États-Unis : Le gigantesque affrontement de classes qui va décider de notre sort vient de commencer...

15 décembre 2016 par Yorgos Mitralias

CC - Flickr - Fibonacci Blue

Cela se peut que la chute de Renzi ou le suspense des élections présidentielles en Autriche aient fait dernièrement les grands titres des médias et aient dominé les débats mais là où notre sort est en train d’être joué n’est ni à Rome ou à Vienne, ni à Paris ou même à Berlin. C’est au Standing Rock de la lointaine Dakota du Nord des États-Unis, dans le blizzard et le froid polaire ! |1|

Évidemment, vous n’avez pas entendu parler de Standing Rock parce que les médias européens et internationaux font bien leur travail. Cela n’empêche pas les quelques 20 000 militants, (Indiens Sioux et leurs partisans, 3.000 vétérans de l’armée américaine, écolos ou tout simplement syndicalistes et gens de gauche) de livrer là-bas – depuis déjà 8 mois(!) – le plus grand combat écologique contre des géants du pétrole, le système bancaire et le terrible appareil répressif de la super puissance mondiale. Et en plus, de gagner ce combat, tout au moins pour l’instant !

Mais il y a plus. De l’avis commun, là-bas au lointain Standing Rock est actuellement en train de naître et de prendre forme l’opposition radicale populaire contre Trump et ses copains, l’opposition radicale populaire qui livrera demain bataille au nom et pour le compte de nous tous contre ce monstre obscurantiste, raciste, réactionnaire, islamophobe, antisémite, misogyne, néolibéral, anti-ouvrier, va-t-en-guerre et fascistoide incarné par ce grossier « président-élu » milliardaire des États-Unis. Un monstre qui, et ne l’oublions plus jamais, menace non seulement nous tous sans exception mais aussi la planète elle-même !

Alors, s’il y a un endroit au monde où on est actuellement en train d’écrire l’histoire, c’est sûrement à Standing Rock où se concentrent tous les grands problèmes de notre temps et où ceux d’en haut se confrontent à ceux d’en bas des États-Unis mais aussi du monde entier. Voici donc pourquoi il y a des moments de cette lutte qui acquièrent des dimensions mythiques et provoquent la plus authentique émotion comme par exemple quand, parlant au nom des 3.000 vétérans accourus a Standing Rock, le vétéran et fils de l’ex-commandant suprême de l’OTAN OTAN
Organisation du traité de l’Atlantique Nord
Elle assure aux Européens la protection militaire des États-Unis en cas d’agression, mais elle offre surtout aux États-Unis la suprématie sur le bloc occidental. Les pays d’Europe occidentale ont accepté d’intégrer leurs forces armées à un système de défense placé sous commandement américain, reconnaissant de ce fait la prépondérance des États-Unis. Fondée en 1949 à Washington et passée au second plan depuis la fin de la guerre froide, l’OTAN comprenait 19 membres en 2002 : la Belgique, le Canada, le Danemark, les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne, l’Islande, l’Italie, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas, le Portugal, auxquels se sont ajoutés la Grèce et la Turquie en 1952, la République fédérale d’Allemagne en 1955 (remplacée par l’Allemagne unifiée en 1990), l’Espagne en 1982, la Hongrie, la Pologne et la République tchèque en 1999.
Wesley Clark jr. demande agenouillé le pardon du chef des Sioux Lakota pour le génocide et tous les terribles méfaits qu’a fait subir à la nation indigène l’État nord-américain et son armée
. Voyant ces images extraordinaires |2|, nous comprenons mieux pourquoi on nous interdit de les voir : Parce qu’il est probable qu’elles nous inspirent à nous tous, à tous les opprimés de la terre les idées dites « dangereuses » qui font si peur à nos gouvernants…

