Grèce : le Comité d’audit de la dette ne rend pas les armes !

8 novembre par Anouk Renaud

Créé en avril 2015 à l’initiative de Zoé Konstantopoulou, ancienne présidente du parlement grec, le Comité pour la vérité sur la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
publique grecque s’est de nouveau réuni à Athènes les 5, 6 et 7 novembre pour poursuivre ses travaux. La session d’ouverture, du samedi 5 novembre au soir, a réuni plus de 250 personnes dans une salle archi-comble ! Le message des membres du Comité qui ont alors pris la parole |1| a été unanime et on ne peut plus clair : le travail d’audit de la dette grecque continuera coûte que coûte.

L’audit de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
plus vivant que jamais

Zoé Konstantopoulou a commencé par rappeler la genèse de ce comité. Malgré un manque de soutien des autorités gouvernementales et des attaques médiatiques parfois violentes contre certains de ses membres, le comité pour la vérité sur la dette grecque parvient à publier en juin 2015 un premier rapport, qui démontre que la dette grecque à l’égard de la Troïka Troïka Troïka : FMI, Commission européenne et Banque centrale européenne qui, ensemble, imposent au travers des prêts des mesures d’austérité aux pays en difficulté. est illégale, illégitime, odieuse et insoutenable |2|. Fin septembre 2015, le comité publie une seconde analyse montrant que les nouvelles dettes de 86 milliards d’euros qui accompagnent le 3e mémorandum sont toutes autant illégales, odieuses, illégitimes et insoutenables |3|. Il annonce à ce moment-là qu’il poursuivra ses travaux en dépit de la capitulation du gouvernement « Syriza I » et des pressions subies. En effet, à peine entré en fonction, le nouveau président de la Vouli (le Parlement hellénique) annonce la fin « officielle » de la commission, retire toutes traces de son existence sur le site internet du parlement. Le gouvernement force ses bureaux, change les serrures et confisque ses archives... Preuve que les vérités que l’audit de la dette grecque a permis de dévoiler ne sont pas bonnes à entendre pour tout le monde. Alors que le gouvernement grec affirme prendre à bras le corps la question de la dette publique, cette dette continue d’être payée. Aujourd’hui, ce dernier ne parle même plus de réduction du montant de celle-ci. Se soumettant totalement aux créanciers, il espère un simple accord sur le rééchelonnement de cette dette... en 2018 !

Malgré cette tentative de « mise à mort », le comité d’audit décide en mars 2016, à l’occasion d’une réunion à Bruxelles, de continuer ses travaux sous la forme d’une association. En voulant l’éliminer, les autorités n’ont fait que renforcer la détermination du Comité : « Il n’y a pas une pierre qu’on ne va pas soulever, pas une personne qu’on ne va pas interroger, pas une enveloppe qu’on ne va pas ouvrir », conclut Zoé Konstantopoulou.


« Donnez-nous de l’énergie ! »

Cette vitalité réaffirmée du comité ne vient pas uniquement de ses membres, de ceux qui ont analysé la dette publique grecque, de ceux qui ont dévoilé ses résultats, mais elle est également puisée dans la société, chez les gens, les citoyens. La pièce de théâtre jouée par une troupe de comédiennes grecques en introduction de la séance a apporté une puissante touche poétique, musicale et dynamique à l’audit de la dette dont l’un des objectifs est bien de faire connaître ses conclusions au sein de la société grecque. L’enjeu de vulgarisation des résultats de l’audit pour permettre leur large diffusion a d’ailleurs été soulevé par plusieurs membres du Comité lors de cette première session. L’eurodéputée Sofia Sakorafa qui en est membre rappelle que la diffusion des conclusions de l’audit n’est pas juste une opération de communication mais bien un enjeu politique pour combattre le TINA (There Is no Alternative) dont la prégnance s’est consolidée avec la volte-face du gouvernement « Tsipras I » .

Le Comité pour la vérité sur la dette grecque a produit des outils précieux, qui demeurent sans conteste des moyens de résistance. Libre à nous tous et toutes de s’en saisir, se les approprier et les diffuser afin de forcer les dirigeants à avoir le courage de poser des actes forts, de désobéir et de refuser de payer la dette. Comme l’a souligné Eric Toussaint, coordinateur scientifique des travaux, « si le gouvernement n’opte pas pour un virage radical, le peuple doit remplacer ces dirigeants ». Une chose est sûre : le Comité continuera la bataille, mais il ne pourra pas la gagner seul.

Les travaux du Comité se sont poursuivis dès le lendemain. Au programme : le système bancaire grec, la question du système de sécurité sociale et particulièrement des retraites, la falsification des statistiques de la dette publique par Elstat mais aussi les dettes privées dans un contexte où les mises aux enchères de maisons se généralisent.


Notes

|1| Durant cette séance d’ouverture, ont pris la parole : Zoé Konstantopoulou, Sofia Sakorafa, Eric Toussaint, Yiorgos Kasimatis et Léonidas Vatikiotis.

|2| http://www.cadtm.org/Rapport-preliminaire-de-la

|3| http://www.cadtm.org/Analyse-de-la-legalite-du

Auteur.e

Anouk Renaud

Permanente au CADTM Belgique