Extractivisme et sous-développement

La malédiction de l’abondance

6 novembre 2015 par Alberto Acosta

CC - Wikimedia

« Le point discutable de ce mode d’accumulation est, dans une approche insuffisante, dans la façon dont ces ressources sont extraites et mises à profit, ainsi que la manière dont ses fruits sont distribués. La question est beaucoup plus complexe. Les chemins de l’extractivisme Extractivisme Modèle de développement basé sur l’exploitation des ressources naturelles, humaines et financières, guidé par la croyance en une nécessaire croissance économique. , néolibéral ou progressiste, ne sont pas le plus gros problème. La difficulté réside dans l’extractivisme lui-même, qui, en substance, est toujours d’origine coloniale et toujours violent, avec tout ce que cela implique. Et en conséquence, nous sommes condamnés au sous-développement »

L’appropriation des ressources naturelles qui sont extraites par une série de violences, piétinant les droits humains et les droits de la nature, « n’est pas une conséquence d’un type d’extraction, mais est une condition nécessaire pour mener à bien l’appropriation » comme le souligne à juste titre Eduardo Gudynas. Et il le fait sans tenir compte des impacts négatifs sur le plan social et environnemental, même économiques, des projets d’extraction. En effet souvent même l’épuisement des ressources n’est pas pris en compte ainsi que ses conséquences postérieures.

Nous devons comprendre que l’extractivisme Extractivisme Modèle de développement basé sur l’exploitation des ressources naturelles, humaines et financières, guidé par la croyance en une nécessaire croissance économique. n’est pas limité au pétrole, il concerne aussi l’agriculture, la foresterie, la pêche et même le tourisme |1|.


Le neo-extractivisme

Au cours des dernières années, conscients de certaines des caractéristiques pathologiques propres du mode d’accumulation extractiviste, plusieurs pays de la région avec des régimes « progressistes » ont impulsé certains changements. Cependant, au-delà des discours il n’y a pas de signes clairs qu’ils cherchent à dépasser vraiment ce mode d’accumulation.

A partir d’une position nationaliste cela procure principalement un plus grand accès et contrôle par l’Etat sur les ressources naturelles, et sur les bénéfices que cette extraction procure. Cela n’est pas mauvais. Ce qui est négatif, de ce point de vue, est le contrôle et l’exploitation des ressources naturelles par des transnationales et non l’extraction par elle-même. Et cela est encore plus compliqué lorsque les entreprises d’État agissent comme si elles étaient des multinationales.

Au moins jusqu’à présent, grâce à des prix élevés des matières premières, en particulier dans les pays avec des gouvernements « progressistes », qui ont gagné une plus grande part des revenus de l’extractivisme, les segments traditionnellement marginalisés de la population ont connu une amélioration relative de la meilleure distribution de ces revenus. Et n’ayant pas réalisé une redistribution des actifs Actif
Actifs
En général, le terme « actif » fait référence à un bien qui possède une valeur réalisable, ou qui peut générer des revenus. Dans le cas contraire, on parle de « passif », c’est-à-dire la partie du bilan composé des ressources dont dispose une entreprise (les capitaux propres apportés par les associés, les provisions pour risques et charges ainsi que les dettes).
et moins encore, de ne pas avoir changé le mode d’accumulation, les groupes les plus puissants ont obtenu la part du lion. Cette situation est expliquée par l’absence de gouvernements vraiment révolutionnaires et il est relativement facile de profiter de la nature généreuse, sans entrer dans les processus sociaux et politiques complexes de la redistribution.

Bien sûr, dans les pays avec des gouvernements néolibéraux, les extractivismes jouissent également d’une très bonne santé. Grâce également aux prix élevés des matières premières sur le marché mondial, ces pays ont également enregistré des améliorations dans le domaine social. Cela a également permis de réduire la pauvreté par des politiques sociales financées par des recettes supplémentaires.

