Déclaration finale de la première Assemblée du Réseau d’Afrique du Nord pour la souveraineté alimentaire

23 décembre 2018 par Réseau d’Afrique du Nord pour la souveraineté alimentaire


La première Assemblée du Réseau d’Afrique du Nord pour la souveraineté alimentaire s’est tenue les 7, 8 et 9 décembre 2018 à Agadir, au Maroc. Elle a regroupé des délégations de syndicats, de coopératives et d’associations actives dans les domaines de la souveraineté alimentaire, de la défense des travailleurs agricoles et des petits pêcheurs, de la préservation des semences locales, de l’eau et de la terre... d’Égypte, de Tunisie, d’Algérie et du Maroc, en plus de dizaines de petit.e.s paysan.ne.s, ouvrières et ouvriers agricoles locaux. La délégation de la Palestine occupée n’a pas pu assister à la réunion. Cette Assemblée générale, un an après la mise en place du Réseau en Tunisie, a été renforcée par l’adhésion d’un certain nombre de nouvelles associations et organisations.

L’Assemblée générale a été riche en discussions entre les participantes et participants sur le concept de Souveraineté alimentaire et les priorités de chaque pays, ainsi que sur les formes d’organisation, les alternatives possibles et la résistance nécessaire aux politiques néolibérales dans les domaines de l’agriculture et de la pêche. Les délégué.e.s ont discuté et amendé la plateforme du Réseau et se sont entendus sur les critères d’adhésion, de financement, des mécanismes de gestion et de ratification de la Charte du Réseau.

Cette rencontre a eu lieu une semaine après le Sommet du G20 G20 G20 : Le Groupe des vingt (G20) est un groupe composé de dix-neuf pays et de l’Union européenne dont les ministres, les chefs de banques centrales et les chefs d’État se réunissent régulièrement. Il a été créé en 1999, après la succession de crises financières dans les années 1990. Il vise à favoriser la concertation internationale, en intégrant le principe d’un dialogue élargi compte tenu du poids économique croissant pris par un certain nombre de pays. Sont membres : Allemagne, Afrique du Sud, Arabie saoudite, Argentine, Australie, Brésil, Canada, Chine, Corée du Sud, États-Unis, France, Inde, Indonésie, Italie, Japon, Mexique, Royaume-Uni, Russie, Turquie, l’Union européenne (représentée par le Président du conseil et celui de la Banque centrale européenne). en Argentine, consacré à la dépendance du Sud vis-à-vis des pays du centre impérialiste et au renforcement du contrôle du système capitaliste mondial sur la richesse et les ressources des peuples de la région, de la marchandisation de son alimentation, de la destruction de son environnement et du climat, par l’invasion des multinationales et des consignes des institutions financières internationales, imposés par des dettes injustes et des accords de libre-échange. D’autre part, les luttes des travailleurs de la région et du monde entier s’intensifient contre ces politiques, obtenant d’importantes victoires, comme l’adoption récente par les Nations unies de la Déclaration sur les droits des paysans et des autres travailleurs des zones rurales, ce qui constitue un gain juridique pour les peuples malgré l’épuisement de cette organisation et sa domination par les pays impérialistes. La fermeté des travailleurs sud-africains est particulièrement importante face à la montée des forces populistes et fascistes de droite, suite à l’approfondissement des contradictions du système capitaliste depuis la crise financière de 2008.

En solidarité avec les résistantes et résistants aux politiques néolibérales visant les hommes et la nature, les participantes et participants ont exprimé leur solidarité avec le sit-in des travailleurs expulsés de l’entreprise Diruk dans la région d’Ait Amira qui constitue un exemple concret du pillage de la terre, de l’épuisement des ressources et du déracinement et de l’appauvrissement des petits paysans par le capitalisme agroalimentaire (agrobusiness). Ils ont salué en particulier les luttes des habitants déracinés de leurs terres à Amskarut, Haha et toutes les régions concernées par cette affaire, ainsi que toutes les luttes liées à la souveraineté alimentaire dans tous les pays de la région.

Les participant.e.s ont également exprimé leur solidarité avec les paysans sans terre du Brésil qui sont poursuivis, réprimés et expulsés de leurs terres, qu’ils ont conquises après des décennies de lutte acharnée, suite à l’arrivée récente au pouvoir de la droite populiste.

Les participantes et participants ont affirmé leur soutien absolu à toutes les luttes des peuples, des travailleur.se.s et des marginalisé.e.s dans la région et dans le monde, notamment le combat du peuple palestinien pour récupérer sa terre et ses droits violés par l’entité sioniste, l’un des instruments les plus importants de l’hégémonie impérialiste sur notre région.

Enfin, participantes et participants ont souligné l’interdépendance des différents aspects de la lutte contre les politiques privant les peuples de leur souveraineté alimentaire, et la nécessité de la coordination et de la mise en réseau des différents acteurs concernés et des mouvements de résistance dans la région, au Sud et dans le monde entier.


Organisations membres du réseau :

Attac Maroc (Membre du Réseau international du Comité pour l’abolition des dettes illégitimes (CADTM))
Syndicat des jeunes agriculteurs et professionnels forestiers (Maroc)
Justice environnementale Afrique du Nord (Algérie)
Association Torba (Algérie)
Association égyptienne pour la défense des droits collectifs (Egypte)
Comité pour la défense des cultivateurs de la canne à sucre (Egypte)
Syndicat national des pêcheurs côtiers et en haute mer (Maroc)
Groupe de travail pour la Souveraineté alimentaire (Tunisie)
Association pour la défense des oasis de Jemna (Tunisie)
Association tunisienne pour l’agriculture durable (Tunisie)
Association de l’atelier d’information sur les droits économiques et sociaux/Inhiyez.com (Tunisie)
Observatoire tunisien de l’économie (Tunisie)
Fédération de l’Association Azlef (Maroc)
Association Adwal pour le développement et la solidarité (Maroc)
Coopérative Agila Nouarn (Maroc)
Fédération de la coordination pour une citoyenneté efficace (Maroc)
Fédération des associations civiles à Tamri (Maroc)
Fédération Tellouzet pour l’apiculture (Maroc)
Association Terre des hommes (Maroc)
Association Al-Millilem Moukdour (Maroc)
Coopérative Tizrit (Maroc)
Association Adaouder pour la culture et le sport (Maroc)
Association Ed El Rais pour le développement et la solidarité (Maroc)
Association agricole de Taroudant (Maroc)
Association Tikzrit région d’Essaouira (Maroc)
Association Idaouidr pour le développement de la culture, du sport et de l’aquaculture, Communauté d’Amkrad de la région d’Essaouira (Maroc)
Association Aoul Ifaoun pour le développement social à Badautnen (Maroc)

Agadir le 09 décembre 2018

Remarque : Les associations, coopératives et syndicats agricoles dont le nom a été omis de la liste ci-dessus sont appelés à nous contacter pour les ajouter à la liste des signataires de cette déclaration.

La version arabe du communiqué



cadtm.org

Traduction(s)