Éléphants blancs et GPNIS : Nous ne paierons pas pour leur folie !

2 août par Jérémie Cravatte

Au Nord comme au Sud, la mise en place de ces mégaprojets entraîne – presque systématiquement – des conséquences écologiques |1| catastrophiques, ce qui souligne leur caractère arriéré et teinté de folie au vu des enjeux climatiques et environnementaux actuels.

L’expression « éléphant blanc » désigne un mégaprojet, souvent d’infrastructure, qui amène plus de coûts que de bénéfices à la collectivité. Pour la petite histoire, la métaphore de l’éléphant blanc provient de la tradition des princes indiens qui s’offraient ce cadeau somptueux. Cadeau empoisonné, puisqu’il entraînait de nombreux coûts et qu’il était proscrit de le faire travailler. Ce terme est généralement utilisé pour désigner des mégaprojets développés dans les pays du Sud.

L’expression « grands projets nuisibles et imposés », qui fait suite à l’expression plus connue de « grands projets inutiles et imposés », désigne également des mégaprojets qui parfois n’ont même pas été terminés ou se sont avérés par la suite inutiles et coûteux. « Inutiles »... vraiment ? Ces projets servent en fait des intérêts bien particuliers, ceux des firmes grassement payées pour leur construction et / ou par l’usage qui en sera fait. Ils sont donc bien utiles pour une poignée de privilégiéEs, même s’ils sont nuisibles pour la majorité de la population et l’environnement. Cette expression est généralement utilisée pour désigner des mégaprojets développés dans les pays du Nord.

Dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
écologique

Le cas d’Assouan en Égypte montre bien les désastres écologiques provoqués par les grands barrages. Inondations, inégalité d’accès à l’eau, élévation du niveau de la nappe phréatique, salinisation et érosion des sols, évaporation de l’eau (douze milliards de mètres cubes, soit 14 % du débit du Nil), destruction des fertilisants naturels et recours aux engrais chimiques, apparition d’espèces invasives et de nouvelles maladies. Et c’est sans parler de la catastrophe humanitaire qu’ont vécu les Nubiens dont les terres ont été noyées et qui ont été forcés à un exil catastrophique |2|.

Ces mégaprojets onéreux se multiplient dans les pays qui connaissent une crise financière et économique.

Plus proches de nous dans le temps et l’espace, les projets d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et de la LGV (TAV) Lyon-Turin en Italie entraîneraient également des destructions à grande échelle (voir encadré). Dans le premier cas, il est facile de penser à l’impact climatique qu’auraient les activités de ce nouvel aéroport. Mais c’est également la destruction de 2000 hectares d’une zone bocagère à la biodiversité et à la participation au cycle de l’eau exceptionnelles, et de terres cultivables – à l’heure où l’insécurité alimentaire en Europe atteint des sommets – qui mobilise les foules. Et le fait que le projet soit certifié « Haute Qualité Environnementale » n’y changera rien...

C’est souvent cette attaque contre les écosystèmes (au sens large, dans lequel vit la population) que ces projets impliquent qui provoque l’indignation et la résistance des habitants et des mouvements sociaux. Peut-être plus que leur impact financier, et pourtant…


Dette financière

Paradoxe (apparent du moins) : ces mégaprojets onéreux se multiplient dans les pays qui connaissent une crise financière et économique. Ces situations constituent en fait une occasion pour les multinationales de développer encore plus de tels projets. Il a fallu attendre 2010 et les plans d’ajustement structurel Ajustement structurel Politique économique imposée par le FMI en contrepartie de l’octroi de nouveaux prêts ou de l’échelonnement d’anciens prêts. , incluant la destruction des codes environnementaux et du travail, pour voir apparaître en Grèce des projets tels que les grands complexes touristiques (aéroport d’Elliniko), le « Programme Soleil » (centrales solaires industrielles), les parcs éoliens d’EDF en Crète, les centrales hydroélectriques, la mine d’or dans la forêt de Skouries, etc |3|.

Au-delà de tous les coûts environnementaux et sociaux (impayables) qu’ils provoquent, ces mégaprojets grèvent les finances publiques et coûtent toujours beaucoup plus cher que prévu (et ce, bien sûr sans compter les coûts de la répression utilisée pour tenter de les imposer).

Les coûts pour la collectivité, et les bénéfices pour les multinationales, voilà pourquoi des projets nuisibles sont imposés un peu partout sur le globe.

