12 juin

Liège, Belgique

LCD - #NoG20 : Contre le sommet des riches, bloquons leur monde !

#NoG20 : Contre le sommet des riches, bloquons leur monde !

Rendez-vous ce lundi 12 juin à 20h à l’Aquilone avec le CADTM et le collectif NoG20_be

Aquilone : Boulevard Saucy, 25 - 4000 Liège.

Le Groupe des vingt (G20 G20 G20 : Le Groupe des vingt (G20) est un groupe composé de dix-neuf pays et de l’Union européenne dont les ministres, les chefs de banques centrales et les chefs d’État se réunissent régulièrement. Il a été créé en 1999, après la succession de crises financières dans les années 1990. Il vise à favoriser la concertation internationale, en intégrant le principe d’un dialogue élargi compte tenu du poids économique croissant pris par un certain nombre de pays. Sont membres : Allemagne, Afrique du Sud, Arabie saoudite, Argentine, Australie, Brésil, Canada, Chine, Corée du Sud, États-Unis, France, Inde, Indonésie, Italie, Japon, Mexique, Royaume-Uni, Russie, Turquie, l’Union européenne (représentée par le Président du conseil et celui de la Banque centrale européenne). ) est un groupe composé de dix-neuf pays et de l’Union européenne dont les ministres, les chefs de banques centrales et les chefs d’État se réunissent régulièrement. Il a été créé en 1999, après la succession de crises financières dans les années 1990. Sont membres : Allemagne, Afrique du Sud, Arabie saoudite, Argentine, Australie, Brésil, Canada, Chine, Corée du Sud, États-Unis, France, Inde, Indonésie, Italie, Japon, Mexique, Royaume-Uni, Russie, Turquie, et l’Union européenne (représentée par le Président du conseil et celui de la Banque centrale européenne BCE
Banque centrale européenne
La Banque centrale européenne est une institution européenne basée à Francfort, créée en 1998. Les pays de la zone euro lui ont transféré leurs compétences en matières monétaires et son rôle officiel est d’assurer la stabilité des prix (lutter contre l’inflation) dans la dite zone.
Ses trois organes de décision (le conseil des gouverneurs, le directoire et le conseil général) sont tous composés de gouverneurs de banques centrales des pays membres et/ou de spécialistes « reconnus ». Ses statuts la veulent « indépendante » politiquement mais elle est directement influencée par le monde financier.
).

Accueillant également des représentants du FMI FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 188 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus.
et de la Banque mondiale Banque mondiale
BM
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) a été créée en juillet 1944 à Bretton Woods (États-Unis), à l’initiative de 45 pays réunis pour la première Conférence monétaire et financière des Nations unies. En 2011, 187 pays en étaient membres.

Créée en 1944 à Bretton Woods dans le cadre du nouveau système monétaire international, la Banque possède un capital apporté par les pays membres et surtout emprunte sur les marchés internationaux de capitaux. La Banque finance des projets sectoriels, publics ou privés, à destination des pays du Tiers Monde et de l’ex-bloc soviétique. Elle se compose des cinq filiales suivantes :
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD, 189 membres en 2017) octroie des prêts concernant de grands secteurs d’activité (agriculture et énergie), essentiellement aux pays à revenus intermédiaires.
L’Association internationale pour le développement (AID, ou IDA selon son appellation anglophone, 164 membres en 2003) s’est spécialisée dans l’octroi à très long terme (35 à 40 ans, dont 10 de grâce) de prêts à taux d’intérêt nuls ou très faibles à destination des pays les moins avancés (PMA).
La Société financière internationale (SFI) est la filiale de la Banque qui a en charge le financement d’entreprises ou d’institutions privées du Tiers Monde.
Enfin, le Centre international de règlements des différends relatifs aux investissements (CIRDI) gère les conflits d’intérêts tandis que l’Agence multilatérale de garantie des investissements (AMGI) cherche à favoriser l’investissement dans les PED. Avec l’accroissement de l’endettement, la Banque mondiale a, en accord avec le FMI, développé ses interventions dans une perspective macro-économique. Ainsi la Banque impose-t-elle de plus en plus la mise en place de politiques d’ajustement destinées à équilibrer la balance des paiements des pays lourdement endettés. La Banque ne se prive pas de « conseiller » les pays soumis à la thérapeutique du FMI sur la meilleure façon de réduire les déficits budgétaires, de mobiliser l’épargne interne, d’inciter les investisseurs étrangers à s’installer sur place, de libéraliser les changes et les prix. Enfin, la Banque participe financièrement à ces programmes en accordant aux pays qui suivent cette politique, des prêts d’ajustement structurel depuis 1982.