Maintenant, lorsque le cycle des prix élevés des matières premières semble avoir pris fin, les pressions extractivistes ne diminuent pas. Au contraire. La dépendance aux marchés extérieurs, paradoxalement, est encore plus prononcée en temps de crise. Tous, ou presque tous, les pays dont l’économie est liée à l’exportation des ressources primaires tombent dans le piège d’augmenter les taux d’extraction. De nouvelles incitations sont offertes aux entreprises extractives, tandis que les normes environnementales et sociales sont diminuées. Ceci se termine effectivement au profit des pays du centre : une plus grande fourniture de matières premières – pétrole, minéraux ou denrées alimentaires, en période de baisse des prix, entraîne une nouvelle réduction de ces prix.

Ce que nous savons avec certitude, après tant d’expériences accumulées, est que, indépendamment du gouvernement progressiste ou néolibéral, dans la mesure où les gouvernements élargissent et approfondissent les extractivismes, la dévastation sociale et environnementale s’aggrave. Les droits collectifs des communautés autochtones et paysannes sont touchés afin d’accroître encore l’espace du pétrole ou de permettre ou même encourager les monocultures ou de méga projets miniers de toutes sortes. La criminalisation de la protestation sociale est à l’ordre du jour : des dizaines de dirigeants populaires sont pénalement poursuivis pour avoir pris la défense de l’eau, des droits et de la vie elle-même |2|.

Il est également clair que si les coûts économiques des impacts sociaux, environnementaux et de production de l’extraction du pétrole ou des minéraux étaient enregistrés, disparaîtrait alors bon nombre des avantages économiques de ces activités. Mais ces comptes complets ne sont pas faits par les différents gouvernements, qui ne jurent que par les bénéfices de ces activités d’exportation primaire.


Le piège

Le point discutable de ce mode d’accumulation est une approche insuffisante dans la façon dont ces ressources sont extraites et utilisées, ainsi que la manière dont ses fruits sont distribués. La question est beaucoup plus complexe. Les chemins de l’extractivisme, néolibéral ou progressiste, ne sont pas le problème majeur. La difficulté réside dans l’extractive lui-même, qui, en substance, est toujours l’origine violente et coloniale, avec tout ce que cela implique. Et en tant que tels nous sommes condamnés au sous-développement.

Ce fait détermine l’existence d’économies d’extrême fragilité et dépendantes, attachées à des crises économiques récurrentes, tandis que les mentalités « rentières » sont consolidées. Tout cela renforce les institutions faibles et encourage la corruption. Ce qui précède est aggravé par le clientélisme et le patrimonialisme, déployés par l’intermédiaire de politiques sociales qui minent le tissu organisationnel de la communauté et de la société. Tout cela, au-delà des impacts sur l’environnement, contribue à endiguer la construction de démocraties fortes.

La réalité d’une économie primaro-exportatrice, soit de ressources pétrolières, de minéraux et / ou de fruits tropicaux, par exemple, autrement dit exportateur de nature, se reflète également dans un manque d’intérêt à investir dans le marché intérieur. Il en résulte une intégration limitée du secteur des exportations à la production nationale. Aucune incitation à développer davantage et à diversifier la production nationale en reliant les processus exportateurs, en mettant en place des industries de transformation des ressources naturelles en produits de plus grande valeur ajoutée.

Cette situation est expliquée par la façon dont il est relativement facile de profiter de la nature généreuse, et souvent aussi de la main-d’œuvre peu couteuse.

Pour boucler la boucle, on doit comprendre que la plupart des avantages de ces activités d’extraction vont aux économies riches, importatrices de ces ressources, qui tirent davantage profit de la transformation et de la commercialisation de produits finis. Pendant ce temps, les pays exportateurs de produits de base ont généralement une part minimale des recettes minières ou pétrolières, et sont ceux qui portent le poids des passifs environnementaux et sociaux. Les premiers importent la nature, les seconds l’exportent. Les premiers sont développés, les autres ne le sont pas.