Un des projets les plus tristement célèbres est celui des barrages INGA, lancés par l’ex-colonisateur belge, repris par le dictateur Mobutu et financés par la Banque mondiale Banque mondiale
BM
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) a été créée en juillet 1944 à Bretton Woods (États-Unis), à l’initiative de 45 pays réunis pour la première Conférence monétaire et financière des Nations unies. En 2011, 187 pays en étaient membres.

Créée en 1944 à Bretton Woods dans le cadre du nouveau système monétaire international, la Banque possède un capital apporté par les pays membres et surtout emprunte sur les marchés internationaux de capitaux. La Banque finance des projets sectoriels, publics ou privés, à destination des pays du Tiers Monde et de l’ex-bloc soviétique. Elle se compose des cinq filiales suivantes :
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD, 184 membres en 2003) octroie des prêts concernant de grands secteurs d’activité (agriculture et énergie), essentiellement aux pays à revenus intermédiaires.
L’Association internationale pour le développement (AID, ou IDA selon son appellation anglophone, 164 membres en 2003) s’est spécialisée dans l’octroi à très long terme (35 à 40 ans, dont 10 de grâce) de prêts à taux d’intérêt nuls ou très faibles à destination des pays les moins avancés (PMA).
La Société financière internationale (SFI) est la filiale de la Banque qui a en charge le financement d’entreprises ou d’institutions privées du Tiers Monde.
Enfin, le Centre international de règlements des différends relatifs aux investissements (CIRDI) gère les conflits d’intérêts tandis que l’Agence multilatérale de garantie des investissements (AMGI) cherche à favoriser l’investissement dans les PED. Avec l’accroissement de l’endettement, la Banque mondiale a, en accord avec le FMI, développé ses interventions dans une perspective macro-économique. Ainsi la Banque impose-t-elle de plus en plus la mise en place de politiques d’ajustement destinées à équilibrer la balance des paiements des pays lourdement endettés. La Banque ne se prive pas de « conseiller » les pays soumis à la thérapeutique du FMI sur la meilleure façon de réduire les déficits budgétaires, de mobiliser l’épargne interne, d’inciter les investisseurs étrangers à s’installer sur place, de libéraliser les changes et les prix. Enfin, la Banque participe financièrement à ces programmes en accordant aux pays qui suivent cette politique, des prêts d’ajustement structurel depuis 1982.

TYPES DE PRETS ACCORDES PAR LA BM :
1) Les prêts-projets : prêts classiques pour des centrales thermiques, le secteur pétrolier, les industries forestières, les projets agricoles, barrages, routes, distribution et assainissement de l’eau, etc.
2) Les prêts d’ajustement sectoriel qui s’adressent à un secteur entier d’une économie nationale : énergie, agriculture, industrie, etc.
3) Les prêts à des institutions qui servent à orienter les politiques de certaines institutions vers le commerce extérieur et à ouvrir la voie aux transnationales. Ils financent aussi la privatisation des services publics.
4) Les prêts d’ajustement structurel, censés atténuer la crise de la dette, qui favorisent invariablement une politique néo-libérale.
5) Les prêts pour lutter contre la pauvreté.
Site : http://www.banquemondiale.org
. Les coûts des travaux ont été largement sous-estimés et ont plus que doublé. La moitié de l’augmentation de la dette de la RDC entre 1970 et 1982 lui est attribuable. Au final, INGA ne fournit que 11 % de la population en électricité et a surtout été utilisé pour l’extraction de minerais au Katanga, à 1 900 kilomètres de distance.

Aux Philippines, la centrale nucléaire de Bataan, construite sous le règne de Marcos, a coûté 2,3 Mds $. En 1986, le stock de la dette Stock de la dette Montant total des dettes. publique était principalement dû à ce projet (dont le paiement n’a pris fin qu’en 2007...).

Concernant la LGV (TAV) Lyon-Turin, les coûts annoncés de 26 Mds € (à se partager entre l’Italie et la France) seraient sous-estimés de 400 % selon l’association Habitat. Le coût de la seule partie française serait supérieur à 11 Mds €, soit l’équivalent du « trou » annuel de la sécurité sociale |4|. rappeler la logique derrière les sauvetages bancaires ou des mécanismes tels que l’ISDS prévu dans le traité transatlantique en cours de négociation et l’indemnisation pour perte de « bénéfices escomptés »). En Russie, pour un chantier évalué à 1,8 milliard d’euros (l’autoroute Khimki), le groupe Vinci prévoyait une rente annuelle de 700 millions d’euros |5|. Les coûts pour la collectivité, et les bénéfices pour les multinationales, voilà pourquoi des projets nuisibles sont imposés un peu partout sur le globe.

