Grèce : La conditionnalité contre la soutenabilité

Chapitre 5

5 août 2015 par Commission pour la vérité sur la dette grecque

Le Chapitre 5, Les conditionnalités ennemies de la soutenabilité, du rapport présenté le 18 juin 2015 par la Commission pour la vérité sur la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
grecque |1|, présente la manière dont les créanciers ont imposé des conditionnalités exces-sives qui, associées aux accords de prêts, ont eu pour conséquence directe la non-viabilité économique et l’insoutenabilité de la dette. Ces conditionnalités, que les créanciers s’obstinent toujours à exiger, ont fait chuter le PIB PIB
Produit intérieur brut
Le PIB traduit la richesse totale produite sur un territoire donné, estimée par la somme des valeurs ajoutées.
Le Produit intérieur brut est un agrégat économique qui mesure la production totale sur un territoire donné, estimée par la somme des valeurs ajoutées. Cette mesure est notoirement incomplète ; elle ne tient pas compte, par exemple, de toutes les activités qui ne font pas l’objet d’un échange marchand. On appelle croissance économique la variation du PIB d’une période à l’autre.
tout en augmentant l’endettement public – un ratio dette/PIB plus élevé rendant la dette grec-que encore plus insoutenable. Mais elles ont également généré des changements dramatiques dans la société et provoqué une crise humanitaire. La dette publique grecque peut ainsi être considérée comme totalement insoutenable en l’état actuel des choses.

Principaux résultats

• Les mémorandums ont conduit à une profonde récession Récession Croissance négative de l’activité économique dans un pays ou une branche pendant au moins deux trimestres. économique, couplée à une terrible régression sociale. La réalité n’a pas confirmé les projections économiques faites par le FMI FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 188 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus.
en 2010 : au lieu d’une quasi-stagnation (-1,5 %), le PIB PIB
Produit intérieur brut
Le PIB traduit la richesse totale produite sur un territoire donné, estimée par la somme des valeurs ajoutées.
Le Produit intérieur brut est un agrégat économique qui mesure la production totale sur un territoire donné, estimée par la somme des valeurs ajoutées. Cette mesure est notoirement incomplète ; elle ne tient pas compte, par exemple, de toutes les activités qui ne font pas l’objet d’un échange marchand. On appelle croissance économique la variation du PIB d’une période à l’autre.
a subi une chute de 22 % entre 2009 et 2014.

• Les « plans de sauvetage » étaient fondés sur des hypothèses manifestement erronées et leur non-soutenabilité était donc prévisible. Mais leurs principaux objectifs étaient avant tout le sauvetage des banques et des créanciers privés, ainsi que l’imposition forcée de réformes néo-libérale à la Grèce.

• Même au vu de leurs objectifs, les conditionnalités ont été contre-productives en ce qui concerne la soutenabilité de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
, et elles ont simultanément engendré des changements dramatiques dans la société. Les performances économiques se sont dégradé, la compétitivité n’a pas été restaurée, et le ratio dette/PIB a augmenté.

• Les scénarios actuels du FMI et de la Commission européenne restent fondés sur les mêmes hypothèses irréalistes. Ils auraient pour effet d’entraver durablement la croissance future du pays et en particulier sa capacité à s’engager dans la voie du développement et de la transition écologique.

