Intervention de Ana Azaria Présidente d’EGALITE Meeting de solidarité avec le peuple grec en présence de Syriza

Paris, le 19 janvier 2015

23 janvier 2015 par Ana Azaria Présidente


Nous savons quel désastre humain a provoqué la politique d’austérité imposée depuis 5 ans à la Grèce par la Troïka.
Les licenciements, notamment dans la fonction publique, la diminution des salaires, la précarité, la destruction du système de santé et la détérioration des services publics en général ont affecté l’ensemble du peuple grec. Mais ils ont touché particulièrement les femmes, à commencer par les femmes des milieux populaires.

Nous parlons de celles qui sont tout en bas de l’échelle salariale, qui exercent des métiers qui ne sont pas reconnus et qui pourtant sont si utiles à nos sociétés, comme les femmes de ménage. Nous avons tous en tête les travailleuses du nettoyage qui ont été licenciées par le ministère des finances grec. Celui-ci a décidé de privatiser le travail du nettoyage
pour en faire cadeau aux entreprises privées qui paient des salaires plus bas et qui n’embauchent qu’à coups de contrats précaires. Ces travailleuses sont en lutte depuis septembre 2013. Par leur courage et leur grande détermination, elles sont devenues aujourd’hui le symbole de la contestation sociale en Grèce, le symbole de la résistance à la Troïka Troïka Troïka : FMI, Commission européenne et Banque centrale européenne qui, ensemble, imposent au travers des prêts des mesures d’austérité aux pays en difficulté.  !

Nous nous sentons particulièrement proches d’elles. La situation que les femmes vivent ici en France comporte bien des similitudes ; la politique d’austérité a poussé de nombreux secteurs de notre fonction publique, de nos services publics dans les mains de la soustraitance ! Dans nos écoles : les cantinières et les femmes de ménage sont en lutte à Strasbourg contre l’externalisation de leurs services. Dans la santé : les agents de service
hospitalier de l’hôpital Bagatelle, près de Bordeaux ont aussi été « externalisées » ; elles se sont battues récemment pour l’augmentation de leurs salaires. Et ce ne sont là que quelques exemples. En ce moment-même, les travailleuses qui nettoient les toilettes des gares parisiennes sont en grève elles-aussi contre le passage de leur service à un autre sous- traitant qui intensifie leur exploitation.

Lorsqu’en Grèce les femmes enceintes accouchent dans la rue parce qu’elles ne peuvent payer leurs soins à l’hôpital, nous nous sentons proches d’elles, nous qui nous bagarrons, ici en France, contre la fermeture de nos maternités et la casse de notre hôpital public !
Les politiques d’austérité ont des conséquences plus que néfastes sur les droits des femmes. Nous le vérifions tous les jours. La question du droit à l’avortement qui est bafoué en est un exemple emblématique. La lutte du personnel et des usagères de la Maternité des Lilas, la manifestation de samedi dernier, où des milliers de femmes et d’hommes défilaient pour défendre les droits à l’IVG particulièrement mis à mal par les politiques d’austérité, sont des exemples de la défense de ce droit fondamental pour les femmes.

Aujourd’hui, les femmes de ménage grecques, les femmes des milieux populaires, tout le peuple grec, veulent la chute du gouvernement D’ANTONIS SAMARAS. Ils aspirent au changement politique ; c’est pourquoi ils espèrent la victoire de SYRIZA. Ils veulent une politique de rupture avec l’austérité, des mesures immédiates pour améliorer leurs conditions de vie et de travail. Et Syriza, avec son programme contre la politique d’austérité, son engagement à l’appliquer, et ainsi à tenir tête à la Troïka, Syriza
représente un espoir.
Nous nous battons, ici en France, pour que les exigences des femmes des milieux populaires soient entendues : toutes celles qui, avec leurs salaires de misère, leurs temps partiels imposés, leurs retraites ridicules, n’arrivent plus à vivre décemment. Et nous soutenons Syriza. En travaillant pour créer la solidarité entre les luttes de nos deux peuples. Car pour faire barrage à la Troïka, pour que Syriza puisse appliquer son programme, il faudra un rapport de force international.

Nous soutenons Syriza parce que ce qui se passe en Grèce est aussi un espoir pour nous. C’est une brèche qui peut s’ouvrir. C’est toute une dynamique contre la politique néolibérale en Europe qui peut se mettre en route.

Vive la lutte des femmes et du peuple grec ! Vive la solidarité internationale !


Meeting de soutien au peuple grec avec Syriza à... by CN-PCF

A quelques jours des législatives anticipées en Grèce, meeting de soutien au peuple grec avec Syriza lundi 19 janvier 2015 à Japy.

Avec : Georgios Katrougalos ( député européen Syriza ), Susan George ( Attac ), Pierre Laurent (Président du PGE, secrétaire national du PCF), Pascal Franchet (CADTM), Jean-Luc Mélenchon (député européen, PG), Cécile Duflot (Ancienne ministre du logement EELV), Patrick Saurin (Sud BPCE), Guillaume Balas (député européen PS), Clémentine Autain (Ensemble), collectif Troïka Basta !, CGT, SNESUP, Compagnie Erina, Liêm Hoang Ngoc ( socialistes affligés ), Pierre Larrouturou (Nouvelle Donne)

A l’appel de :

Organisations Politiques

Altra Europa con Tsipras France, Bloco de Esquerda France, Club des Socialistes affligés, Ensemble !, Gauche Unitaire, Izquierda Unida France, Jeunes Ecologistes, Mouvement des Jeunes Communistes de France, Nouvelle Donne, Parti Communiste Français, Parti Communiste des Ouvriers de France, Parti de la Gauche Européenne, Parti de Gauche, Parti Démocratique des Peuples de Turquie (HDP) France, République et Socialisme, Rifondazione Comunista France

Organisations syndicales

Fédération Nationale des Industries Chimiques CGT, Sud BPCE, Sud Santé Sociaux, Union Syndicale de la Psychiatrie

Associations

ATTAC, Collectif Roosevelt, Collectif Solidarité France Grèce pour la Santé, CADTM (Comité pour l’Annulation de la Dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque africaine de développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds européen de développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
du Tiers Monde), Compagnie Errina, Femmes Egalité, Fondation Copernic, Journal électronique ReSPUBLICA, Les Désobéissants, Les efFRONTé-e-s, Marches européennes contre le chômage, Mouvement du Christianisme social, REP Réseau Education Populaire, Transform Europe

Personnalités

ANGELI Verveine (Solidaires), BAYOU Julien (porte parole Europe Ecologie Les Verts), BACHE Marinette (Conseillère de Paris, Présid ente Nationale de Résistance Sociale), FILOCHE Gérard (membre du bureau politique du PS), GASSER Philippe (Psychiatre, Union Syndicale de la psychiatrie), KAHANE Claudine (syndicaliste universitaire du SNESUP), KAKI M’hamed (Militant associatif), LETOURNEUR Yves (philosophe et poète), HOANG NGOC Liêm (ancien député européen corapporteur du rapport au parlement européen sur la Troïka), SABADO François (membre de la direction de la IVème Internatio- nale), STERDYNIAK Henri (Economistes atterrés).