Italie : Un séminaire international sous le signe du refus de payer la dette

24 septembre 2011 par Sinistra Critica


Le séminaire national de la rentrée 2011 de la Gauche Critique (en italien, Sinistra Critica) s’est tenu du 15 au 18 septembre à Trevi dans la province de l’Ombrie. Environ deux cents participants se sont entassés pendant trois jours à l’hôtel Della Torre de Trevi, à quelques kms de Pérouse. Une vingtaine d’ateliers et quatre plénières dont deux dédiées à l’approfondissement de deux thèmes d’une grande actualité :
- l’analyse des mouvements sociaux en Italie et en Europe avec la participation de Miguel Romero, directeur de la revue espagnole Viento Sur, également membre de Izquierda anticapitalista et militant du mouvement des ’Indignés’ ;
- la seconde assemblée thématique a été consacrée à la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
et à son annulation. Eric Toussaint, président du CADTM, -un réseau international présent désormais dans 30 pays qui s’occupe depuis des décennies de l’annulation de la dette dans le tiers monde et qui désormais s’occupe à temps plein de l’Europe-, a donné une ’leçon’ sur la crise actuelle du capitalisme, sur comment les dettes privées sont devenues publiques et sont prélevées directement dans les poches des travailleurs et des travailleuses. Une dette illégitime Dette illégitime Comment on détermine une dette illégitime ?

4 moyens d’analyse

* La destination des fonds :
l’utilisation ne profite pas à la population, bénéficie à une personne ou un groupe.
* Les circonstances du contrat :
rapport de force en faveur du créditeur, débiteur mal ou pas informé, peuple pas d’accord.
* Les termes du contrat :
termes abusifs, taux usuraires...
* La conduite des créanciers :
connaissance des créanciers de l’illégitimité du prêt.
ne doit pas être payée, c’est ce que propose le CADTM qui est rejoint par une bonne part de la gauche anticapitaliste en Europe.

Vendredi 16 au soir a eu lieu l’assemblée féministe pour qui une organisation ’écologiste, communiste et féministe’ est désormais un passage obligé, tandis que le dimanche était consacré aux conclusions.
Dans les conclusions du séminaire a été relancé l’appel du cartel « il faut les arrêter », qui organise une manifestation et une assemblée nationales à Rome (Teatro Ambra Jovinelli) le 1er octobre. Ce qui est ressorti du débat est que le 1er octobre doit être un succès, il faut une grande participation populaire pour préparer au mieux la manifestation des Indignés du 15 octobre à Rome. L’assemblée d’Ambra Jovinelli doit être une véritable assemblée, avec des intervenants de partout et pas une simple représentation des organisations politiques ou syndicales. Sinistra Critica proposera aux adhérents à l’appel «  il faut les arrêter » que dans cette manifestation il y ait un espace dédié en particulier au mot d’ordre «  ne payons pas leur dette », afin de faire vivre non seulement une mobilisation unitaire mais aussi un contenu fort face à la gravité de la crise.

Le thème de la dette est donc le point central de l’automne et Sinistra Critica proposera à ses partenaires, le lancement d’une campagne de masse qui permette de débattre sur les lieux de travail, d’étude,… et qui favorise des initiatives directes et des manifestations visibles. Une campagne nationale et internationale à même d’inverser la logique des sacrifices à tout prix, imposée par la BCE BCE
Banque centrale européenne
La Banque centrale européenne est une institution européenne basée à Francfort, créée en 1998. Les pays de la zone euro lui ont transféré leurs compétences en matières monétaires et son rôle officiel est d’assurer la stabilité des prix (lutter contre l’inflation) dans la dite zone.
Ses trois organes de décision (le conseil des gouverneurs, le directoire et le conseil général) sont tous composés de gouverneurs de banques centrales des pays membres et/ou de spécialistes « reconnus ». Ses statuts la veulent « indépendante » politiquement mais elle est directement influencée par le monde financier.
, l’Union européenne mais également par le président de la république italienne Giorgio Napolitano.

Après le 15 octobre et après avoir confirmé la volonté d’en faire une échéance exceptionnelle, l’attention se tournera vers Nice, le 1er novembre, quand se tiendra la manifestation européenne contre le sommet du G20 G20 G20 : Le Groupe des vingt (G20) est un groupe composé de dix-neuf pays et de l’Union européenne dont les ministres, les chefs de banques centrales et les chefs d’État se réunissent régulièrement. Il a été créé en 1999, après la succession de crises financières dans les années 1990. Il vise à favoriser la concertation internationale, en intégrant le principe d’un dialogue élargi compte tenu du poids économique croissant pris par un certain nombre de pays. Sont membres : Allemagne, Afrique du Sud, Arabie saoudite, Argentine, Australie, Brésil, Canada, Chine, Corée du Sud, États-Unis, France, Inde, Indonésie, Italie, Japon, Mexique, Royaume-Uni, Russie, Turquie, l’Union européenne (représentée par le Président du conseil et celui de la Banque centrale européenne). . A cette occasion également l’idée est de promouvoir, autour du mot d’ordre d’annulation de la dette, une mobilisation la plus large possible afin de rassembler des forces diverses.

Le séminaire de la Gauche Critique a représenté l’occasion de lancer un premier débat en vue du congrès de cette organisation qui se tiendra probablement au printemps 2012. Un débat qui a mis au centre de l’attention la nécessité de se lier aux nouveaux processus de radicalisation politique, de relancer l’objectif initial de Sinistra Critica, c’est à dire la construction d’une nouvelle organisation de la gauche anticapitaliste mais également d’affronter avec plus de détermination le thème de l’identité politique et programmatique. Cela se discutera dès l’automne.