29 novembre

Bruxelles, Belgique

Grèce : vers la fin de l’austérité ?

La victoire en 2015 de la coalition de gauche radicale Syriza avait suscité bien des espoirs, y compris par-delà les frontières de ce pays meurtri par cinq années de mesures de rigueur particulièrement brutales. Ambitionnant de répondre à l’urgence sociale et humanitaire, le Premier ministre Alexis Tsipras entama un bras de fer avec la troïka Troïka Troïka : FMI, Commission européenne et Banque centrale européenne qui, ensemble, imposent au travers des prêts des mesures d’austérité aux pays en difficulté. UE-BCE BCE
Banque centrale européenne
La Banque centrale européenne est une institution européenne basée à Francfort, créée en 1998. Les pays de la zone euro lui ont transféré leurs compétences en matières monétaires et son rôle officiel est d’assurer la stabilité des prix (lutter contre l’inflation) dans la dite zone.
Ses trois organes de décision (le conseil des gouverneurs, le directoire et le conseil général) sont tous composés de gouverneurs de banques centrales des pays membres et/ou de spécialistes « reconnus ». Ses statuts la veulent « indépendante » politiquement mais elle est directement influencée par le monde financier.
-FMI FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 188 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus.
. Objectif : la sortie des plans de réformes et un allègement de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
. La réalité des rapports de force vint toutefois fracasser les espoirs du nouveau gouvernement, forcé d’accepter un troisième mémorandum aux allures de mise sous tutelle.

La sortie de la Grèce du plan d’aide en septembre 2018 a-t-elle permis à la république hellénique de retrouver des marges de manœuvre à même de mettre fin à son statut de « colonie de la dette » ? La voie choisie par Alexis Tsipras était-elle la seule possible ? Quels enseignements tirer de cet épisode pour les forces politiques aspirant au changement social ?

Attac Bruxelles et Rethinking Economics vous proposent d’en débattre, avec :
- Anouk Renaud, permanente au CADTM Belgique
- Giorgos Karatsioubanis, coordinateur de SYRIZA en Belgique

Où ?
Auditoire 7 de l’Université Saint-Louis Bruxelles (Boulevard du Jardin Botanique 43, 1000 Bruxelles)

Quand ?
Jeudi 29 novembre 2018, 18h00

Prix libre, mais inscription souhaitée à :
admin@attac.be

Fbk : https://www.facebook.com/events/262395241086948/


À venir