Face aux dominants, ATTAC CADTM Maroc répond par la réflexion et l’action

18 avril par Salaheddine Lemaizi

ATTAC CADTM Maroc, membre du réseau CADTM, a tenu les 8 et 9 avril, sa 13e Université du printemps à Rabat. Chronique d’une rencontre à contre-courant.

Il y avait de la fébrilité dans l’air au démarrage de l’université. Le 8 avril, au siège de la Fédération des travailleurs agricoles, à Rabat, plusieurs sièges étaient encore vides et les présents avaient du mal à démarrer les travaux. Le risque de la faible mobilisation des militant-E-s étaient dans les esprits, surtout dans avec un agenda militant chargé. Le contexte politique pesait, peut-être aussi. L’interdiction de la dernière Université à Marrakech avait laissé des traces. Et pourtant ; elles, ils étaient là, motivés et décidés à réussir cette rencontre de deux jours.


Savoir dire « Non »

Des militant-E-s venus des six villes ont fait le déplacement pour participer à cette Université pensée comme un pré-congrès. A la différence des précédentes universités, cette édition a été consacrée exclusivement à la réflexion sur les défis de l’association pour la prochaine période : stratégie, (ré)organisation, travail thématique, travail international avec les responsabilités au sein du Secrétariat international partagé (SIP) du réseau CADTM, le financement et la construction d’alliances possibles pour les années à venir.

Last but not last, la réflexion sur l’axe transversal féministe au sein de l’association a été riche et nécessaire. Khadija Maâras, de la Commission du travail féministe d’ATTAC, a exposé les formes de machisme qui subsistent au sein de notre ONG et l’immense travail à parcourir sur cet axe fondamental. Toutes ces problématiques trouveront un écho au sein du congrès via les documents et décisions qui y seront discutés.

Comme à l’accoutumé, ATTAC Maroc ne pouvait pas laisser cette occasion sans joindre la réflexion à l’action. La cinquantaine de militant-E-s présents ont tenu un sit-in devant le siège du parlement à Rabat pour dénoncer le refus des autorités de nous délivrer le récépissé depuis 2007. Cette action de terrain est le prolongement de la bataille juridique que nous menons pour l’obtention de ce document. Ceci étant, ATTAC Maroc demeure une association légale, ayant respectée toutes les démarches administratives prévues par la loi marocaine sur les associations. Ce sit-in était une belle occasion pour illustrer notre slogan comme « mouvement d’éducation populaire, orientée vers l’action ».

Cette situation juridique compliquée ne peut être expliquée par des quiproquos juridiques. C’est de l’ADN d’ATTAC Maroc qu’il s’agit. Depuis sa création, ATTAC Maroc a été à contre-courant. En tant qu’association qui fait la politique autrement, nous nous sommes opposés aux discours dominants. Aux « socialistes » marocains, nous avons dit Non aux privatisations (2001-2007). À « l’État », nous avons dit Non à l’absolutisme (2011-2013). Aux « islamistes », nous avons dit Non à l’austérité (2013-2017). Au nouveau « gouvernement des patrons », nous saurons trouver la réponse adéquate à cet Exécutif mêlant business et technocratie, sous la bénédiction de l’absolutisme et du FMI FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 188 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus.
. Rendez-vous, donc, le 5 mai 2017 au 6e congrès d’ATTAC Maroc…

Source : http://attacmaroc.org/fr/2017/04/14/face-aux-dominants-attac-maroc-repond-par-la-reflexion-et-laction/


Auteur.e

Salaheddine Lemaizi

Secrétaire général d’ATTAC CADTM Maroc et Comité des études et de plaidoyer du CADTM Afrique.


Autres articles en français de Salaheddine Lemaizi (19)

0 | 10