3 avril > 9 avril

Lyon (69), France

Festival EXTRAIRE

Dette & Extractivisme, duo destructeur

Festival EXTRAIRE

PRIX LIBRE* & SANS RÉSERVATION
* sauf adhésion 4€ à l’Aquarium ciné-café & adhésion libre à l’atelier des canulars

Extractivisme, l’exploitation massive des ressources naturelles, et celle des êtres humains par les êtres humains qu’elle nécessite.​

Ce terme peu répandu, aux multiples définitions, est pourtant le moteur de ce qu’on appelle l’Anthropocène, le cœur du capitalisme mondialisé, et le modèle de nos rapports de pouvoir au monde.

Ce festival, qui mêle art et science, tend à remettre en lumière son impact d’hier et aujourd’hui, pour envisager un futur plus enviable.
​https://www.theatredubruit.fr/festival-extraire

Conférence

Vendredi 8 avril à 20h à la Maison de l’écologie (Lyon 1)

Nicolas Sersiron

Son approche : Le pillage des richesses naturelles de la planète, notre bien commun, par les multinationales qui les transforment en ressources financières, se nomme extractivisme Extractivisme Modèle de développement basé sur l’exploitation des ressources naturelles, humaines et financières, guidé par la croyance en une nécessaire croissance économique. . Il s’effectue au nom du droit de propriété et du profit immédiat d’une « élite », sans aucun respect pour les générations futures, la terre-mère et les peuples qui sont envisagés en tant que ressources humaines. La dette illégitime Dette illégitime C’est une dette contractée par les autorités publiques afin de favoriser les intérêts d’une minorité privilégiée.

Comment on détermine une dette illégitime ?

4 moyens d’analyse

* La destination des fonds :
l’utilisation ne profite pas à la population, bénéficie à une personne ou un groupe.
* Les circonstances du contrat :
rapport de force en faveur du créditeur, débiteur mal ou pas informé, peuple pas d’accord.
* Les termes du contrat :
termes abusifs, taux usuraires...
* La conduite des créanciers :
connaissance des créanciers de l’illégitimité du prêt.
est le levier du pillage extractiviste.​

Sa bio : Après l’université, éleveur, céramiste, reporter photographe, militant à Survie (Françafrique), puis au CADTM depuis 2000, il a écrit Dette et extractivisme, de nombreux articles, et donné 300 conférences

​​


À venir