• Ces effets préjudiciables (sur le PIB, l’investissement, la productivité du travail, l’efficacité du capital et l’emploi) équivalent à un changement radical de circonstances économiques. Un développement écologiquement et socialement soutenable est incompatible avec les politiques d’austérité actuelles. C’est pourquoi la dette publique grecque peut être considérée comme tout à fait insoutenable à l’heure actuelle.
La Grèce a mis en œuvre les réformes dites structurelles (marchés du travail et des biens, retraites, santé) préconisées par les mémorandums, comme le souligne l’OCDE OCDE
Organisation de coopération et de développement économiques
Créée en 1960 et basée au Château de la Muette à Paris, l’OCDE regroupe les quinze membres de l’Union européenne auxquels s’ajoutent la Suisse, la Norvège, l’Islande ; en Amérique du Nord, les États-Unis et le Canada ; en Asie-Pacifique, le Japon, l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Entre 1994 et 1996, trois pays du Tiers-Monde ont fait leur entrée : la Turquie, candidate à entrer également dans l’Union européenne ; le Mexique qui forme l’ALENA avec ses deux voisins du Nord ; la Corée du Sud. Depuis 1995, se sont ajoutés trois pays de l’ex-bloc soviétique : la République tchèque, la Pologne et la Hongrie. En 2000, la République slovaque est devenue le trentième membre.

Liste des pays membres de l’OCDE par ordre alphabétique : Allemagne, Australie, Autriche, Belgique, Canada, Corée du Sud, Danemark, Espagne, États-Unis, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Islande, Italie, Japon, Luxembourg, Mexique, Norvège, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République slovaque, République tchèque, Royaume-Uni, Suède, Suisse, Turquie.
Site : http://www.oecd.org/fr/
 : « Depuis 2009-10, la Grèce présente le taux de réactivité aux priorités de réformes structurelles le plus élevé de l’OCDE |2| ». Dans son évaluation de Juin 2013, le FMI félicite la Grèce pour sa réforme des retraites, « l’une des principales réalisations du programme |3| ». Mais le résultat de ces politiques a été une profonde récession économique, doublée d’une terrible régression sociale.

1. Quand le dogmatisme économique rencontre la volonté politique

En mai 2010, le rapport du FMI sur la demande d’assistance (stand-by arrangement en anglais) de la Grèce livrait les projections associées au programme d’ajustement budgétaire. Le PIB ne devait diminuer que de 1,5 % entre 2009 et 2014 (-4,0 % en 2010, -2,6 % en 2011, 1,1 % en 2012, et 2,1 % en 2013 et 2014). En réalité, le PIB a chuté de 22 % sur cette période.

Cette divergence substantielle était parfaitement prévisible, même au sein du FMI. Beaucoup de directeurs exécutifs avaient exprimé leur profond scepticisme sur ces projections économiques jugées « trop favorables » lors de la réunion du conseil d’administration du 9 mai 2010 |4|. Ils avaient soulevé « des doutes considérables quant à la faisabilité du programme », qui pourrait se révéler être « mal conçu et finalement insoutenable » : « Il est très probable que la Grèce pourrait se trouver dans une situation encore pire après la mise en œuvre de ce programme », qui est seulement « un plan de sauvetage (bailout) des porteurs privés de titres de la dette Titres de la dette Les titres de la dette publique sont des emprunts qu’un État effectue pour financer son déficit (la différence entre ses recettes et ses dépenses). Il émet alors différents titres (bons d’état, certificats de trésorerie, bons du trésor, obligations linéaires, notes etc.) sur les marchés financiers – principalement actuellement – qui lui verseront de l’argent en échange d’un remboursement avec intérêts après une période déterminée (pouvant aller de 3 mois à 30 ans).
Il existe un marché primaire et secondaire de la dette publique.
publique grecque, principalement des établissements financiers européens ».

Malgré ces réserves, l’accord final a été décidé sous la pression des Etats-Unis et de la majorité des représentants européens avec ces arguments : « il est frappant de constater que le secteur privé [grec] soutient pleinement le programme » et « la restructuration de la dette a été écartée par les autorités grecques elles-mêmes ».

