Interview de Nicola Bullard, Focus on the Global South

« Développer le réseau international des mouvements sociaux »

13 février 2004 par Yannick Bovy


Nicola Bullard est vice-présidente de Focus on the Global South, une ONG militante basée à Bangkok, en Thaïlande, et partenaire du CADTM.

Dans le cadre du Forum social mondial, tu as activement participé à l’Assemblée des Mouvements sociaux. De quoi s’agit-il ?

Cette assemblée, qui se réunit et débat au sein du Forum social, est extrêmement importante à nos yeux. C’est un élément essentiel de notre stratégie, qui nous permet d’articuler nos analyses et campagnes avec les mouvements sociaux de la planète et de développer avec eux notre capacité de mobilisation. Nous ne pourrons pas aboutir à la transformation sociale et politique que nous souhaitons sans la mobilisation populaire la plus large, sans que les gens descendent dans la rue.

A cet égard, le FSM de Mumbai est un succès...

Effectivement. Lors de la réunion de clôture du Conseil international du Forum social mondial, tout le monde a salué l’extraordinaire capacité de mobilisation et de représentation des différents secteurs des mouvements sociaux indiens - et l’espace de débat et d’expression que le FSM a constitué pour eux. Cela dit, nous avons encore énormément de travail pour ouvrir d’autres espaces, non seulement physiques mais aussi intellectuels, politiques, pour permettre à tous ces groupes de participer pleinement au processus. Nous sommes encore conditionnés par un mode de pensée et d’organisation occidental, par notre manière habituelle de débattre et de nous réunir. Nous devons nous ouvrir à d’autres moyens d’expression, de discussion, et à la complexité du monde tel qu’il est.

Quant aux mouvements sociaux et aux organisations de masse en Inde, ils sont tellement vastes et différents, ils ont tellement de problèmes à résoudre, que l’importance de s’allier à d’autres mouvements, à l’échelle internationale, ne leur apparaît pas toujours évidente. On l’a vu ici : l’Inde est un monde en soi. Nous avons donc cette responsabilité de tout faire pour faciliter les liens, les alliances entre mouvements, secteurs et groupes qui le souhaitent. Le mouvement international a énormément à y gagner. Cela étant, le Forum a constitué une étape très importante de collaboration entre forces progressistes en Inde, et je pense que cette collaboration va se poursuivre. Ce n’est pas seulement une alliance ponctuelle et technique.

L’un des grands résultats de ce Forum est le lancement d’une campagne internationale pour la fermeture des bases militaires états-uniennes dans le monde...

Plus de 72 pays comptent au moins une base militaire nord-américaine sur leur territoire. Pour la première fois, un réseau international rassemblant des militants de tous ces pays se constitue pour réclamer la fermeture de ces bases militaires, et c’est formidable. C’est le genre d’initiative qui ne peut voir le jour que dans le cadre d’un espace comme celui du FSM. C’est un contexte, une dynamique, un réseau qui se tisse de rencontre en rencontre, et réunit les gens qui travaillent sur le terrain. Avec un potentiel énorme : celui de modifier les rapports de force pour parvenir, un jour, à transformer la réalité du monde dans lequel nous vivons.



Propos recueillis par Yannick BOVY.

Autres articles en français de Yannick Bovy (40)

0 | 10 | 20 | 30