Mais, il ne faut pas croire que les activistes héroïques de Standing Rock sont seuls face au monstre capitaliste. A part les milliers de leurs compatriotes qui manifestent presque jour après jour leur solidarité dans des centaines de villes nord-américaines, aux États-Unis sont aujourd’hui en cours des dizaines de luttes sociales et économiques, ayant comme protagonistes au moins une douzaine de mouvements radicaux de masse. Comme par exemple celui ( Fight for $15 ) qui a manifesté début Décembre dans – au moins – 340 villes nord-américaines revendiquant le doublement du salaire horaire minimum de 8 à 15 dollars. Au-delà du fait qu’une telle revendication « offensive » est totalement inimaginable dans notre Europe où, depuis 30 ans, sont systématiquement perdus même les plus élémentaires des combats défensifs, ce qui impressionne sont les grandes dimensions de ce mouvement qui a réussi à mobiliser une grande partie de 68 millions (!) de travailleurs nord-américains (p.ex. dans le secteur du fast-food) qui gagnent des salaires de famine.

Ce n’est donc sûrement pas un hasard si le mouvement pour les 15 dollars, qui organise surtout des travailleurs afro-américains et latinos, soutien et collabore étroitement tant avec le mouvement des peuples indigènes contre l’oléoduc à Standing Rock qu’avec le grand mouvement radical de masse Black Lives Matter . En général, une importante caractéristique de la multitude de mouvements qui couvrent tous les fronts de lutte sociaux, économiques et politiques aux États-Unis est qu’ils collaborent étroitement entre eux, formant ainsi un énorme mouvement unitaire sans précèdent dans l’histoire du pays. Un énorme mouvement qui, tout en gardant son indépendance, se réfère à Bernie Sanders et le reconnait comme figure emblématique de son combat.

Ceci étant dit Bernie est non seulement plus populaire et estimé que jamais, mais apparaît désormais comme le principal, sinon l’unique adversaire ou plutôt ennemi juré de Trump . Indépendamment de ce qu’on pourrait penser de la possibilité de reformer le Parti Démocrate, c’est un fait que l’entreprise en cours de Bernie visant à la démocratisation et la radicalisation du parti marque des points importants. Et c’est un fait que le « protégé » de Bernie, le sénateur noir, musulman, pro-palestinien et homme de gauche (!) Keith Ellison gagne jour après jour du terrain (la centrale Syndicale AFL-CIO vient de lui accorder son soutien) et semble prêt à devenir le nouveau président du Parti Démocrate !

Nous terminons cet article avec un rappel que nous considérons bien utile au lecteur. Étant donné qu’aux États-Unis l’Histoire est en train de galoper et donne lieu à une foule d’événements cataclysmiques, dont plusieurs ont une importance planétaire. Étant aussi donné qu’il est pratiquement impossible non pas d’analyser mais même d’énumérer tous ces événements même dans plusieurs articles. Et enfin, étant donné que les médias européens et internationaux vont intensifier ce qui est déjà un effort sans précèdent de désinformer, censurer ou passer sous silence tous ces développements historiques nord-américains. Pour toutes ces raisons, seul le suivi soutenu de cette actualité nord-américaine si riche et si variée, peut permettre au lecteur – et encore plus au lecteur de gauche – de se faire sa propre opinion et de tirer ses propres conclusions (militantes et autres). C’est exactement cette actualité quotidienne comme d’ailleurs les développements de tout genre à l’intérieur du mouvement social et ouvrier que couvre, avec des textes, images et vidéos, le Facebook de l’Initiative « Grecs pour le mouvement de masse de Bernie Sanders » : https://www.facebook.com/Europ Alors, consultez-le en ayant toujours en tête que c’est l’issue de ce gigantesque affrontement de classe déjà en cours aux États-Unis qui va décider plus que tout autre du sort de nous tous…


Notes

|1| Pour avoir une idée de la lutte menée depuis des mois par les héroïques « protecteurs de l’eau » de Standing Rock », voir la vidéo : https://twitter.com/UR_Ninja/s

|2| https://www.youtube.com/watch ?

Auteur.e

Yorgos Mitralias

Journaliste, Giorgos Mitralias est l’un des fondateurs et animateurs du Comité grec contre la dette, membre du réseau international CADTM et de la Campagne Grecque pour l’Audit de la Dette. Membre de la Commission pour la vérité sur la dette grecque et initiateur de l’appel de soutien à cette Commission.