26 janvier

Nîmes (30), France

Film - débat : L’audit

Malgré un refus net, par référendum, des plans d’austérité, les Grecs subissent depuis 7 ans le diktat de la BCE BCE
Banque centrale européenne
La Banque centrale européenne est une institution européenne basée à Francfort, créée en 1998. Les pays de la zone euro lui ont transféré leurs compétences en matières monétaires et son rôle officiel est d’assurer la stabilité des prix (lutter contre l’inflation) dans la dite zone.
Ses trois organes de décision (le conseil des gouverneurs, le directoire et le conseil général) sont tous composés de gouverneurs de banques centrales des pays membres et/ou de spécialistes « reconnus ». Ses statuts la veulent « indépendante » politiquement mais elle est directement influencée par le monde financier.
, du FMI FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 188 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus.
et de l’Union européenne. Les « plans d’aide » se succèdent avec quels résultats ?

Appauvrissement catastrophique de la population :
- santé : taux de mortalité infantile en augmentation de plus de 50 %, 20 % de la population incapable d’acheter ses médicaments ;
- chômage en augmentation de 35 %, baisse des retraites de plus de 30 %, salaire minimum ramené à 586 € brut ;
- vente des maisons des particuliers (à qui A.Tsipras avait promis : « Pas une seule maison aux banquiers »), déclenchant la résistance désespérée des Grecs qui n’hésitent pas à se battre lors des ventes aux enchères, au point que le gouvernement est obligé de recourir aux ventes par Internet.

Appauvrissement scandaleux de l’État grec :
Sommé de vendre 50 milliards de biens publics, le gouvernement vend la Grèce à la découpe : ports, aéroports, plages, îles, sources, terres, équipements olympiques, hôtels, Cies d’électricité, chemin de fer, poste, raffineries… et ceci dans des conditions extrêmement désavantageuses pour l’État.
Tout cela pour enrichir des grands groupes privés et les banques des pays comme la France, l’Allemagne... (qui ont accaparé 77 % de l’argent) alors que les travaux de la Commission pour la vérité sur la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
dévoilent les profits réalisés à l’occasion de ces « aides » (plusieurs milliards pour le seul FMI). Et pour la BCE et les banques centrales de la zone euro, les titres grecs c’est le jackpot : elles ont touché 7,8 milliards € d’intérêts depuis 2015, sans rien reverser à l’État grec.
On attend toujours le redressement économique de la Grèce, que cette politique était censée permettre !
La Grèce sert de laboratoire aux mesures néolibérales en Europe.
La population grecque et les mouvements sociaux d’Europe doivent continuer de résister et lutter contre ces politiques d’austérité, pour la justice sociale, le respect de la démocratie et des droits.

Collectif nîmois de solidarité au peuple grec
soligrecsnimes@collectif-citoyen.fr
http://soligrecsnimes.collectif-citoyen.fr


À venir