Tout ceci avec la complicité active des États qui s’empresseront d’utiliser le gonflement de la dette publique comme argument pour imposer une austérité et des réformes drastiques à la population. La même excuse est utilisée par ces États pour brader les biens communs et faciliter la privatisation de tout ce qui peut rapporter à la classe capitaliste. Comme cette forêt remplie d’or au Nord de la Grèce vendue à la société canadienne Eldorado Gold. Vendue, ou plutôt donnée, pour 1€ symbolique. Ce qui prouve que le but de la privatisation n’est pas de faire rentrer de l’argent dans les caisses de l’État mais de faire des cadeaux aux petits amis |6|. Les pays de la « périphérie » sont évidemment les plus touchés, et spécifiquement les plus endettés. Vinci est là pour en profiter, il a racheté 10 aéroports portugais depuis le début de la crise, rien de moins.


Nous ne paierons pas pour leur folie

Ces folies ne sont donc pas inutiles pour tout le monde. Et si parfois ces projets ne sont que le fruit de mégalomanies, ils sont souvent présentés comme répondant à l’intérêt général. Pourtant, ils se moquent généralement de l’opinion publique. Le prétendu « développement » et la « croissance », au Sud comme au Nord, nous sont resservis sans cesse, ainsi que le respect de « l’État de droit » et de la « démocratie ». Mais cette fable convainc de moins en moins...

« Nous n’avons rien à négocier avec ceux qui nous construisent ce monde de merde » - Camille, zadiste

Les résistances face à ces méga-projets ont toujours existé mais, nous sommes aujourd’hui dans une autre échelle, autant du côté des projets que des résistances. Et une coordination de ces luttes devient nécessaire. Un des espaces où cette coordination s’organise en Europe est le Forum annuel contre les grands projets inutiles et imposés. Mais c’est bien sûr dans la lutte elle-même, sur le terrain, que les meilleures coordinations et renforcements mutuels se sont développés et se développent encore aujourd’hui.

Soulignons d’ailleurs qu’un nombre non négligeable de tous ces méga-projets ont été annulés, sabotés, suspendus ou abandonnés. Au-delà de la résistance, il faut poser la question de la lutte pour le contrôle des investissements faits avec l’argent de la collectivité et de l’audit des dettes liées à ces mégaprojets. Que leur folie soit illégale ou illégitime, nous n’allons pas payer pour elle. Il faut les faire revenir sur terre.

Les éléphants blancs Éléphant blanc
éléphants blancs
L’expression « éléphant blanc » désigne un mégaprojet, souvent d’infrastructure, qui amène plus de coûts que de bénéfices à la collectivité.

Pour la petite histoire, la métaphore de l’éléphant blanc provient de la tradition des princes indiens qui s’offraient ce cadeau somptueux. Cadeau empoisonné, puisqu’il entraînait de nombreux coûts et qu’il était proscrit de le faire travailler. Ce terme est généralement utilisé pour désigner des mégaprojets développés dans les pays du Sud.
et autres GPNIs GPNI
GPNIS
L’expression « grands projets nuisibles et imposés », qui fait suite à l’expression plus connue de « grands projets inutiles et imposés », désigne également des mégaprojets qui parfois n’ont même pas été terminés ou se sont avérés par la suite inutiles et coûteux. « Inutiles »... vraiment ? Ces projets servent en fait des intérêts bien particuliers, ceux des firmes grassement payées pour leur construction et / ou par l’usage qui en sera fait. Ils sont donc bien utiles pour une poignée de privilégiéEs, même s’ils sont nuisibles pour la majorité de la population et l’environnement. Cette expression est généralement utilisée pour désigner des mégaprojets développés dans les pays du Nord.
doivent continuer à avoir la vie dure. Comme dirait Camille |7| : « Nous n’avons rien à négocier avec ceux qui nous construisent ce monde de merde ». Toutes ces luttes amènent précisément à d’autres possibles, à d’autres projets situés aux antipodes de l’accumulation d’une dette écologique et financière illégitimes. Ces luttes de territoires, qui concernent des infrastructures, s’attaquent au cœur même du pouvoir et de la démocratie.