Cette décision clairement assumée se prévalait de la théorie ad hoc de l’« ajustement budgétaire expansionniste |5| » qui a été résumée un peu plus tard par le président de la BCE BCE
Banque centrale européenne
La Banque centrale européenne est une institution européenne basée à Francfort, créée en 1998. Les pays de la zone euro lui ont transféré leurs compétences en matières monétaires et son rôle officiel est d’assurer la stabilité des prix (lutter contre l’inflation) dans la dite zone.
Ses trois organes de décision (le conseil des gouverneurs, le directoire et le conseil général) sont tous composés de gouverneurs de banques centrales des pays membres et/ou de spécialistes « reconnus ». Ses statuts la veulent « indépendante » politiquement mais elle est directement influencée par le monde financier.
 : « Il est erroné de penser que l’austérité budgétaire met en péril la croissance et les créations d’emploi |6| ».

Dès Octobre 2010, le FMI est plus prudent et découvre que « l’ajustement budgétaire a en général un effet récessionniste |7| ». En 2011, Olivier Blanchard, l’économiste en chef du FMI, admet que l’austérité est mauvaise pour la croissance |8| et il formalisera ce constat en 2013, en reconnaissant que « les multiplicateurs budgétaires étaient sensiblement plus élevés que ce que les prévisionnistes postulaient implicitement |9| ».

Dans la mesure où l’accès aux ressources du FMI est censé permettre aux pays de « corriger les désajustements de leur balance des paiements Balance des transactions courantes
Balance des paiements
La balance des transactions courantes d’un pays ajoute à la balance des biens et services la balance des transferts unilatéraux, concernant des biens ou services importés ou exportés sans rétribution apparente : dons, subventions, envois d’argent à l’étranger par des travailleurs immigrés, etc. Le solde, appelé solde des paiements courants, traduit la position financière d’un pays par rapport au reste du monde.

Un pays disposant d’un excédent de ses paiements courants est un pays prêteur vis-à-vis du reste du monde. Inversement, si la balance d’un pays est déficitaire, ce pays devra se tourner vers les prêteurs internationaux afin d’emprunter pour ses besoins de financement. La balance des opérations en capital, dont le solde est l’opposé du solde des paiements courants, vient boucler la balance des paiements, qui est donc, par définition, équilibrée.
sans recourir à des mesures préjudiciables pour la prospérité nationale ou internationale |10| », les interventions du FMI en Grèce ont clairement et intentionnellement porté atteinte à ses objectifs.

Le résultat est une sous-estimation systématique des effets récessifs du programme d’ajustement. En 2010, le FMI - et avec lui l’ensemble du premier mémorandum - supposait même que la Grèce aurait de nouveau accès aux marchés dès 2012, et que le recours aux financements de la Troïka Troïka Troïka : FMI, Commission européenne et Banque centrale européenne qui, ensemble, imposent au travers des prêts des mesures d’austérité aux pays en difficulté. pourrait prendre fin dès 2013 |11|.

Le FMI reconnaît une autre « erreur », celle de ne pas avoir envisagé d’emblée une restructuration de la dette alors que « c’était un moyen de rendre les perspectives de la dette plus soutenable ». Au lieu de cela, « le report de la restructuration de la dette a aussi offert un délai permettant aux créanciers privés de réduire leur exposition et de transférer la dette à des organismes publics |12| ».

2. Une dégradation générale des performances économiques

Les politiques d’austérité ont eu un effet désastreux sur l’investissement : le volume de la formation brute de capital fixe a chuté de 65 % en 2014 par rapport à 2008, et la productivité du travail de 7 % |13|. C’est le résultat d’une baisse du taux d’utilisation des capacités, qui fait passer le ratio capital fixe/PIB fixe de 3,6 en 2007 à 4,9 en 2013, et 4,8 en 2014. Dans le secteur manufacturier, le taux d’utilisation des capacités est passé de 73,5 % en 2006-2010 à 65 % en 2013, et 67,7 % en 2014 |14|. Cette augmentation du ratio capital fixe/PIB explique aussi pourquoi la rentabilité a beaucoup plus baissé en Grèce depuis 2007 que dans la zone euro, malgré la croissance des marges de profit.

