Mali

La CAD-Mali exige la fin des conditionnalités liées aux prêts de Bruxelles

9 juillet 2014 par Inter de Bamako


Au cours d’une conférence de presse, la Coalition des alternatives africaines Dette et développement - Mali (CAD-Mali) a dénoncé et exigé l’annulation des conditionnalités liées aux promesses de Bruxelles et invité le gouvernement malien à suspendre le paiement de la dette extérieure.

Les responsables de CAD-Mali ont dénoncé aussi les agissements du Fonds monétaire international FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 188 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus.
(FMI) quant à l’achat de l’avion présidentiel et du marché d’achat d’équipements militaires. Pour eux, ces agissements du FMI sont une ingérence dans les affaires intérieures du Mali.

Pour ce qui est des fonds de Bruxelles, les conférenciers pensent que l’aide est composée de nombreux prêts qui vont alourdir la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque africaine de développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds européen de développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
malienne. Ils estiment que ces prêts violent la souveraineté et le droit au développement du peuple malien.

Pour obtenir l’intégralité du prêt de 46 millions de dollars du FMI, selon eux, le gouvernement malien s’est engagé en décembre 2013 à mettre en œuvre un programme d’ajustement structurel pendant trois ans (2014-2016) sous la supervision du FMI qui en évaluera son application tous les six mois. Ce qui fera dire aux responsables de la CAD-Mali que ce programme fait du remboursement de la dette extérieure du Mali la priorité absolue du nouveau gouvernement. Ils regrettent que le remboursement de l’aide soit lié à la privatisation et la libéralisation des secteurs stratégiques comme l’eau et l’énergie.

La CAD-Mali exige des partenaires techniques et financiers l’annulation des conditionnalités Conditionnalités Ensemble des mesures néolibérales imposées par le FMI et la Banque mondiale aux pays qui signent un accord, notamment pour obtenir un aménagement du remboursement de leur dette. Ces mesures sont censées favoriser l’« attractivité » du pays pour les investisseurs internationaux mais pénalisent durement les populations. Par extension, ce terme désigne toute condition imposée en vue de l’octroi d’une aide ou d’un prêt. liées aux promesses de Bruxelles ; la transformation des prêts accordées au Mali dans le cadre du PRED, en dons pour permettre au pays de relancer efficacement son économie conformément au plan Marshall Plan Marshall Ce plan a été conçu par l’administration du président démocrate Harry Truman, sous le nom de European Recovery Program. Il sera ensuite connu sous le nom du secrétaire d’État de l’époque, Georges Marshall (qui a été chef d’état-major général entre 1939 et 1945), chargé d’en assurer la mise sur pied. Entre avril 1948 et décembre 1951, les États-Unis accordent, principalement sous forme de dons, à quinze pays européens et à la Turquie une aide de 12,5 milliards de dollars (ce qui représente une somme plus de dix fois supérieure en 2020). Le Plan Marshall visait à favoriser la reconstruction de l’Europe dévastée au cours de la Seconde Guerre mondiale.  ; l’annulation de toutes les dettes illégitimes du Mali, notamment celles contractées pendant la période de transition. Elle invite aussi le gouvernement à suspendre le paiement de la dette extérieure ; se retirer du programme de Facilité de crédits (FEC) conclu avec le FMI ; impliquer le réellement les acteurs de la société civile malienne dans la planification et le suivi des fonds de Bruxelles.

La conférence de presse, animée par Issa Kamissoko, secrétaire général de CAD-Mali, Moussa Coulibaly, secrétaire général adjoint à l’information de CAD-Mali, Souleymane Dembélé, secrétaire exécutif de CAD-Mali, s’est déroulée le 26 juin dans la salle de réunion du Musée national.


Source : Inter De Bamako