24 avril 2014

Bruxelles - Belgique

LES COMPTOIRS DE LA DETTE BRUXELLOIS - LA DETTE CACHEE DE L’ECONOMIE

LES COMPTOIRS DE LA DETTE Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
BRUXELLOIS vous invitent à une présentation de : La dette cachée de l’économie

Accaparer, exploiter, coloniser ! La méthode violente utilisée pour développer la civilisation ne pouvait conduire qu’à la crise globale dans laquelle nous sommes plongés aujourd’hui.

Depuis cinq siècles les lois naturelles de la coopération et de l’entraide sont bafouées et une dette que l’on peut qualifier d’écologique s’est accumulée sans pour autant être prise en compte dans les bilans économiques. Cette dette dont personne ne parle engage le pronostic vital de l’humanité toute entière.

Eric De Ruest sera présent pour nous présenter les grandes thématiques de son ouvrage et débattre avec vous de cette dette écologique Dette écologique La dette écologique est la dette contractée par les pays industrialisés envers les autres pays à cause des spoliations passées et présentes de leurs ressources naturelles, auxquelles s’ajoutent la délocalisation des dégradations et la libre disposition de la planète afin d’y déposer les déchets de l’industrialisation.

La dette écologique trouve son origine à l’époque coloniale et n’a cessé d’augmenter à travers diverses activités :


- La « dette du carbone ». C’est la dette accumulée en raison de la pollution atmosphérique disproportionnée due aux grandes émissions de gaz de certains pays industriels, avec, à la clé, la détérioration de la couche d’ozone et l’augmentation de l’effet de serre.

- La « biopiraterie ». C’est l’appropriation intellectuelle des connaissances ancestrales sur les semences et sur l’utilisation des plantes médicinales et d’autres végétaux par l’agro-industrie moderne et les laboratoires des pays industrialisés qui, comble de l’usurpation, perçoivent des royalties sur ces connaissances.

- Les « passifs environnementaux ». C’est la dette due au titre de l’exploitation sous-rémunérée des ressources naturelles, grevant de surcroît les possibilités de développement des peuples lésés : pétrole, minéraux, ressources forestières, marines et génétiques.

- L’exportation vers les pays les plus pauvres de produits dangereux fabriqués dans les pays industriels.

Dette écologique et dette extérieure sont indissociables. L’obligation de payer la dette extérieure et ses intérêts impose aux pays débiteurs de réaliser un excédent monétaire. Cet excédent provient pour une part d’une amélioration effective de la productivité et, pour une autre part, de l’appauvrissement des populations de ces pays et de l’abus de la nature. La détérioration des termes de l’échange accentue le processus : les pays les plus endettés exportent de plus en plus pour obtenir les mêmes maigres recettes tout en aggravant mécaniquement la pression sur les ressources naturelles.
qui pèse sur chacun d’entre nous.


Le 24 avril, 20h
L’horloge du sud (Bruxelles)


À venir