Les politiques d’ajustement entravent durablement la croissance future du pays et en particulier sa capacité à s’engager dans la voie du développement et de la transition écologique. Les conséquences de ces politiques sont graves, non seulement dans l’immédiat, mais aussi pour l’avenir de la Grèce.

3. La compétitivité n’a pas été restaurée

La balance commerciale Balance commerciale
Balance des biens et services
La balance commerciale d’un pays mesure la différence entre ses ventes de marchandises (exportations) et ses achats (importations). Le résultat est le solde commercial (déficitaire ou excédentaire). Si l’on tient compte également des opérations sur les services, comme les frais de transports, les commissions bancaires, les frais d’assurances, les achats et vente de brevets ou les versements de redevances, on obtient alors la balance des biens et services. Elle inclut aussi les dépenses des touristes, et les paiements de salaires, d’intérêt et de dividendes à des étrangers ou de la part d’étrangers.
a été presque équilibrée en 2014. Mais ce n’est en rien un succès des politiques d’ajustement. Ce rééquilibrage a été obtenu par une baisse des importations, qui est elle-même le produit de la récession. La dévaluation Dévaluation Modification à la baisse du taux de change d’une monnaie par rapport aux autres. interne était censée rétablir la compétitivité |15|, mais les baisses de salaires n’ont pas été répercutées dans les prix à l’exportation. Depuis 2008, les coûts salariaux unitaires ont baissé de 24 % par rapport aux partenaires commerciaux de la Grèce, mais les prix à l’exportation sont restés stables et les marges bénéficiaires à l’exportation ont augmenté de 36 % (toujours par rapport aux concurrents). La Commission européenne elle-même a souligné ce phénomène : « les marges bénéficiaires ont augmenté - en particulier dans les secteurs exportateurs - absorbant ainsi une partie de la réduction des coûts salariaux unitaires |16| ».

4. La mise en œuvre des conditionnalités a fait augmenter le ratio dette/PIB

Les calculs effectués par la Fondation Hans Böckler montrent que, sans l’austérité budgétaire, l’économie grecque n’aurait fait que stagner, au lieu de perdre 25 % de son PIB |17| ; et le ratio dette/PIB aurait été en 2014 inférieur de 8,1 points de PIB à ce qu’il a été (voir Figure 5.1). En outre, avec seulement des hausses d’impôts sans réduction des dépenses, la dette aurait été en 2014 inférieure de 37,1 points de PIB à son niveau constaté.

Figure 5.1. Scénarios alternatifs

JPEG - 58.9 ko
Source : Gechert et Rannenberg 2015. Les mesures ponctuelles et les ajustements stock-flux sont inclus dans les ratios dette/PIB mais pas dans les soldes primaires.

La mise en œuvre de l’austérité budgétaire et salariale dans un pays comme la Grèce - qui manque au départ de compétitivité structurelle - a conduit à une récession prolongée et à la montée du chômage, avec des effets en retour négatifs sur la situation financière du secteur public |18|.

Un « New Deal New Deal Le terme New Deal (nouvelle donne) est utilisé pour la première fois, devant la Convention du Parti démocrate à Chicago en juillet 1932. Il désignera l’expérience tentée, dès 1933, par le président Franklin Roosevelt pour mettre fin à la profonde crise économique que les Etats-Unis traversaient depuis 1929. L’expression New Deal recouvre un ensemble de mesures allant de l’aide aux secteurs économiques les plus touchés par la crise jusqu’à des réformes sociales. Dès 1938, une nouvelle récession intervient et marque les limites du New Deal. La relance se fera sous les auspices de la Seconde Guerre mondiale. Roosevelt n’a pas développé un programme cohérent qui serait similaire au programme des Travaillistes britanniques de 1945.  » pour la Grèce |19| reposant sur un fonds européen de 19,8 milliards d’euros, aurait pu être consacré à un programme de création directe d’au moins 300 000 nouveaux emplois |20|. Combiné à un moratoire Moratoire Situation dans laquelle une dette est gelée par le créancier, qui renonce à en exiger le paiement dans les délais convenus. Cependant, durant la période de moratoire, les intérêts continuent de courir. Un moratoire peut également être décidé par le débiteur, comme ce fut le cas de la Russie en 1998 et de l’Équateur en 1999. sur les paiements d’intérêts, un tel plan aurait permis d’obtenir de bien meilleurs résultats en ce qui concerne la croissance, l’emploi et la charge de la dette publique.

