Gênes 2001 : dix ans après, la mémoire indignée

31 juillet 2011 par Esther Vivas , Josep Maria Antentas


Cela fait dix ans maintenant qu’a eu lieu le sommet du G8 à Gênes, en juillet 2001, où s’écrivit une des pages les plus significatives de l’histoire du mouvement altermondialiste. Les protestations de Gênes ont représenté un moment culminant dans la phase de croissance linéaire de ce mouvement depuis la Rencontre ministérielle de l’OMC de novembre 1999 à Seattle, qui avait ouvert un nouveau cycle international de mobilisations. Gênes se déroula peu de temps après la tenue du premier Forum Social Mondial de Porto Alegre, en janvier 2001, sous le slogan désormais célèbre d’“Un autre monde est possible” et dont la pertinence est encore plus évidente aujourd’hui, en pleine crise globale.

Le 10e anniversaire des journées de Gênes arrive au moment où l’Union européenne traverse de fortes turbulences et où les vents qui ont électrisé le monde arabe depuis la fin de 2010 soufflent avec de plus en plus d’intensité sur le Vieux continent. Les mobilisations soutenues en Grèce et l’irruption du mouvement des indignéEs dans l’Etat espagnol, sans oublier la victoire dans le référendum sur l’eau en Italie même, sont parmi les symptômes les plus significatifs de la montée d’une nouvelle période de luttes, où l’objectif est d’internationaliser et d’”européaniser” les résistances émergentes.

Il y a 10 ans, les événements dans cette ville italienne avaient capté l’imaginaire de millions de personnes et de multiples mouvements et luttes sociales dans toute la planète, qui se sont identifiés avec le message de critique radicale de la globalisation Globalisation (voir aussi Mondialisation) (extrait de Chesnais, 1997a)

Origine et sens de ce terme anglo-saxon. En anglais, le mot « global » se réfère aussi bien à des phénomènes intéressant la (ou les) société(s) humaine(s) au niveau du globe comme tel (c’est le cas de l’expression global warming désignant l’effet de serre) qu’à des processus dont le propre est d’être « global » uniquement dans la perspective stratégique d’un « agent économique » ou d’un « acteur social » précis. En l’occurrence, le terme « globalisation » est né dans les Business Schools américaines et a revêtu le second sens. Il se réfère aux paramètres pertinents de l’action stratégique du très grand groupe industriel. Il en va de même dans la sphère financière. A la capacité stratégique du grand groupe d’adopter une approche et conduite « globales » portant sur les marchés à demande solvable, ses sources d’approvisionnement, les stratégies des principaux rivaux oligopolistiques, font pièce ici les opérations effectuées par les investisseurs financiers, ainsi que la composition de leurs portefeuilles. C’est en raison du sens que le terme global a pour le grand groupe industriel ou le grand investisseur financier que le terme « mondialisation du capital » plutôt que « mondialisation de l’économie » m’a toujours paru - indépendamment de la filiation théorique française de l’internationalisation dont je reconnais toujours l’héritage - la traduction la plus fidèle du terme anglo-saxon. C’est l’équivalence la plus proche de l’expression « globalisation » dans la seule acceptation tant soit peu scientifique que ce terme peut avoir.
Dans un débat public, le patron d’un des plus grands groupes européens a expliqué en substance que la « globalisation » représentait « la liberté pour son groupe de s’implanter où il le veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possible en matière de droit du travail et de conventions sociales »
capitaliste d’une protestation vécue comme étant la leur.

Le caractère massif de cette dernière, sa radicalité et le niveau de confrontation élevé entre les manifestantEs et le pouvoir ont caractérisé la dynamique de journées décisives, où le temps historique semblait s’accélérer de manière très intense, au rythme des tentatives des activistes de “libérer” la ville, d’entrer dans la “zone rouge” interdite et de déstabiliser le sommet officiel. “Nous sommes des millions, vous n’êtes que 8”, tel était le sentiment général de ceux et celles qui sont arrivés dans cette ville portuaire historique, déterminés à faire plier les maîtres du monde.

L’assassinat par balles du jeune Carlo Giuliani au cours de la journée d’action Action
Actions
Valeur mobilière émise par une société par actions. Ce titre représente une fraction du capital social. Il donne au titulaire (l’actionnaire) le droit notamment de recevoir une part des bénéfices distribués (le dividende) et de participer aux assemblées générales.
directe du 20 juillet et l’assaut de la police contre l’Ecole Diaz furent les épisodes les plus douloureux de mobilisations marquées par une répression féroce. Organisée comme un lieu de repos et de réunion pour une partie des manifestants étrangers, l’Ecole Diaz est devenue dans la nuit du 21 juillet la scène d’une vendetta policière qui laissa derrière elle 63 blessés et des dizaines d’arrestations, provoquant un scandale politique et médiatique ainsi qu’un long procès.

