail et de la sécurité sociale, la chasse aux sans-papiers et aux travailleur.se.s précaires – qui ne représentent qu’une partie du projet nauséabond de ce nouveau gouvernement – sont justifiés par un besoin toujours plus grand de compétitivité et par une prétendue recherche d’équilibre budgétaire, au nom du paiement de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
dont une grande partie n’a pourtant pas bénéficié à la majorité de la population. Rappelons que le paiement du service de la dette Service de la dette Somme des intérêts et de l’amortissement du capital emprunté. (capital et intérêts) constitue la première dépense d’État, soit 20% du budget annuel !

Ces politiques s’inscrivent dans la droite ligne de celles prescrites ces dernières années en Europe par la Troïka Troïka Troïka : FMI, Commission européenne et Banque centrale européenne qui, ensemble, imposent au travers des prêts des mesures d’austérité aux pays en difficulté. (Commission européenne, Banque centrale européenne BCE
Banque centrale européenne
La Banque centrale européenne est une institution européenne basée à Francfort, créée en 1998. Les pays de la zone euro lui ont transféré leurs compétences en matières monétaires et son rôle officiel est d’assurer la stabilité des prix (lutter contre l’inflation) dans la dite zone.
Ses trois organes de décision (le conseil des gouverneurs, le directoire et le conseil général) sont tous composés de gouverneurs de banques centrales des pays membres et/ou de spécialistes « reconnus ». Ses statuts la veulent « indépendante » politiquement mais elle est directement influencée par le monde financier.
et Fonds monétaire international FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 188 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus.
). La Commission européenne a d’ailleurs averti la Belgique que son budget était non conforme au Pacte de stabilité et de croissance. Elle a salué les réformes annoncées par le gouvernement Michel mais a exigé encore plus d’efforts dans ce sens.

Si les chiffres optimistes présentés dans le budget gouvernemental n’ont pas été approuvés par la Cour des Comptes, ce gouvernement est particulièrement obéissant et zélé en termes de casse sociale. S’il ne tombe pas, il appliquera sa « rigueur budgétaire » qui entend avant tout satisfaire les intérêts d’une poignée de riches spéculateurs au détriment du reste de la population. Les autres niveaux de pouvoir – régional, communautaire, provincial, local - ne sont pas en reste, et il s’agit là aussi de lutter contre toute forme d’austérité et contre les dettes illégitimes, comme celles qui ont été causées par les sauvetages bancaires et par la mise en œuvre depuis plus de trente ans de politiques fiscales injustes.

Enfin, le gouvernement, tout comme la Commission européenne, est particulièrement favorable à la mise en place du traité transatlantique (TTIP) et d’autres traités de libre-échange qui achèveraient de confier nos démocraties aux plus riches et aux multinationales. Contre ces deux logiques d’austérité et de libre-échange opposons-nous au gouvernement en bloquant l’économie ce lundi 15 décembre et encerclons le sommet européen ce vendredi 19 décembre à Bruxelles.

La lutte ne fait que commencer...

Troïka et Michel : dégagez !!



Notes

[1Le CADTM Belgique est également membre des plateformes de convergence AAA (Alliance pour des alternatives à l’austérité), ADTP (Acteurs des temps présents), Alliance D19-20 et Tout Autre Chose.

Autres articles en français de CADTM Belgique (116)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 110