5. Les dommages humanitaires de la conditionnalité ont aussi rendu la dette encore plus insoutenable

Les changements introduits dans l’évolution des salaires minima et des salaires publics et dans le fonctionnement des institutions de la négociation collective, ainsi que la montée du chômage, ont conduit en 2014 à une baisse des salaires réels de 17,2 % par rapport à 2009. La part des salaires dans le revenu national est passée de 60,1 % en 2010 à 55,1 % en 2013, un recul considérable de 5 points de PIB en seulement trois ans. Une telle baisse de la part des salaires a eu des effets importants sur la croissance, et donc sur les recettes fiscales, les emprunts publics, le poids de la dette publique, et donc sa soutenabilité.

En utilisant la méthodologie développée dans un rapport pour l’OIT OIT
Organisation internationale du travail
Créée en 1919 par le traité de Versailles, l’Organisation internationale du travail (OIT, siège à Genève) est devenue, en 1946, la première institution spécialisée des Nations unies. L’OIT réunit les représentants des gouvernements, des employeurs et des travailleurs, dans le but de recommander des normes internationales minimales et de rédiger des conventions internationales touchant le domaine du travail. L’OIT comprend une conférence générale annuelle, un conseil d’administration composé de 56 membres (28 représentants des gouvernements, 14 des employeurs et 14 des travailleurs) et le Bureau international du travail (BIT) qui assure le secrétariat de la conférence et du conseil. Le pouvoir du BIT (Bureau International du Travail) est très limité : il consiste à publier un rapport annuel et regroupe surtout des économistes et des statisticiens. Leurs rapports défendent depuis quelques années l’idée que le chômage provient d’un manque de croissance (de 5% dans les années 60 a 2% aujourd’hui), lui-même suscité par une baisse de la demande. Son remède est celui d’un consensus mondial sur un modèle vertueux de croissance économique, ainsi que sur des réflexions stratégiques au niveau national (du type hollandais par exemple). L’OIT affirme qu’il est naïf d’expliquer le chômage par le manque de flexibilité et que les changements technologiques n’impliquent pas une adaptation automatiquement par le bas en matière de salaires et de protection sociale.
 |21|, nous estimons les effets d’une baisse de la part des salaires sur la consommation, l’investissement privé, les prix domestiques, les prix à l’exportation, les exportations et les importations |22|. Une baisse d’un point de la part des salaires conduit à une baisse du PIB de 0,92 %. A partir de ce résultat, nous évaluons les effets induits de la baisse observée de la part des salaires sur la perte de recettes fiscales, sur la dette publique et les intérêts. Nos estimations montrent que cette baisse a conduit à une augmentation de 7,8 points du ratio dette publique/PIB. La baisse des salaires explique donc à elle seule plus d’un quart (27 %) de l’augmentation de ce ratio sur la période 2010-2013 (tableau 5.1).

Tableau 5.1. Effets de la baisse observée de la part des salaires sur la croissance, les recettes fiscales, la dette et le ratio dette/PIB en Grèce.

JPEG - 53.7 ko
Notes : * Données Ameco ** Calculs propres fondés sur les estimations de Onaran et Obst, 2015 et sur la méthodologie développée dans Onaran et Galanis, 2012.