Liste (minuscule) d’éléphants blancs et autres GPNIS :

- Le barrage de Belo Monte au Brésil : déplacement de populations / destruction de la nature et des écosystèmes
- Les parcs éoliens industriels de Tehuantepec au Mexique : accaparement de terres
- La centrale nucléaire de Bataan aux Philippines : n’a jamais produit d’électricité
- La ville fantôme de Kangbashi en Mongolie : construite pour ... booster la croissance
- Les barrages INGA I, II et III en RDC : fonctionnent à 20 % de leur capacité alors qu’ils étaient censés fournir de l’électricité à tout le pays
- Le monument de la renaissance africaine au Sénégal : gouffre financier
- La cathédrale de Yamoussoukro en Côte d’Ivoire : plus grand édifice religieux du monde
- Les centraux téléphoniques en Ouganda : alors qu’il n’y avait pas de réseau électrique pour les faire fonctionner
- Le barrage d’Assouan en Egypte : désastre écologique
- La ligne ferroviaire TGV Tanger-Casablanca au Maroc : ligne de luxe pour une poignée de privilégiés : remplir les carnets de commande d’Alstom
- L’autoroute de Khimki en Russie : destruction du poumon vert de Moscou (1000ha de forêts à haut taux de biodiversité)
- Coupe d’Europe de 2012 en Pologne : a coûté 20 fois plus que le service de la dette Service de la dette Somme des intérêts et de l’amortissement du capital emprunté. du pays
- La centrale nucléaire de Zwentendorf en Autriche : n’a jamais été utilisée
- Les JO de 1976 à Montréal au Canada : ont terminé d’être remboursés en... 2006
- Les JO de 2004 en Grèce : ont coûté autour de 20 milliards d’euros
au lieu des 1,3 Mds € prévus initialement
- Les aéroports fantômes de Ciudad Real et de Castellon (Valence) en Espagne : corruption
- La ligne ferroviaire LGV Lyon-Turin en Italie : détruirait l’équivalent de 12 pyramides de Khéops pour creuser, à travers uranium et amiante, un tunnel de 52 km sous les Alpes
- La gare de Stuttgart 21 en Allemagne : ampleur disproportionnée
- L’aéroport du grand Ouest de Notre-Dame des Landes en France : projet totalement irrationnel qui patine depuis 1974 (et c’est tant mieux)
- La ferme des milles vaches en France : destruction de la paysannerie et maltraitance animale
- La mégaprison de Haren en Belgique : bétonnage de terres cultivables pour enfermer plus


Liste (non-exhaustive) de multinationales profitant de ces mégaprojets

- Alcatel (centrales téléphoniques d’Ouganda)
- Alstom (TGV Tanger-Casablanca, LGV Lyon-Turin)
- Bouygues (bâtiments somptuaires à Yamoussoukro)
- BHP Billiton (barrages INGA)
- Deutsche Bank (Desertec)
- EDF (parcs éoliens de Tehuantepec au Mexique et de Crète en Grèce)
- Eskom (barrages INGA)
- Vinci (autoroute de Khimki, aéroport de NDDL, LGV Lyon-Turin, spatioport de Kourou)
- Westinghouse Electric Company (centrale nucléaire de Bataan)
- Calatrava (architecte des JO de 2004 en Grèce, du TAV en Italie, de la Cité des Arts et des Sciences de Valence en Espagne, de la gare des Guillemins à Liège en Belgique, etc.)


Cet article est extrait du magazine du CADTM : Les Autres Voix de la Planète


Notes

|1| Au sens large, catastrophes humaines comprises.

|2| Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Haut_...’Assouan

|3| Voir : « Austérité et destruction de la nature : l’exemple grec » de Roxanne Mitralias, avril 2013.

|4| Voir : « Lyon-Turin : comment Hollande s’apprête à gaspiller 11 milliards d’euros » de Sophie Chapelle, janvier 2013.

|5| Voir : « Ces projets coûteux et polémiques qui bétonnent la France et l’Europe » de Rachel Knaebel, juillet 2012.

|6| Les cas de corruption sont d’ailleurs légion dans le développement d’éléphants blancs et autres GPNIs. Pour ne citer qu’un exemple : concernant le projet de Bataan, l’entrepreneur britannique Westinghouse a admis avoir payé 17 mds $ de commissions à un ami de Marcos. Voir : « Manuel pour des audits de la dette du tiers monde », page 15.

|7| Camille est un nom générique que tous les zadistes se donnent

Auteur.e

Jérémie Cravatte

Permanent au CADTM Belgique


Autres articles en français de Jérémie Cravatte (34)

0 | 10 | 20 | 30