France : L’Unédic et le piège de la dette

17 avril par Fabien Perrier


(CC - Flickr - Pôle emploi)

Lundi 16 avril, le Groupe d’Audit Citoyen de l’Assurance Chômage (GACDAC) sort son rapport sur l’Unédic, comme le Comité pour l’abolition des dettes illégitimes (CADTM) l’avait fait en Grèce. En exclusivité, Regards a pu y avoir accès. Dette, évasion fiscale et problèmes structurels : cocktail explosif en prévision de la réforme présentée en conseil des ministres mercredi prochain.

Le mercredi 18 avril, le gouvernement d’Edouard Philippe doit présenter le projet de loi sur la formation professionnelle, l’apprentissage et l’assurance chômage (Unédic). Pour défendre cette réforme de l’assurance chômage, le gouvernement affiche deux objectifs : le premier serait de s’adapter à la réalité du marché du travail en protégeant mieux certaines catégories de la population dont les indépendants et les salariés démissionnaires ; le second serait de limiter les pertes de l’Unédic.

Car, d’après les prévisions, le régime devrait atteindre le cap de 37,5 milliards d’euros de dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
cumulée d’ici 2018. En matière de déficits de cet organisme créé le 1er janvier 1959 et géré de manière paritaire par les syndicats de salariés et le patronat, les chiffres varient pourtant. Selon le rapport moral du 31 janvier 2017, effectué en fin de mandature par Alexandre Saubot (MEDEF), président de l’Unédic, il y a avait près de 34 milliards d’euros de dettes à la fin de 2017 ; une autre source indique qu’en janvier 2018, la dette de l’Assurance chômage s’élèverait à 33,185 milliards d’euros. Au final, en un an, l’endettement augmenterait de 3 à 4 milliards, passant de 33 milliards fin 2017 à 37,5 milliards fin 2018 selon les prévisions... Le Gacdac (Groupe d’Audit Citoyen de l’Assurance Chômage) s’interroge dans le rapport qu’il s’apprête à dévoiler et que Regards a obtenu.

Pour consulter gratuitement l’entièreté de l’article, voir Regards.fr