Les mesures associées aux mémorandums ont non seulement creusé les inégalités, mais elles ont aussi contribué à la baisse du PIB et à l’augmentation des emprunts publics et du ratio dette publique/PIB, rendant ainsi la dette grecque encore plus insoutenable. Même au vu de leurs objectifs, les conditionnalités ont été contre-productives en ce qui concerne la soutenabilité de la dette et elles ont simultanément engendré des changements dramatiques dans la société.

6. Les scénarios actuels du FMI et de la Commission européenne sont toujours fondés sur les mêmes hypothèses irréalistes

Les scénarios de référence actuels du FMI et de la Commission européenne |23| ne font malheureusement que répéter leurs aberrations passées. Ils postulent que le ratio dette/PIB devrait diminuer de 177,1 % en 2014 à 139,4 % en 2019, soit 37,5 points de PIB. La croissance est censée contribuer pour 27,3 points de PIB et les excédents primaires pour 19,9 points de PIB. L’inflation Inflation Hausse cumulative de l’ensemble des prix (par exemple, une hausse du prix du pétrole, entraînant à terme un réajustement des salaires à la hausse, puis la hausse d’autres prix, etc.). L’inflation implique une perte de valeur de l’argent puisqu’au fil du temps, il faut un montant supérieur pour se procurer une marchandise donné. Les politiques néolibérales cherchent en priorité à combattre l’inflation pour cette raison. et les privatisations devraient avoir une contribution positive à cette baisse. Au total, les paiements d’intérêts devraient être assurés, à hauteur de 25 points de PIB en 5 ans.

Ce scénario n’est pas cohérent, comme l’ont montré les économistes de l’OFCE qui n’ont pas réussi à le reproduire |24|, parce qu’il repose sur quatre hypothèses irréalistes |25| : 1. l’écart de production (output gap) serait réduit au cours des cinq prochaines années ; 2. la reprise serait tirée par la demande intérieure, malgré le chômage élevé et les bas salaires ; 3. la contribution de la demande publique à la croissance serait positive alors même qu’aucune augmentation de la part des dépenses publiques dans le PIB n’est prévue ; 4. la reprise aurait un impact négatif sur les importations (en pourcentage du PIB).

Tableau 5.2. Effets sur la demande privée et la croissance d’une baisse de 1% de la part des salaires en Grèce

JPEG - 41.4 ko
* Impacts partiels avant effet du multiplicateur budgétaire. Calculs propres fondés sur les estimations de Onaran et Obst, 2015 et sur la méthodologie développée dans Omaran et Galanis, 2012.

Un autre fait marquant est la concentration des remboursements en 2015 et 2016 et - d’une manière apparemment systématique - sur les prochaines années électorales : 2019 et 2023 (figure 5.2).

Figure 5.2 Le calendrier des remboursements (Millions d’euros.)

JPEG - 28.8 ko
Source : RBC Capital Market et The Economist, http://goo.gl/5o330Q

7. Un changement fondamental des circonstances économiques

Les politiques d’ajustement ont manifestement conduit à un changement fondamental des circonstances économiques. Ces politiques ont eu un impact négatif sur le PIB, l’investissement, la productivité du travail, l’efficacité du capital et l’emploi. Un développement économique écologiquement et socialement soutenable suppose, entre autres, une augmentation substantielle des dépenses publiques (y compris l’investissement public). Il n’est pas compatible avec les politiques d’austérité actuelles, car il n’y a pas de place pour un excédent primaire du budget. C’est pourquoi la dette publique grecque peut être considérée comme tout à fait insoutenable à l’heure actuelle.