TYPES DE PRÊTS ACCORDÉS PAR LA BM :

1) Les prêts-projets : prêts classiques pour des centrales thermiques, le secteur pétrolier, les industries forestières, les projets agricoles, barrages, routes, distribution et assainissement de l’eau, etc.
2) Les prêts d’ajustement sectoriel qui s’adressent à un secteur entier d’une économie nationale : énergie, agriculture, industrie, etc.
3) Les prêts à des institutions qui servent à orienter les politiques de certaines institutions vers le commerce extérieur et à ouvrir la voie aux transnationales. Ils financent aussi la privatisation des services publics.
4) Les prêts d’ajustement structurel, censés atténuer la crise de la dette, qui favorisent invariablement une politique néo-libérale.
5) Les prêts pour lutter contre la pauvreté.
Site : http://www.banquemondiale.org
, ce groupe informel est au cœur des ingérences impérialistes, de la financiarisation de l’économie et du déploiement de politiques néolibérales contre les peuples, aussi bien dans les secteurs du travail, de l’agriculture, du climat, du logement, de l’immigration, ou encore de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
 !

Les raisons pour les remettre en cause sont donc nombreuses. Cela tombe bien, le prochain G20 se déroulera les 7 et 8 juillet à Hambourg en Allemagne, et pour l’occasion, un « Contre-G20 » est mis en place par les mouvements sociaux, organisations syndicales, politiques, autonomes, etc. Alors tou-te-s ensemble, « contre le sommet des riches, bloquons leur monde ! »

Après avoir apporté quelques éclairages sur les dossiers à l’ordre du jour de ce sommet, et des luttes récentes des différents mouvements altermondialistes, nous accueillerons le collectif NoG20_be qui nous parlera de comment rejoindre le mouvement de résistance, comment participer au « Contre G20 », se mobiliser ensemble depuis la Belgique et mettre à mal cette gouvernance économique mondiale capitaliste.

Fbk : https://www.facebook.com/events/247...

Contacts NoG20_be :
- nog20be@riseup.net
- facebook.com/No20BE
- nog20be.wordpress.com

Envie de partir au NoG20 ? Plus d’informations également ici.


No G20 International Coordinating group ; www.g20-protest.info

Press release of the International No G20 coordinating group 17.05.2017

“Do not be afraid, because we come as friends”, says Patrick Bond, economist and activist from South Africa, when he talks about coming to Hamburg to protest against the G20 summit. “We want to take away the fears of us, which are fueled by politics”. In the letter co-written by him to Hamburg’s civil society it says : “The true invaders and destroyers of our cities are the G20 and we must protect ourselves together. If they want a democracy-free zone in Hamburg, we want a G20-free Hamburg.”

Already for months people from countries like Argentina, France and Ireland plan their journey to Hamburg. The International No G20 coordinating groups clarifies that they want to protest in July in solidarity with the people living in Hamburg : with respect for their neighborhoods and the inspiring activities within them, that emanates solidarity and freedom. Bettina Müller from Attac Argentina says : “I am looking forward to Hamburg and its people and hope that one gets to know each other during the protests”.

The International No G20 group is part of the global preparation of protests against the G20 summit in Hamburg and is composed of different groups from Europe and the world. This includes for example Attac Argentina, the network “BRICS from below”, social centers from Italy, left groups from Eastern Europe and human rights groups. The protest plans include a congress, blockades, actions Action
Actions
Valeur mobilière émise par une société par actions. Ce titre représente une fraction du capital social. Il donne au titulaire (l’actionnaire) le droit notamment de recevoir une part des bénéfices distribués (le dividende) et de participer aux assemblées générales.
of mass civil disobedience and a big demonstration.

international@g20-2017.org

HAMBURG, PLANET EARTH, MAY 2017


FROM ACROSS THE WORLD TOGETHER AGAINST THE G20 !
g20-protest.info/open-letter-to-the-people-of-hamburg/

Open letter to the people of Hamburg

Dear people of Hamburg, you might wonder who is writing to you.

We are women and men from all over Europe and the world, citizens or activists in many different networks, and from all walks of life. We have very different ages and political persuasions.

We’re the people who aim to join you in Hamburg, your city, to support the protests this July when the leaders of the world’s 20 most powerful countries will meet in the very heart of the city.