A ce qui précède s’ajoute la concentration massive des revenus dans quelques oligopoles. Ces secteurs et de larges segments d’affaires, infectés par le mercantilisme, ne trouvent pas d’incitations (et ne les crées pas non plus) pour leurs investissements dans l’économie nationale. Souvent, ils sortent leurs bénéfices hors du pays et font des affaires avec des sociétés basées dans des paradis fiscaux Paradis fiscaux
Paradis fiscal
Territoire caractérisé par les cinq critères (non cumulatifs) suivants :
(a) l’opacité (via le secret bancaire ou un autre mécanisme comme les trusts) ;
(b) une fiscalité très basse, voire une imposition nulle pour les non-résidents ;
(c) des facilités législatives permettant de créer des sociétés écrans, sans aucune obligation pour les non-résidents d’avoir une activité réelle sur le territoire ;
(d) l’absence de coopération avec les administrations fiscales, douanières et/ou judiciaires des autres pays ;
(e) la faiblesse ou l’absence de régulation financière.

La Suisse, la City de Londres et le Luxembourg accueillent la majorité des capitaux placés dans les paradis fiscaux. Il y a bien sûr également les Iles Caïmans, les Iles anglo-normandes, Hong-Kong, et d’autres lieux exotiques. Les détenteurs de fortunes qui veulent échapper au fisc ou ceux qui veulent blanchir des capitaux qui proviennent d’activités criminelles sont directement aidés par les banques qui font « passer » les capitaux par une succession de paradis fiscaux. Les capitaux généralement sont d’abord placés en Suisse, à la City de Londres ou au Luxembourg, transitent ensuite par d’autres paradis fiscaux encore plus opaques afin de compliquer la tâche des autorités qui voudraient suivre leurs traces et finissent par réapparaître la plupart du temps à Genève, Zurich, Berne, Londres ou Luxembourg, d’où ils peuvent se rendre si nécessaires vers d’autres destinations.
.

Donc, il y a une incitation ou une pression à investir les recettes provenant de l’exportation de produits primaires dans leurs propres activités d’exportation, comme conséquence de l’avantage comparatif résidant dans la générosité de la nature, plutôt que dans l’effort d’innovation des êtres humains. La réponse pour affronter une demande croissante, ou même de répondre à la baisse des prix de ces ressources sur le marché mondial, a été d’étendre la frontière extractive, provoquant plus et de plus complexes difficultés.

Jusqu’à quand acceptera-t’on que tous les pays produisant des produits semblables, qui sont nombreux, puissent croître en attendant que la demande internationale soit soutenue et permanente pour assurer cette croissance. Il ne faut pas oublier que ce type d’économie extractive, avec un fort besoin de capitaux et de technologie, fonctionne avec une logique d’enclave, c’est à dire sans une proposition d’intégration de ces activités primaro-exportatrices vers le reste des activités économiques de la société. Ainsi, l’appareil productif est soumis aux vicissitudes du marché mondial. Il est particulièrement vulnérable à la concurrence des autres pays dans des conditions similaires, cherchant à maintenir leur revenu, avec une faible réflexion sur une gestion plus appropriée des prix. Et ces extractivismes entravent en outre le processus de l’intégration régionale.

Dans ce scénario, nous devons reconnaître que le véritable contrôle national des exportations est dans les mains des pays centraux, bien qu’il n’y ait pas toujours d’importants investissements étrangers enregistrés dans les activités extractives. De nombreuses entreprises de l’Etat des économies exportatrices de produits primaires (avec évidemment le consentement de leurs gouvernements respectifs) semblent programmées pour réagir uniquement à des impulsions étrangères. D’autre part, il y a des pays, comme la Chine aujourd’hui, qui offrent directement ou indirectement des prêts importants, garantissant le remboursement par le fourniture des ressources naturelles. En bref, la logique de l’extraction des ressources naturelles, tirée par la demande extérieure, caractérisé l’évolution de ces économies primaro-exportatrices.