Chapitres :
Chapitre 1 : L’accroissement de la dette grecque depuis le début des années 1980
Chapitre 2 : Évolution de la dette publique grecque entre 2010 et 2015
Chapitre 3 : La dette publique grecque par créancier en 2015
Chapitre 4 : Le mécanisme du système-dette en Grèce
Chapitre 6 : Grèce : la longue liste des violations des droits humains perpétrées sous le diktat des créanciers
Chapitre 7 : Comment la Troïka et la Grèce ont violé leurs obligations internationales au moment de la conclusion des memoranda et des conventions de prêt ?
Chapitre 8 : Grèce : Évaluation du caractère illégitime, odieux, illégal et insoutenable de la dette
Chapitre 9 : Fondements juridiques de la suspension et de la répudiation de la dette souveraine grecque
Le Rapport Préliminaire de la Commission pour la vérité sur la dette publique grecque au format PDF.

Complément :
Vidéo - Intervention d’Éric Toussaint à la présentation du rapport préliminaire de la Commission de la vérité


Notes

|1| La Commission pour la Vérité sur la Dette publique est une Commission indépendante, créée par la Présidente du Parlement grec. Elle est présidée par la Présidente du Parlement grec, Zoe Konstantopoulou, son coordinateur scientifique est le Professeur Éric Toussaint et la députée européenne Sofia Sakorafa est chargée des relations avec le Parlement européen et d’autres Parlements et Institutions. Il comprend des membres grecs à côté de membres venant de dix autres pays. La plupart sont reconnus au niveau international pour leur compétence et leur expérience dans les domaines de l’audit, de la dette publique, de la protection des droits humains, du droit international, du droit constitutionnel, de la finance internationale, de la macroéconomie, de la lutte contre la corruption et pour des garanties de transparence ; d’autres apportent l’expérience précieuse des mouvements sociaux, au niveau local ou international.

|2| OCDE (2013). Etudes économiques de l’OCDE. Grèce. Publication OCDE. En ligne https://goo.gl/bFqMH1, consulté le 12 juin 2015.

|3| FMI (2013). Greece : Ex post Evaluation of Exceptional Access Under the 2010 Stand-by Arrangement. IMF Country Report n°13/156. En ligne : http://goo.gl/FHJZsC, consulté le 12 juin 2015.

|4| FMI (2010). Board meeting on Greece’s request for an SBA, Office Memorandum. En ligne : http://goo.gl/5QP6ux. Consulté le 12 juin 2015.

|5| Cette « théorie » a été notamment développée par Alberto Alesina. Voir sa contribution au sommet Ecofin qui s’est tenu à Madrid en Avril 2010 : Fiscal adjustments : lessons from recent history. En ligne : http://goo.gl/VKKbnO, consulté le 12 juin 2015.

|6| Libération (2010). Interview with Jean-Claude Trichet. President of the ECB. Libération. En ligne : http://goo.gl/RMlia2, consulté le 12 juin 2015.

|7| FMI (2010). Will It Hurt ? Macroeconomic Effects of Fiscal Consolidation. Chapter 3. World Economic Outlook. En ligne http://goo.gl/VzCDwA, consulté le 12 juin 2015.

|8| Blanchard, O. (2011). In Review : Four Hard Truths. IMFdirect. En ligne : http://goo.gl/9994kG, consulté le 12 juin 2015.

|9| Blanchard, O., Leigh, D. (2013). Growth Forecast Errors and Fiscal Multipliers. FMI Working Paper n°13/1. En ligne :http://goo.gl/7UKpWv, consulté le 12 juin 2015. Le multiplicateur budgétaire est le rapport entre une variation du PIB et une variation de la dépense publique.

|10| FMI (2011). Articles of Agreement, Art. I ii) and v). En ligne : http://www.FMI.org/external/pubs/ft/aa/#art1, consulté le 12 juin 2015.

|11| FMI (2010). Greece : Staff Report on Request for Stand-By Arrangement. FMI Country Report. Mai 2010. n° 10/110. En ligne : http://goo.gl/HSDjx3, consulté le 12 juin 2015.

|12| FMI (2010). Greece : Ex post Evaluation of Exceptional Access Under the 2010 Stand-by Arrangement. FMI Country Report. Juin 2013, n°13/156. En ligne : http://goo.gl/FHJZsC. Consulté le 12 juin 2015.

