Gabon : 23 jours de grève de la faim dans l’indifférence

8 août 2011 par Survie


Depuis le 14 juillet le Gabonais Roland Désiré Aba’a, ingénieur, membre du conseil économique et social, fait une grève de la faim pour exiger notamment le démantèlement de toutes les bases militaires françaises installées au Gabon, l’annulation de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
du Gabon vis à vis de la France et la renégociation des accords de coopération entre la France et le Gabon
.
Installé d’abord place de l’Indépendance à Libreville il en a été enlevé de force au bout de douze jours et a été hospitalisé. Sorti 24 heures après, il poursuit depuis le 28 juillet sa grève de la faim à son domicile à Owendo.

Son état est maintenant critique.

Cette protestation se déroule dans l’indifférence générale des médias et des politiques tant français que gabonais. Son issue peut être fatale. Roland Désiré Aba’a, en mettant en jeu sa vie, affronte seul une situation inacceptable, imposée à son pays. En dehors de tout calcul politicien il lance courageusement un défi aux forces qui réduisent l’Afrique à un statut perpétuel de vassalité.

Quelle qu’en soit l’issue, son action Action
Actions
Valeur mobilière émise par une société par actions. Ce titre représente une fraction du capital social. Il donne au titulaire (l’actionnaire) le droit notamment de recevoir une part des bénéfices distribués (le dividende) et de participer aux assemblées générales.
, dans sa dramatique simplicité, rejoint les revendications non violentes jugées d’abord utopiques mais qui firent progresser de façon décisive la liberté des peuples.

L’association Survie tient à rompre le silence sur cette protestation désespérée, qui ne restera certainement pas isolée mais fera école, et à relayer son message qui exprime une exigence fondamentale des populations africaines impuissantes.

Communiqué de presse de Survie, le 5 août 2011



Survie

est une association loi 1901 créée en 1984 qui dénonce toutes les formes d’intervention néocoloniale française en Afrique et milite pour une refonte réelle de la politique étrangère de la France en Afrique.

Survie, via ses groupes de recherche, produit une analyse régulière de la politique française en Afrique et publie des brochures et des livres.

http://survie.org