L’affaire Bourgi ou pour en finir avec « politique du ventre » et autres négrologies

27 janvier 2012 par Jean M’Pele


Le 11 septembre 2011, alors que les principaux médias français avaient programmé la compassion pour le peuple états-unien commémorant la décennie des attentats du 11 septembre 2001 à Manhattan, l’avocat français – par ailleurs libanais et sénégalais – Robert Bourgi semblait vouloir ramener les citoyen-ne-s de la République française aux réalités hexagonales, en livrant dans un entretien à l’hebdomadaire parisien le Journal du dimanche (JDD) [1] des informations, jugées explosives par la presse française, sur sa mission para-officielle de collecteur de millions d’euros dans des palais présidentiels des États de l’ancien empire d’Afrique subsaharienne, au profit des dirigeants politiques français.
Ainsi, depuis un quart de siècle, selon lui, des valises d’argent servant à financer la campagne électorale de tel ou tel candidat à la présidence de la République française étaient acheminées de pays dont une importante partie de la population croupit dans la pauvreté, surtout depuis les politiques d’ajustement structurel Ajustement structurel Les Plans d’ajustement structurel ont été imposés par les IFI en contrepartie de l’octroi de nouveaux prêts ou de l’échelonnement d’anciens prêts, projets financés par la Banque mondiale, conditionnalités du FMI, etc.
Les Plans d’austérité, appliqués depuis aux pays endettés du Nord, sont des copiés/collés des Plans d’ajustement structurel subits par les pays du Sud depuis 30 ans.
néolibéral. Ce qui ne peut que paraître incroyable, inadmissible ou insensé, au-delà du Français moyen, pour le bon sens postcolonial encore réceptif au discours sur l’aide généreuse de la France à ses anciennes colonies, version postcoloniale de la « mission civilisatrice ».

Ces informations ont été catégoriquement infirmées par les occupants des palais présidentiels africains, exception faite de l’actuel maître du palais de Libreville. Le président Ali Bongo affirmant juste que l’accusation portait sur une période antérieure à son mandat, sans accabler son paternel prédécesseur, Omar Bongo, dont il avait été le ministre. Vu l’importance de l’accusation, le parquet de Paris avait, les jours suivants, jugé utile d’ouvrir une enquête [2], qui ne pouvait pas apporter grand chose puisque Robert Bourgi lui-même, dans ses interviews le lendemain de la parution du JDD – journée qu’il a passé dans les médias –, soulignait qu’il ne possédait malheureusement pas de preuves matérielles de ses affirmations. Cela en dépit des témoignages sur la véracité du phénomène des valises d’argent africano-françaises apportée d’une part par des acteurs de la scène politique française, actuellement en retrait, mais ayant fréquenté les coulisses des relations africano-françaises, à l’instar de Michel de Bonnecorse (ancien conseiller Afrique du président Jacques Chirac) [3] et Jean-François Probst (ancien collaborateur de Jacques Foccart et ancien conseiller de J.Chirac) [4], ou demeurés au premier plan, comme l’ex-ministre et candidat habituel à la présidence de la République, François Bayrou [5]. D’autre part, par des acteurs politiques africains, à l’instar de Mamadou Koulibaly qui a été un proche collaborateur de l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo et son président de l’Assemblée nationale [6]. L’inexistence maintes fois répétée de preuves matérielles semble avoir encouragé l’ex-président Jacques Chirac – subitement sorti de son anosognosie – et son ancien Premier ministre Dominique de Villepin à brandir médiatiquement la menace d’une plainte contre le supposé calomniateur, qui n’est jusqu’aujourd’hui pas encore effective. L’ancien président du Front national (FN), Jean-Marie Le Pen, également mis en cause par Robert Bourgi, a, le premier, évoqué le dépôt d’une plainte. Des procès en perspective, alors, contre des déclarations qu’une bonne partie de la presse africaine ainsi que certains observateurs, même académiques, de la scène politique dite françafricaine ont considéré comme relevant plutôt du secret de polichinelle [7].

Pris dans la spirale de la médiatisation, le désormais célèbre Robert Bourgi aurait même, selon le bimensuel panafricain de Paris, Jeune Afrique. L’intelligent, ajouté qu’il n’avait pas tout dit«  [8]. Il en donne une preuve en apportant quelques jours plus tard, le 3 octobre 2011 lors de son audition judiciaire, quelques précisions sur les véritables porteurs et porteuses de valises, des dignitaires africain-e-s, qu’il ne faisait qu’accompagner [9]. Mais cette occasion inespérée – jusqu’au 11 septembre 2011 et ’ouverture de l’enquête du parquet français – d’en savoir bien plus sur les combines de la FrançAfrique, un pas éventuel vers la suppression de ce réseau, ne fait pas long feu. Deux mois après, l’affaire est classée sans suite [10] par un juridisme non convaincant. Un acte qui n’honore pas la justice française dont la réputation d’indépendance est régulièrement mise à mal par sa grande habileté à étouffer des affaires impliquant des dirigeants politiques [11].