En raison de ces conditions et des caractéristiques technologiques des activités pétrolières ou minières, et même de l’agro-industrie intensive, il n’y a pas création massive d’emplois directs. En outre, les collectivités ou les quartiers sur le territoire desquels ces activités extractives ont lieu ont souffert et souffrent des effets d’une série de problèmes sociaux et environnementaux découlant de ces exploitations.

La misère de grandes masses de population semble donc inhérente à la présence de grandes quantités de ressources naturelles (avec haute rente différentielle). Ce mode d’accumulation ne nécessite pas du marché intérieur, fonctionne même avec des salaires décroissants. Il n’y a pas de pression sociale qui oblige à réinvestir dans l’amélioration de la productivité. Ces activités extractives empêchent souvent le déploiement de plans appropriés de développement local.

Comme on le voit, tout cela contribue à affaiblir la gouvernance démocratique, et fini par établir ou faciliter le maintien de gouvernements autoritaires et d’entreprises voraces et le clientèlisme.

Pour toutes ces raisons décrites rapidement, ces économies primaro-exportatrices n’ont pas réussi à surmonter le « piège de la pauvreté ». Ceci est le grand paradoxe : il y a des pays qui sont riches en ressources naturelles, qui peuvent même avoir un revenu financier important, mais ne parviennent pas à établir la base pour leur développement et restent pauvres |3|.


Oui, nous pouvons surmonter.

Face à l’omniprésence des extractivismes, les revendications pour des alternatives sont négligées. Celles-ci existent. Bien sûr, le chemin de sortie ne passe pas par l’accroissement de cette modalité d’accumulation primaro-exportatrice. Ni non plus tout en suspendant toutes les activités extractives brutalement.

Il doit aussi être clair que l’élimination de la pauvreté ne pas peut être atteinte seulement avec l’investissement social et des travaux publics, et / ou une meilleure répartition des revenus. Si on souhaite éradiquer la pauvreté il faut faire place à une redistribution substantielle de richesse |4|.

Mais l’essentiel est de ne pas continuer d’étendre et d’approfondir un modèle économique extractiviste, à savoir l’exportation primaire. Ce régime n’a pas été le chemin pour sortir de la pauvreté dans aucun pays |5|. Pour la sortie d’une économie extractive, qui subsistera pour un temps, on doit envisager un point clé : la baisse programmée de l’extraction. Par conséquent, considérer comme une option plus d’extractivisme pour surmonter l’extractivisme, est un sophisme.

En conséquence de ce qui précède, nous devons encourager les activités durables, ainsi qu’à ce qui favorise la transformation industrielle de matières premières au sein de chaque pays, mais sans tomber dans la logique du productivisme et du consumérisme favorisés par les exigences de l’accumulation de capital. D’autre part il faut un autre mode de participation au marché mondial en mettant en place les fondations d’une intégration régionale plus autocentrée. Mais surtout ne pas détériorer davantage la nature ou approfondir les inégalités sociales. Le succès de ces stratégies pour traiter une transition sociale, économique, culturelle et écologique, dépendent de leurs cohérences et, en particulier du degré de compréhension et de soutien social dont elles disposent.

Par conséquent, pour ce faire, il est nécessaire de définir, avec une large et authentique participation populaire, une approche pratique pour répondre à ces activités menaçant la biodiversité et même la vie sociale. La première étape est donc de renforcer les communautés qui résistent à l’extraction pour le moment.

Toute aussi urgent est la nécessité d’aborder avec responsabilité la question de la croissance. Ainsi, il est pour le moins opportun de distinguer, en fonction de leurs histoires sociales et environnementales, ce qui est la « bonne » la croissance de la croissance « mauvaise » (par exemple, la croissance économique dans les pays producteurs de pétrole ne les a pas conduit au développement bien que certains très riches, mais peu développés). Nous comprenons que la croissance économique n’est pas synonyme de développement, et ce, d’ailleurs, a été présenté comme un fantasme inaccessible. Même si cela peut surprendre certaines personnes, les pays qui sont considérés comme développés sont « mal développés » ; par exemple, ils vivent au-delà de leurs capacités écologiques et ont échoué à résoudre les inégalités sociales |6|.

