Grèce : Georges Katrougalos, ministre de la réforme administrative, souhaite une assemblée constituante

4 février 2015 par Fabien Perrier , George Katrougalos


Georges Katrougalos

Dans une interview accordée à Fabien Perrier, journaliste au quotidien suisse Le Temps, le ministre chargé de la Réforme administrative, Giorgos Katrougalos, qui a souvent participé depuis 2011 à des activités organisées par le CADTM, propose le lancement d’un processus de convocation d’une Assemblée constituante. Il entend également réintégrer des fonctionnaires licenciés et lutter contre le clientélisme.

Fabien Perrier écrit : « Ministre délégué à la Réforme administrative depuis le 27 janvier, Giorgos Katrougalos expose les projets qu’il entend mener. Giorgos Katrougalos est un constitutionnaliste connu. Il pourrait s’avérer un fin politique. Jeudi, il a reçu Le Temps pour un entretien avec une journaliste française. Il a commencé par faire patienter l’expert français de la task force attaché jusqu’ici au ministère pour contrôler la bonne application des mesures d’austérité, puis l’a accueilli dans son bureau où il a dû suivre l’entretien. Le nouveau ministre s’assure ainsi que tout ce qu’il dit est enregistré, par deux journalistes. Deux témoins qui relaieront ses paroles.

Giorgos Katrougalos explique que la victoire de Syriza signe un changement fondamental en Grèce, et peut-être en Europe, tournant le dos à l’austérité. Il précise qu’il est prêt à coopérer avec la task force, et à recevoir son expertise technique. Quand il décrit les grandes orientations des réformes qu’il souhaite appliquer, la chose est claire : il reprend la main sur le plan politique, contrairement au gouvernement précédent. La troïka Troïka Troïka : FMI, Commission européenne et Banque centrale européenne qui, ensemble, imposent au travers des prêts des mesures d’austérité aux pays en difficulté. est, elle, renvoyée au second plan.

L’expert français a pris des notes pendant l’entretien avant de répondre à notre question sur une coopération avec le gouvernement d’Alexis Tsipras : « La Commission européenne s’est dite prête à coopérer avec le nouveau gouvernement grec en lui offrant son appui technique. » Le ministre reprend la parole : « Nous sommes ouverts à tout appui technique pour mettre en œuvre les choix politiques pour lesquels nous avons été élus. » Un dernier mot hautement politique. »


Le Temps : Les représentants des institutions européennes accourent aujourd’hui en Grèce. La victoire de la gauche anti-austérité bouscule-t-elle l’échiquier européen ?

Giorgos Katrougalos : C’est clair. Avant les élections, nos opposants répétaient que personne n’accepterait la renégociation des accords. Mais le programme des mémorandums a été un échec éclatant qui impose aux deux parties de renégocier. La victoire de Syriza révèle deux grands espaces de confrontations en Europe. D’un côté, ceux qui veulent continuer les politiques d’austérité, soit l’Allemagne, la droite dure et ses alliés des pays du Nord. De l’autre, un espace qui comprend les partis de la gauche tels que le nôtre ou Podemos [en Espagne] et aussi potentiellement d’autres forces comme les sociaux-démocrates, ou ceux qui réalisent que les alliances avec la droite font tomber les droits sociaux comme en Grèce.


La troïka exigeait, au début des programmes d’austérité, la suppression, avant 2015, de 150 000 postes de fonctionnaires sur les 667 000 que comptait la fonction publique grecque. Combien ont été supprimés ? Réintégrerez-vous les salariés licenciés ?

Nous réintégrerons tous ceux qui ont été licenciés dont le nombre est moindre selon les rapports des services du ministère. Il ne dépasserait pas 3500 fonctionnaires de l’État, auxquels il faut ajouter les salariés d’organismes publics comme les journalistes de [la télévision] ERT licenciés en 2013.


On avait menti sur les chiffres ?

Oui ! Les précédents gouvernements signaient des accords et essayaient ensuite de les modifier. Nous voulons négocier avec les institutions compétentes : Conseil européen et institutions européennes.


Vous ne considérez pas la troïka comme légitime ?

Le rôle de la troïka est de contrôler la façon dont s’est déroulée l’application d’un programme décidé. Nous n’acceptons pas les fondements de ce programme.


Comment comptez-vous appliquer une de vos promesses de campagne, à savoir la fin du clientélisme au sein de l’administration ?

Je vais exploiter les conseils techniques de la task force afin de faire face au clientélisme et demander au syndicat des fonctionnaires Adedy s’il accepte de coopérer avec elle pour qu’elle leur donne une assistance technique, par exemple sur le système de l’évaluation des fonctionnaires. Il doit être clair et efficace. Le problème est que les systèmes précédents ont été conçus non comme un véritable outil d’évaluation, mais comme un prétexte pour licencier des fonctionnaires. Il faut donc clairement différencier les licenciements de l’évaluation qui est, elle, un moyen d’amélioration de l’administration et non de punition. Je veux donc avoir un discours clair sur ce qu’il faut changer dans la fonction publique. Nous ne sommes pas liés par le clientélisme et le patronage. Nous ne l’avons pas créé, contrairement aux deux partis précédents, Pasok et Nouvelle démocratie, qui sont impliqués dans ce système. Nous en sommes éloignés.


Mais vous devrez travailler avec des administrations qui se sont développées par ce clientélisme. Comment faire avec ce verrouillage ?

Je prends ce risque. Je ne vais pas changer les équipes et ce, justement, pour prouver que je suis différent de tous les autres qui, arrivés au pouvoir, changeaient immédiatement toute l’administration. Nous verrons, en revanche, dans trois à cinq mois si nous avons pu travailler ensemble. Je ne suis pas naïf. Ce verrouillage existe peut-être. Mais je veux aussi être honnête avec eux. S’ils veulent travailler avec moi, pourquoi pas. Ma seule ambition est de réformer l’administration.


Souhaitez-vous maintenir comme telle la Constitution ?

J’ai une proposition que nous discuterons au sein du gouvernement : la mise en place d’une Assemblée constituante. (...)


Une réforme constitutionnelle ?

Je ne me limite pas à cela, mais souhaite une Constitution nouvelle. Donc une IVe République grecque. Elle reposerait sur la démocratie directe, permettrait la révocation des personnalités politiques corrompues, instituerait l’initiative populaire pour des lois ou des référendums. Il faut renforcer les garanties Garanties Acte procurant à un créancier une sûreté en complément de l’engagement du débiteur. On distingue les garanties réelles (droit de rétention, nantissement, gage, hypothèque, privilège) et les garanties personnelles (cautionnement, aval, lettre d’intention, garantie autonome). pour les droits sociaux existants. Et la procédure d’élaboration de la Constitution devrait être, elle aussi, un exemple de démocratie directe, comme ce fut le cas en Islande.


Quel type de réforme fiscale voulez-vous appliquer ?

Jusqu’alors, ce sont les classes moyennes et les plus pauvres qui ont payé. C’est maintenant aux riches de payer. En instaurant un impôt progressif, en réformant le contrôle fiscal, nous allons trouver l’argent où il est.


Source : Le Temps



cadtm.org