Audio

La Grèce malade de ses impôts

20 avril 2015 par Eric Toussaint , France Culture


CC - MurpleJane

En Grèce, alors qu’il manquait 31 milliards d’euros dans les caisses de l’Etat avant la crise, les arriérés d’impôts atteignent 78 Milliards aujourd’hui. C’est plus que le budget de l’État. Accablés par les impôts alors que leurs revenus sont en chute libre, les Grecs sont tentés de frauder, cette fois pour survivre. La grande évasion fiscale, elle n’a pas été combattu jusqu’à maintenant. Syriza a décidé de s’y atteler, sérieusement.

Pour payer sa dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
, la Grèce a besoin de faire rentrer les impôts, mais la source est à sec. Depuis la crise, les impôts des plus pauvres ont augmenté de 337%, quand ceux des plus riches n’augmentait que de 9%. Résultat, un Grec sur trois doit de l’argent à l’Etat grec, qui lui même n’arrive plus à rembourser sa dette. Jusque là courante mais cachée, une partie de la fraude fiscale est aujourd’hui assumée, comme moyen de résister à la crise. La mise en ordre du fisc grec était pourtant l’une des missions de la task force, le groupe de travail crée par la troika en 2011, un an après le premier plan de sauvetage. C’est encore aujourd’hui une demande répétée de toutes les capitales européennes et l’un des axes majeurs de la politique que veut mener Syriza. Pour la première fois un ministre chargé de la lutte contre la corruption a été nommé. Panagiotis Nikoloudis, un ancien magistrat non membre de Syriza, veut s’attaquer à la fraude fiscale des plus riches. Chantier de longue haleine qui prendra du temps, un temps que la Grèce n’a pas, sauf à recevoir l’aide des ses créanciers européens. Mais y ont-ils vraiment intérêt ?

Reportage de Marie Viennot, réalisé par Yacine Bouzar

Journaliste interprète Thomas Jacoubi

Invité(s) :
Eric Toussaint, maître de conférences à l’université de Liège, président du Comité pour l’Annulation de la Dette du Tiers Monde (CADTM), récemment missionné par la présidente du parlement grec pour mener un audit sur la dette Grecque
Michel Vakaloulis, philosophe et sociologue, maître de conférences en Sciences Politiques à l’Université Paris 8 de Saint Denis



cadtm.org
Eric Toussaint

docteur en sciences politiques des universités de Liège et de Paris VIII, porte-parole du CADTM international et membre du Conseil scientifique d’ATTAC France.
Il est l’auteur des livres Le Système Dette. Histoire des dettes souveraines et de leur répudiation,Les liens qui libèrent, 2017 ; Bancocratie, ADEN, Bruxelles, 2014 ; Procès d’un homme exemplaire, Éditions Al Dante, Marseille, 2013 ; Un coup d’œil dans le rétroviseur. L’idéologie néolibérale des origines jusqu’à aujourd’hui, Le Cerisier, Mons, 2010. Il est coauteur avec Damien Millet des livres AAA, Audit, Annulation, Autre politique, Le Seuil, Paris, 2012 ; La dette ou la vie, Aden/CADTM, Bruxelles, 2011. Ce dernier livre a reçu le Prix du livre politique octroyé par la Foire du livre politique de Liège.
Il a coordonné les travaux de la Commission pour la Vérité sur la dette publique de la Grèce créée le 4 avril 2015 par la présidente du Parlement grec. Cette commission a fonctionné sous les auspices du parlement entre avril et octobre 2015. Suite à sa dissolution annoncée le 12 novembre 2015 par le nouveau président du parlement grec, l’ex-Commission poursuit ses travaux et s’est dotée d’un statut légal d’association sans but lucratif.

Autres articles en français de Eric Toussaint (779)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 770

Dans la même rubrique