Ce défi ne va pas résoudre en une nuit. On doit faire place à des transitions partant des milliers de pratiques alternatives existantes à travers le monde, horizons orientés vers une vie en harmonie entre les humains et la nature. Il nous pousse à aller vers une nouvelle civilisation : passer de l’anthropocentrisme au biocentrisme est le défi. Cette nouvelle civilisation ne sortira pas spontanément. Il s’agit d’une construction et reconstruction patientes et déterminées, qui commence par démanteler plusieurs fétiches et de promouvoir des changements radicaux à partir des expériences existantes.

Telle est la situation. Nous avons des valeurs, des expériences et des pratiques civilisationnelles alternatives, comme celle du « bien vivre » ou « sumak kawsay » ou « qamaña » offerte par des communautés andines et autochtones de l’Amazonie. Et il y a beaucoup d’autres approches de pensées philosophiques, en quelque sorte, liées à la poursuite de la bonne vie dans diverses parties de la planète. La bonne vie, comme culture de la vie, avec des noms différents et des variétés, est connue et pratiquée dans des périodes différentes dans diverses régions de la Terre Mère, qui pourrait être le « Swaraj Ubuntu » en Afrique ou en Inde. Il serait encore mieux de parler au pluriel de « convivires », de ne pas ouvrir la porte à une seule « bonne vie », homogène, impossible à construire.

Nous devons faire un monde où subsiste d’autres mondes, sans qu’aucun d’entre eux ne soit victime de marginalisation et d’exploitation, et où les humains vivent en harmonie avec la nature.

Traduction du castillan Jean-Paul Petit


Source : Anti-K

Notes

|1| Pour tenter une définition exhaustive va utiliser le terme d’extractivisme proposée par Eduardo Gudynas, en se référant à des activités qui éliminent de grandes quantités de ressources naturelles qui ne sont pas traitées (ou qui le sont de façon limitée), en particulier pour l’exportation en fonction de la demande des pays centraux.

|2| Peu importe, par exemple, que la nature en Equateur est constitutionnellement un sujet de droits.

|3| Jurgen Schuldt, dans plusieurs de ses précieuses contributions, propose cette distinction afin d’inviter à la réflexion, comme un point de départ pour la construction d’alternatives.

|4| Par exemple, en Equateur, si le fardeau fiscal des 10 pour cent des plus riches de la population augmentait de 3,5 pour cent et que les ressources soient allouées au service des plus démunis, la pauvreté serait éliminée. Résoudre la question des subventions aux carburants qui profitent aux plus riches et non aux pauvres, serait une autre source de financement. Une renégociation des contrats avec les compagnies de téléphone ajouterait beaucoup ; il faut considérer que les entreprises ont augmenté leur bénéfice annuel de 38,5 pour cent relativement au patrimoine net ! Et ainsi de suite.

|5| La Norvège ne fait pas exception à la règle. Dans ce cas, l’extraction de pétrole a commencé et s’est élargie quand il y avait des politiques économiques saines et des institutions démocratiques et institutionnalisées, avec une société sans les inégalités comparables aux pays riches en pétrole et ressources minières, c’est-à-dire lorsque ce pays scandinave pouvait déjà être considéré comme développé.

|6| En Allemagne, en 2008, les de 10 pour cent les plus riche de la population possède 53 pour cent des actifs, tandis que la moitié de la population possède 1 pour cent de l’actif ; une situation qui, loin de s’être améliorée, doit avoir empiré (Der Spiegel, 1-9-2014).

Auteur.e

Alberto Acosta

Economista ecuatoriano. Investigador de la FLACSO. Ex-ministro de Energía y Minas ; Ex-presidente de la Asamblea Constituyente y asambleísta constituyente.