Démêler le vrai du faux dans la flambée des prix agricoles mondiaux

6 octobre 2008 par Jacques Berthelot

Jacques Berthelot, (jacques.berthelot4@wanadoo.fr), Solidarité (http:/solidarite.asso.fr)
15 juillet 2008

Plan

I – Classement des causes de la flambée récente des prix agricoles mondiaux

II – L’envolée récente des prix des principaux produits agricoles à usage alimentaire

III - La baisse de la production et des stocks de grains face à la hausse de la demande

IV – La responsabilité des principaux pays dans la flambée des prix agricoles mondiaux

A – Excédents & déficits des échanges agricoles et alimentaires dépendent des produits inclus

B – Chine et Inde ne sont pas responsables de la flambée récente des prix agricoles mondiaux

C – Les Etats-Unis et l’Union européenne portent la responsabilité essentielle

1) Les EU, le bioéthanol de maïs et le biodiesel de soja
2) L’Union européenne, le bioéthanol de céréales et betterave et le biodiesel de colza

3) Les autres responsabilités des EU et de l’UE dans les émeutes actuelles de la faim

D – Le Brésil a-t-il une responsabilité dans la flambée des prix agricoles ?

V – Le rôle de la spéculation Spéculation Opération consistant à prendre position sur un marché, souvent à contre-courant, dans l’espoir de dégager un profit.
Activité consistant à rechercher des gains sous forme de plus-value en pariant sur la valeur future des biens et des actifs financiers ou monétaires. La spéculation génère un divorce entre la sphère financière et la sphère productive. Les marchés des changes constituent le principal lieu de spéculation.
financière et commerciale dans la flambée des prix agricoles

La présente note vise à clarifier et hiérarchiser les causes essentielles de la flambée récente des prix agricoles et alimentaires telles que diffusées par les médias, voire les économistes. Elle ne revient pas par contre sur les émeutes de la faim, bien documentées, ni sur les aspects agronomiques et environnementaux liés notamment à la production de biocarburants.
On commencera par classer les causes essentielles de cette flambée des prix agricoles, flambée que l’on mesurera ensuite pour les principaux produits avant de faire l’analyse des causes par produit puis d’identifier la responsabilité des principaux pays – Etats-Unis (EU), UE, Chine, Inde, Brésil – et celle de la spéculation financière. On se centrera principalement sur les céréales et oléagineux, sachant que la hausse de ces constituants de l’alimentation animale s’est répercutée sur les prix des viandes et produits laitiers.

I – Classement des causes de la flambée récente des prix agricoles

On peut distinguer les causes liées à l’augmentation de la demande de celles liées à l’insuffisance de l’offre ou à la hausse de ses coûts, sachant que certaines causes ont eu des effets à court terme alors que d’autres correspondent à des tendances de long terme, ce qui recoupe en partie la distinction entre causes conjoncturelles et structurelles.

Cette confusion des causes dues aux tendances de long terme passées ou futures avec les causes plus immédiates est illustrée par les réponses données par Gilles Hirzel, représentant de la FAO en France, dans un débat organisé par Les Echos le 14 avril 2008. A la question « Qu’est-ce qui explique la hausse des prix des matières premières ? » Gilles Hirzel répond « Evidemment les dérèglements climatiques sur l’année 2007. Ensuite il y a la croissance de la population, l’évolution de l’alimentation dans les pays émergents Pays émergents Les pays émergents désignent la vingtaine de pays en développement ayant accès aux marchés financiers. (ils consomment davantage de viande, ce qui exerce une pression sur le marché des céréales), l’augmentation du prix du pétrole et l’émergence de la production d’agro-carburants. Mais le véritable problème de fond est le désinvestissement dans le secteur agricole depuis de très nombreuses années » |1|
. Toutes ces causes sont réelles mais semblent mettre sur le même plan les causes récentes dues aux dérèglements climatiques de 2007, à la production des agro-carburants et à la hausse du prix du pétrole avec des causes de plus long terme que sont l’évolution de l’alimentation des pays émergents et le désinvestissement dans le secteur agricole des PED.

Lire la suite en pdf