Faire autrement le métier de la banque

14 décembre 2017 par Eric Toussaint , Joaldo Dominguez


Eric Toussaint décrit les actions délictuelles dont se rendent responsables de grandes banques internationales comme la Deutsche Bank ou HSBC. HSBC ne s’est pas contentée d’organiser en Belgique, en France, en Espagne et ailleurs l’évasion fiscale vers la Suisse. Elle a été complice des cartels mexicains et colombiens de la drogue en blanchissant pour eux plus de 800 millions de dollars provenant du narco trafic. Il a développé cela dans http://www.cadtm.org/HSBC-une-banque-au-lourd-passe-et,11236 et dans http://www.cadtm.org/SwissLeaks-HSBC-Les-barons-de-la

Eric Toussaint explique également que pour certains pays comme la Grèce une sortie de la zone euro serait favorable au peuple.


Voir également :
- Que faire pour éviter une nouvelle crise bancaire ? : http://www.cadtm.org/Que-faire-pour-eviter-une-nouvelle
- Le secteur bancaire privé doit être transformé en service public ! Pourquoi ? : http://www.cadtm.org/Le-secteur-bancaire-prive-doit



Eric Toussaint

docteur en sciences politiques des universités de Liège et de Paris VIII, porte-parole du CADTM international et membre du Conseil scientifique d’ATTAC France.
Il est l’auteur des livres Le Système Dette. Histoire des dettes souveraines et de leur répudiation,Les liens qui libèrent, 2017 ; Bancocratie, ADEN, Bruxelles, 2014 ; Procès d’un homme exemplaire, Éditions Al Dante, Marseille, 2013 ; Un coup d’œil dans le rétroviseur. L’idéologie néolibérale des origines jusqu’à aujourd’hui, Le Cerisier, Mons, 2010. Il est coauteur avec Damien Millet des livres AAA, Audit, Annulation, Autre politique, Le Seuil, Paris, 2012 ; La dette ou la vie, Aden/CADTM, Bruxelles, 2011. Ce dernier livre a reçu le Prix du livre politique octroyé par la Foire du livre politique de Liège.
Il a coordonné les travaux de la Commission pour la Vérité sur la dette publique de la Grèce créée le 4 avril 2015 par la présidente du Parlement grec. Cette commission a fonctionné sous les auspices du parlement entre avril et octobre 2015. Suite à sa dissolution annoncée le 12 novembre 2015 par le nouveau président du parlement grec, l’ex-Commission poursuit ses travaux et s’est dotée d’un statut légal d’association sans but lucratif.