You have mostly heard about us from politicians and media who want to make you afraid of us, describing us as “troublemakers” or “vandals”... However, with this letter to you we want to join hands with you since we are all subjected to the same global policies created at these summits, where the few think they can decide for all of our lives.

You are subjected to red, yellow and blue zones. You’ve seen control stations, police forces and machinery in your city before, as at the OSCE summit, and you will see even more soon. We can imagine how you feel, when your freedom of living, movement and assembly and those of your friends, neighbours and colleagues are suspended – even if only temporarily.

We also know this from our own worlds. In recent months, we’ve been hitting the roads of the US, raising up a million voices and marching in the growing resistance to Trump, asserting racial, social and gender justice against the racist, sexist, Islamophobic, homophobic, xenophobic, climate-denialist, corporate-controlled United States he is building. We know that many of you are also fighting the Right, against the AfD or autocratic rulers such as Erdogan, and that many of you share our opposition to the constant warfare exported around the world.

Often our rights to assemble – like yours – are violated in these struggles. We have fought for years to defend our planet from the threats posed by climate change and ecological crisis, from the expropriation and devastation, from the multinationals’ resource extraction and exploitation of the lands where we live. Some of us were in North Dakota to put our bodies in front of the Access Pipeline. Some of us have opposed the long- lasting violence against the Amazon rainforest – as you have fought Moorburg or against useless, expensive mega-projects like the Olympics or fought to re-communalize water and energy.

Others of us have protested against undemocratic, corrupt regimes in Brazil (35 million on general strike against Temer’s austerity this April), Russia (100 cities staged anti-corruption protests against Prime Minister Medvedev’s corruption), India (180 million workers fought Modi’s neoliberalism one day last September), China (with more than 100,000 protests each year), and South Africa (regular mass and micro protests against Zuma’s neoliberal plutocracy) – showing from below that BRICS elites are no better than the other G20 rulers.

Last year many of us met on the streets in Paris, against the elites who threaten our very lives by continuously reinforcing precarious labour and living conditions. The Loi Travail was a dramatic turning point for this process in Europe, but we also know how it feels to work at so-called mini-jobs, as millions of young people do in Germany – and we experienced how these struggles feel – for young and old – in times of a “state of emergency”. But we know this is a struggle for survival and solidarity. And you – like people everywhere – showed this by welcoming fellow citizens of the earth fleeing war, hunger and devastation, when you opened your homes and city for those in need. It is obvious ; Merkel’s dirty EU-Turkey deal against refugees represents neither you nor us.

However, we often meet bitter opposition to our rights to struggle, to assemble, to protest – from the police or the State. The governments of Hamburg, Germany and other powerful G20 states would like to silence and remove us from the public scene, so that they don’t have to hear that we are many and that we are loud, and that they don’t represent us – neither in Africa, Europe, the Americas or elsewhere in the world.

The choices that the “powerful Twenty” will discuss and propose in Hamburg in July are the same policies turning our cities into playgrounds for high-profit real estate and financial speculation ; making rents unaffordable and raising the cost of living ; pushing ordinary people out of urban centres ; making our neighbourhoods uninhabitable ; privatizing public services and common goods ; and other policies making life increasingly difficult for the great majority.

They are the real invaders and destroyers of our cities. We must defend and protect ourselves from them together !

So we ask you to open your city to us, not to be scared but to welcome us when we come to raise our collective voice for social equality, freedom and democracy. They want capitalism without democracy : we want democracy without capitalism. This is what we already demanded in Frankfurt, at the European Central Bank opening. We learned there that where the “powerful Twenty” are, and where capitalism and violence are, there can be no democracy.

When Trump, Erdogan, Putin, Temer, Modi, Zuma, Macri, Xi, May, Peña Nieto, King Salman, Merkel and the other crooks and tyrants meet, planning their next moves to exploit our lives and our territories, we must stand up to block them.

If they want a democracy-free zone in Hamburg, we want a G20-free Hamburg instead.

In solidarity with you, people of Hamburg, we will come together in July to show that there is another world, an alternative one to theirs. We will carefully respect the city and its activities, because we are really happy to come to Hamburg and visit your neighbourhoods with such lively, diverse cultures, with such a strong sense of freedom and solidarity, with such an important history of struggles for social, environmental, economic and civil rights for everyone. And we hope that we will join and come to know each other in the streets !

We are many, we are loud and we will be in Hamburg with all of you – to show the entire world and become the alternatives to today’s misery.

international@g20-2017.org

HAMBURG, PLANET EARTH, MAY 2017


À venir