28 septembre

Bruxelles, Belgique

Droit à l’avortement pour toutes ! Recht op abortus voor alle !

En solidarité avec l’ensemble des femmes européennes, après la lutte exemplaire des femmes espagnoles en 2015, polonaises en 2016, nous exigeons que les droits des femmes, la liberté à disposer de son corps, le droit à l’avortement et à la santé soient respectés dans tous les pays européens et inscrits comme droits fondamentaux pour l’égalité en Europe.

Aujourd’hui le droit à l’avortement au sein de l’Europe relève de la compétence de chaque Etat. Interdit en Irlande et à Malte, sous hautes contraintes en Hongrie et en Pologne, le droit à l’avortement, même légalisé est, peut ou pourrait être remis en question par le maintien de la clause de conscience des médecins (Italie), l’absence de structures hospitalières adéquat (Grèce, Bavière), les restrictions de personnels et les suppressions des centres pratiquant l’avortement lors de restructurations hospitalières (France), et, dans tous les pays, par l’élection de gouvernements réactionnaires, conservateurs et rétrogrades.

Cette manifestation, co-organisée par plusieurs associations belges et françaises, est réalisée dans le cadre de la Rencontre Européenne de la MMF Money Market Funds
MMF
Les Money Market Funds (MMF) sont des sociétés financières des États-Unis et d’Europe, très peu ou pas du contrôlées ni réglementées car elles n’ont pas de licence bancaire. Ils font partie du shadow banking. En théorie, les MMF mènent une politique prudente mais la réalité est bien différente. L’administration Obama envisage de les réglementer car, en cas de faillite d’un MMF, le risque de devoir utiliser des deniers publics pour les sauver est très élevé. Les MMF suscitent beaucoup d’inquiétude vu les fonds considérables qu’ils gèrent et la chute depuis 2008 de leur marge de profit. En 2012, les MMF états-uniens maniaient 2 700 milliards de dollars de fonds, contre 3 800 milliards en 2008. En tant que fonds d’investissement, les MMF collectent les capitaux des investisseurs (banques, fonds de pension…). Cette épargne est ensuite prêtée à très court terme, souvent au jour le jour, à des banques, des entreprises et des États.
Dans les années 2000, le financement par les MMF est devenu une composante importante du financement à court terme des banques. Parmi les principaux fonds, on trouve Prime Money Market Fund, créé par la principale banque des États-Unis JP.Morgan, qui gérait, en 2012, 115 milliards de dollars. La même année, Wells Fargo, la 4e banque aux États-Unis, gérait un MMF de 24 milliards de dollars. Goldman Sachs, la 5e banque, contrôlait un MMF de 25 milliards de dollars.
Sur le marché des MMF en euros, on trouve de nouveau des sociétés états-uniennes : JP.Morgan (avec 18 milliards d’euros), Black Rock (11,5 milliards), Goldman Sachs (10 milliards) et des européennes avec principalement BNP Paribas (7,4 milliards) et Deutsche Bank (11,3 milliards) toujours pour l’année 2012. Certains MMF opèrent également avec des livres sterling. Bien que Michel Barnier ait annoncé vouloir réglementer le secteur, jusqu’à aujourd’hui rien n’a été mis en place. Encore des déclarations d’intention...
1. L’agence de notation Moody’s a calculé que pendant la période 2007-2009, 62 MMF ont dû être sauvés de la faillite par les banques ou les fonds de pensions qui les avaient créés. Il s’est agi de 36 MMF opérant aux États-Unis et 26 en Europe, pour un coût total de 12,1 milliards de dollars. Entre 1980 et 2007, 146 MMF ont été sauvés par leurs sponsors. En 2010-2011, toujours selon Moody’s, 20 MMF ont été renfloués.
2 Cela montre à quel point ils peuvent mettre en danger la stabilité du système financier privé.
du 28 septembre au 1 octobre à Bruxelles.

Jeudi 28 septembre à 17:30 - 20:00
Bruxelles Quartier Européen

TANT QUE TOUTES LES FEMMES NE SERONT PAS LIBRES,
NOUS SERONS EN MARCHE !

Fbk : https://www.facebook.com/events/138...

Solidair met de Europese vrouwenverenigingen na de spectaculaire strijd van de Spaanse vrouwen in 2015, en de Poolse in 2016 eisen wij dat rechten van vrouwen ; de vrijheid om over haar eigen lichaam te beschikken, het recht op abortus en gezondheid, gerespecteerd worden in alle Europese landen en ingeschreven worden als fundamentele rechten voor gelijkheid in Europa.

Het recht op abortus op Europees niveau behoort tot de competentie van elke lidstaat. Het is verboden in Ierland en Malta, staat onder hoge druk in Hongarije en Polen. Het recht op abortus, zelfs gelegaliseerd kan of zou kunnen in vraag gesteld worden door de handhaving van de gewetens clausule van de geneesheren (Italië) de afwezigheid van adequate medische structuren (Griekenland, Bavière), het te kort aan personeel en het terugdringen van de centra voor abortus door de herstructurering van de ziekenhuizen (Frankrijk) en, in al de landen waar de verkiezing van reactionaire, conservatieve en behoudsgezinde regeringen...

Deze betoging, georganiseerd door verschillende Belgische en Franse groepen, maakt deel uit van de Europese ontmoeting van de WVM vanaf 28 september tot 1 oktober 2017 in Brussel.

WIJ ZULLEN STAPPEN TOT ALLE VROUWEN VRIJ ZIJN !

Fbk : https://www.facebook.com/events/138...


Document
(PDF -152.8 ko)

À venir