Les lumières de Tanger : suite 3

Désamorcer la crise ouverte par « dégage Amendis »

20 novembre 2015 par Souad Guennoun

Après la 3e manifestation du samedi 31 octobre 2015 des citoyens de Tanger où le cri des manifestant-es « dégage Amendis » a été plus fort, plus massif, plus déterminé, le mouvement a commencé à s’étendre à d’autres villes. Le 1er ministre Benkirane, accompagné du ministre de l’Intérieur se sont déplacés à Tanger le lendemain pour désamorcer la crise, appliquant les vieilles recettes pour stopper le mouvement : menaces et répression, promesses et division. Benkirane a menacé : il ne veut plus entendre « dégage Amendis » car on ne peut se défaire d’Amendis, elle représente la France !

Le roi a donné ses instructions pour trouver des solutions, « notamment aux catégories à revenu limité », aussi Benkirane a annoncé avoir résolu 8900 litiges !
« Alors pourquoi les manifestations perdurent ? » demande le Premier ministre, « si ce n’est pour manipuler la population » se répond-il.

La crise de la gestion déléguée par Amendis de la ville de Tanger, s’est propagée aux autres villes du nord du Maroc:TétouanMartil, M’dik, Fnidek où les citoyens exigent des réponses à leurs nombreuses requettes : hausses des factures d’eau et d’électricité, services défaillants, engagements et promesses non tenues par Amendis…

La nouvelle politique de régionalisation mise en place après les dernières élections municipales, loin d’apporter plus de démocratie et de transparence dans la gestion publique, nourrit d’avantage les conflits de pouvoir et la corruption des élus. Après un moi de protestations populaires et 3 manifestations à Tanger de plus en plus massives, les élus de la ville de Tanger se sont montrés incapables de s’entendre pour gérer la crise qui se propage et faire face à la colère populaire.
Aussi les déclarations menaçantes du Premier Ministre, et du ministre de l’Intérieur, ne font qu’appliquer les « directives royales » : semer la division pour isoler puis casser le mouvement de peur qu’il ne se développe partout ailleurs et que le cri populaire « dehors Amendis »ne se transforme en « dégage ».

Désamorcer le mouvement

La contre-information, les promesses, puis les menaces, les arrestations,
la propagande dans les mosquées durant la prière du vendredi pour appeler les musulmans à éviter la « fitna »(la révolte)… rien n’a été épargné pour stopper le mouvement qui continue à réclamer à l’unisson : « Amendis dégage »
Avant la 4e marche à Tanger du samedi 7 novembre et après un mois de protestations, 3 manifestations de plus en plus importantes qui s’étendent à d’autres villes du nord du Maroc, Tétouan, la direction de communication de Véolia sort du silence pour annoncer : « 33000 factures ont été révisées par Amendis »

Samedi 7 novembre 2015 : La 4e manifestation des habitants de Tanger contre Amendis.

La manifestation s’est maintenue malgré les menaces, les arrestations et les « directives du roi ».
Malgré la faible couverture médiatique et la contre-information annonçant la fin d’un mouvement qui s’essouffle…

Témoignage de M., militant du mouvement

Une manifestation courageuse, contre la peur et la terreur !
Après l’impressionnante manifestation du samedi dernier partie de Tanger au cri de « Amendis dégage » pour toucher Tétouan, El Ksar, M’Dik, les autres villes gérées par Amendis , nous avons vécu durant toute cette semaine pressions et menaces pour effrayer les citoyens :cinq militants de Tanger ont été arrêtés puis relâchés.

Pour diviser et affaiblir notre mouvement qui ne cesse de se développer et touche les autres villes du nord : Tétouan,Martil, Ksar, Fnidek…
Ce vendredi, à la veille de notre 4e manifestation appelée pour le samedi 7 novembre, lors des prières du vendredi dans les mosquées, les imams ont appelé les musulmans à éviter la « fitna », à ne pas manifester le samedi et rester chez eux !

Or, malgré ce contexte de peur, d’intimidation, de menaces et de contre informations, ce samedi avant notre 4e manifestation, malgré la présence imposante des forces de répressions, le bouclage des quartiers populaires, nous avons réussi à rejoindre le centre ville à Tanger au cri de « Amendis dégage ! »
Le premier ministre du PJD (parti islamiste royaliste libéral) qui avait appelé à ne pas manifester contre Amendis, qui représente la France, a été hué : « Benkiran, traître, menteur »

Cette manifestation, moins importante en nombre que la dernière, a néanmoins rassemblé près de 5000 personnes à Tanger.

D’autres manifestations ce même jour ont eu lieu à Tétouan, Martil,M’Dik, Ksar, Fnidek
Une manifestation courageuse, contre la peur et la terreur.

Dimanche 8 novembre 2015
Souad G. Attac/CADTM Maroc


Auteur.e

Souad Guennoun

Architecte et photographe renommée, vit à Casablanca. Elle témoigne depuis plusieurs années des crises sociales du Maroc d’aujourd’hui : émigration clandestine, enfants des rues, situation des femmes, luttes ouvrières, etc. Elle filme les luttes menées contre la concentration des richesses, les restructurations d’entreprises provoquées par le néo libéralisme, les choix du régime monarchique visant à soumettre la population aux exigences de la mondialisation financière. Elle est membre d’ATTAC-CADTM Maroc.


Autres articles en français de Souad Guennoun (30)

0 | 10 | 20