Gênes marqua le début d’une période de fortes protestations sociales contre le gouvernement Berlusconi. C’est une véritable “génération Genova” qui naquit en Italie à cette occasion. Ensemble avec le mouvement altermondialiste, des syndicats majoritaires, et en particulier la CGIL, ont joué un rôle important dans ces luttes - après leur absence remarquée lors des premières journées du contre-sommet du G8 G8 Ce groupe correspond au G7 plus la Fédération de Russie qui, présente officieusement depuis 1995, y siège à part entière depuis juin 2002. - en organisant plusieurs grèves générales et des mobilisations, mais en n’abandonnant pas pour autant leur orientation de syndicalisme de concertation.

En partie comme résultat de ce long processus, en avril 2006, les forces du centre-gauche sont arrivées au pouvoir, après une victoire électorale à l’arrachée face à la droite menée par Berlusconi. Mais les deux années de gouvernement Prodi ont laissé derrière elles un triste bilan en politique économique, sociale et étrangère, provoquant la désillusion, la démoralisation et la démobilisation sociale... qui ont pavé le chemin pour le retour au pouvoir triomphal d’Il Cavaliere en avril 2008. Ce dernier fête aujourd’hui, en pleine décadence et dans une atmosphère de fin de règne, la boucherie provoquée par les carabinieri il y a dix ans.

Peu après les événements de Gênes, les attentats du 11 septembre à New York ont signifié à leur tour le début d’une nouvelle période internationale marquée par la “guerre globale contre le terrorisme”. La protestation contre la guerre allait prendre force au sein de la critique de la globalisation, ouvrant la voie au développement d’un mouvement anti-guerre massif dont le point culminant fut la journée internationale de mobilisations du 15 février 2003, à la veille de l’invasion de l’Irak. A partir de là, le mouvement altermondialiste entra dans une nouvelle phase, marquée par la perte de centralité de ses mobilisations, de sa capacité d’articulations et par une plus grande dispersion des luttes sociales, dans un contexte très défensif dans l’ensemble de l’Union européenne. Cela a duré jusqu’à l’éclatement de la “grande crise” de 2008, qui détermine la situation internationale depuis trois ans et face à laquelle on assiste aujourd’hui à une remontée des luttes sociales.

Dix ans après le sommet de Gênes, le cycle ouvert par le mouvement altermondialiste s’est terminé, mais un autre s’ouvre devant nous. Ce n’est donc pas un anniversaire nostalgique d’un mouvement qui fut, mais qui n’est plus. C’est un anniversaire dont la mémoire indignée de ces journées mythiques nous permet de remémorer le passé pour regarder l’avenir. Où le souvenir de l’assaut contre la “zone rouge” se mélange avec ceux très récents des occupations des places, des assemblées de quartiers et du blocage du parlement Catalan. Et où la mémoire de Carlo Giuliani ne fait qu’augmenter la rage et l’indignation de ceux qui, avec encore plus de raisons qu’il y a dix ans, continuent à affirmer qu’un “autre monde est possible” et que “nous ne sommes pas des marchandises dans les mains des politiciens et des banquiers”.

Traduction française par Ataulfo Riera pour le site http://www.lcr-lagauche.be



Josep Maria Antentas est professeur de sociologie à l’Universitat Autónoma de Barcelona (UAB).
Esther Vivas participe au Centre d’études sur les mouvements sociaux (CEMS) de l’Universitat Pompeu Fabra (UPF).
Tous deux ont participé au sommet de Gênes en 2001 et participent actuellement au mouvement des indignéEs dans l’Etat espagnol.

cadtm.org
Esther Vivas

est née en 1975 à Sabadell (Etat espagnol). Elle est auteure de plusieurs livres et de publications sur les mouvements sociaux, la consommation responsable et le développement durable. Elle a publié en français En campagne contre la dette (Syllepse, 2008) et est coauteure des livres en espagnol Planeta indignado. Ocupando el futuro (2012), Resistencias globales. De Seattle a la crisis de Wall Street (2009) est coordinatrice des livres Supermarchés, non merci et Où va le commerce équitable ?, entre autres.
Elle a activement participé au mouvement anti-globalisation et anti-guerre à Barcelone, de même qu’elle a contribué à plusieurs éditions du Forum Social Mondial, du Forum Social Européen et du Forum Social Catalan. Elle travaille actuellement sur des questions comme la souveraineté alimentaire et le commerce équitable.
Elle est membre de la rédaction de la revue Viento Sur et elle collabore fréquemment avec des médias conventionnels tels que Público et avec des médias alternatifs comme El Viejo Topo, The Ecologist, Ecología Política, Diagonal, La Directa, entre autres.
Elle est également membre du Centre d’Études sur les Mouvements Sociaux (CEMS) à l’Université Pompeu Fabra.
@esthervivas | facebook.com/esthervivas | www.esthervivas.com

Autres articles en français de Esther Vivas (45)

0 | 10 | 20 | 30 | 40

Autres articles en français de Josep Maria Antentas (9)