Dans cet article, il ne s’agit pas de prouver l’existence de valises d’argent voyageant des palais africains vers des bureaux de la présidence française, de la Primature ou de locaux de l’opposition, mais plutôt de proposer, d’une part, une compréhension historique du phénomène et des réactions suscitées, en les situant dans la connexion intellectualo-politique qui leur donne sens, à partir des informations auxquelles quiconque peut accéder, en France métropolitaine du moins. D’autre part, d’évoquer quelque conséquence qui peut en découler, concernant la persistance d’un certain africanisme tendant à essentialiser une supposée altérité négro-africaine. Autrement dit, il s’agit d’une modeste contribution à la de-néocolonisation de l’africanisme, dont la nocivité est souvent sous-estimée, car c’est de la connaissance produite sur telle ou telle région du monde que dépend la définition du champ de possibles qui peuvent y être réalisés. Précisons par ailleurs que malgré un certain attachement au référencement – comme gage d’authenticité –, notre préoccupation ici n’est pas académique, mais intellectuelle critique. Voire militante, car nous n’adhérons pas à la religion de la (pseudo) « neutralité axiologique » qui en une matière comme celle dont il est question ici signifierait indifférence à l’égard de ses conséquences. Par ailleurs, nous pensons que la recherche menée avec un tel prétendu détachement axiologique relève d’un autre militantisme, le carriérisme qui obéit aussi à une certaine morale, consistant à se faire cyniquement une bonne place, même sous le patronage des barbares distingués. Au risque d’alourdir le texte, mais afin de ne pas sacrifier un aspect de l’aventure d’une notion centrale, nous allons commencer par un rappel, celui de quelques considérations sur la FrançAfrique que les déclarations de l’ancien missus dominicus [12] de l’Élysée ont davantage fait connaître dans les chaumières de la France profonde et au-delà.

Lire la suite en pdf

L’affaire Bourgi ou pour en finir avec « politique du ventre » et autres négrologies


Notes

[1Laurent Valdigué, « Bourgi : “J’ai vu Chirac et Villepin compter les billets », Le Journal du Dimanche, 11 septembre 2011, http://www.lejdd.fr.

[2Thierry Lévêque (édité par Sophie Louet), « Ouverture d’une enquête sur les accusations de Robert Bourgi », Reuters, 13 septembre 2011, http://fr.reuters.com/articlePrint?articleId=FRPAE78C0Q420110913.

[3AFP, « Un Chiraquien affirme que Bourgi a aussi financé Sarkozy », Le Point, 11 septembre 2011 ; http://www.lepoint.fr/politique/un-chiraquien-affirme-que-bourgi-a-aussi-finance-sarkozy-11-09-2011-1372026_20.php.

[4« Fonds occultes : “Bourgi mérite la prison !” », Le Parisien, 12 septembre 2011, http://www.leparisien.fr/politique/fonds-occultes-bourgi-
merite-la-prison-12-09-2011-1603554.php.

[5Emmanuel Berretta, « Bayrou : “J’ai renvoyé les porteurs de valises” », Le Point, 18 septembre, 2011, http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/emmanuel-berretta/francois-bayrou-j-ai-renvoye-les-porteurs-de-valises-18-09-2011-1374712_52.php.

[6« Mamadou Koulibaly confirme les propos de Robert Bourgi », Grioo.com, 12 septembre 2011, http://www.grioo.com/pinfo21486.html.

[7Parmi les réactions académiques, il y a celle du camerounais de l’Université de Witwatersrand (Afrique du Sud) Achille Mbembe,
théoricien de la « postcolonie » dans un quotidien parisien : « Achille Mbembe, professeur d’histoire : “La France n’est plus notre soleil” »
(!!!), Le Monde, 17 octobre 2011, http://www.lemonde.fr/imprimer/article/2011/10/17/1589022.html.

[8Robert Bourgi à Jeune Afrique : “Je n’ai pas révélé le dixième de ce que je sais” », Jeune Afrique, 18 septembre 2011, http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110918113716/ , consulté le 21 septembre 2011.

[9Fabrice Arfi, Karl Laske, « Bourgi balance Chirac et Villepin aux juges », Mediapart, 27 octobre 2011, www.mediapart.fr

[10Gérard Bon (édité par Patrick Vignal), « L’enquête sur les “valises” de Robert Bourgi classée sans suite », Reuters, 16 novembre 2011,
http://fr.reuters.com/articlePrint?articleId=FRPAE7AF0EG20111116.

[11Renaud Lecadre, « Une justice aux ordres, ou la machine à étouffer les scandales », in Roger Faligot et Jean Guisnel (dir.), Histoire secrète de la Ve République, Paris, La Découverte, 2007 [2006], p. 633-644.

[12Selon Le Petit Robert de la langue française, les missi dominici étaient des « envoyés du maître », c’est-à-dire des « Inspecteurs royaux qui visitaient les provinces, sous les Carolingiens, et notamment sous Charlemagne ». Ce qui est assez clair !