|13| Source : Ameco

|14| Commission Européenne (2015). Statistical annex of European Economy. Economic and Financial Affairs. Eté 2015. p. 170. En ligne : http://goo.gl/3H4TX3, consulté le 12 juin 2015.

|15| Dafermos, Y. et Nikolaidi, M. (2012). How can the Greek trade balance improve ? Policy Brief 5. Observatory of Economic and Social Developments. Labour Institute. Greek General Confederation of Labour (in Greek). En ligne : http://goo.gl/4XpL81 ; Argitis, G. et Nikolaidi, M. (2014). Economic Crisis and Productive Restructuring in Greece : The Role of Manufacturing. Study 28. Observatory of Economic and Social Developments, Labour Institute, Greek General Confederation of Labour (in Greek). En ligne : http://goo.gl/4ZLVMk.
Ces études montrent que la Grèce est handicapée par sa compétitivité-hors-prix, qui ne pourrait être améliorée que par une politique industrielle et des investissements, plutôt que par des baisses de salaires. Les conditionnalités interdisent la mise en œuvre de telles politiques.

|16| Commission Européenne (2013). Labour Costs Pass-through. Profits et Rebalancing in Vulnerable Member States. Quarterly Report on the Euro Area. vol. 12, n°3. En ligne : http://goo.gl/74cpb1, consulté le 12 juin 2015.

|17| Gechert, S. et Rannenberg, A. (2015). The costs of Greece’s fiscal consolidation. IMK Policy Brief. En ligne : http://goo.gl/XF9Dra, consulté le 12 juin 2015. Les auteurs utilisent des multiplicateurs estimés sur la base d’une méta-analyse d’études portant sur des épisodes de récession, en distinguant les différents postes budgétaires.

|18| Argitis, G. et Nikolaidi, M. (2014). The financial fragility and the crisis of the Greek government sector. International Review of Applied Economics. En ligne : http://goo.gl/GWpgGA.

|19| Papadimitriou, D.B., Nikiforos, M., Zezza, G. (2014). Is Greece Heading For A Recovery ? Strategic Analysis. Levy Economics Institute of Bard College. En ligne : http://goo.gl/Vlt3Fo.

|20| Antonopoulos, R., Smith, A., Kijong, K., Masterson, T. et Papadimitriou, D.B. (2013). After Austerity : Measuring the Impact of a Job Guarantee Policy for Greece. Public Policy Brief. Levy Economics Institute of Bard College. n° 138. En ligne : http://goo.gl/Tddri4.

|21| Onaran, Ö. et Galanis, G. (2012). Is aggregate demand wage-led or profit-led ? National and global effects. Conditions of Work and employment Series. International Labour Office. No. 40. En ligne : http://goo.gl/racmXO.

|22| Onaran, Ö. et Obst, T. (2015). Wage-led growth in the EU15 Member States : the effects of income distribution on growth, investment, trade balance, and inflation. Foundation of European Progressive Studies. En ligne : http://goo.gl/cR7xF7. Voir le tableau 5.2 en annexe.

|23| FMI (2014). Fifth Review Under The Extended Arrangement. IMF Country Report No. 14/151. En ligne : https://goo.gl/B6cAFw ; Commission européenne (2014). The Second Economic Adjustment Programme for Greece Fourth Review. Economic and Financial Affairs. En ligne : http://goo.gl/zh35DY.

|24| C. Antonin et al., (2015). Grèce : sur la corde raide. Revue de l’OFCE n°138. En ligne : http://goo.gl/RcVdtt.

|25| Munevar, D. (2014). Δημόσιο Χρέος : Μια λύση για την Ελλάδα, Αθήνα. En ligne : http://goo.gl/T2CvQN.

Autres articles en français de Commission pour la vérité sur la dette grecque (21)

0 | 10 | 20

Traduction(s)