Communiqué de presse

Grèce : le CADTM condamne le plan d’austérité qui entraîne d’importantes régressions sociales

5 mars 2010 par CADTM


Traduction en grec

Le gouvernement grec vient d’annoncer la mise en place d’un plan
d’austérité qui a été très bien accueilli par l’Union européenne et par le
Fonds monétaire international FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 188 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus.
(FMI). Mais pour le CADTM, les mesures
inscrites dans ce plan sont purement inadmissibles. Ce que le gouvernement
d’Athènes présente comme une solution face à la crise n’est rien d’autre
que la prise en otage de la population grecque, sommée de prendre en
charge l’irresponsabilité des acteurs financiers qui ont provoqué ou
aggravé la crise.

Ce plan d’austérité vise à économiser 4,8 milliards d’euros sur le dos de
la population grecque pour rembourser les créanciers. Ils serviront
également à payer les honoraires de la banque Goldman Sachs dont on sait
maintenant qu’elle a aidé le gouvernement à dissimuler une partie de sa
dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
. Au menu notamment :

• gel du recrutement et réduction des salaires des fonctionnaires (forte
baisse du montant des 13e et 14e mois, diminution des primes, après une
réduction des salaires de 10% décidée en janvier) ;

• gel des retraites ;

• hausse de la TVA de 19% à 21%, alors qu’il s’agit d’un impôt injuste qui
frappe davantage les plus démunis ;

• hausse des taxes sur l’alcool et le tabac ;

• réduction drastique des budgets sociaux, comme celui de la Sécurité
sociale.

Pour le CADTM, ces mesures font partie du problème, et non de la solution.
La crise actuelle est utilisée pour venir à bout des résistances face aux
acquis sociaux obtenus de haute lutte. Loin d’en tirer les enseignements,
les dirigeants des grandes puissances et du FMI exercent une pression
intense pour imposer de nouvelles mesures néolibérales, pour accroître les
inégalités, pour précariser davantage les populations. Dans le même temps,
aucune mesure efficace n’est prise pour faire supporter le poids de la
crise par tous ceux qui en sont responsables et pour empêcher de nouvelles
crises de se reproduire à l’avenir.

Le CADTM demande aux pays touchés par la crise financière de cesser de
choisir l’option néolibérale qui a conduit le monde dans l’impasse
actuelle, alors que des choix radicalement différents existent. Le CADTM
soutient la population grecque qui se mobilise massivement en faveur d’une
rupture avec le modèle néolibéral. La socialisation des pertes et la
privatisation des bénéfices sont des principes à rejeter d’urgence.



cadtm.org

Traduction(s)

Dans la même rubrique