Là-bas des barques de la mort… chalutier. Ici des bateaux de la mort.

Communiqué du 7 octobre 2015.

18 octobre 2015 par Syndicats des marins pêcheurs d’Agadir et du sud du Maroc

CC - Wikimedia

APPEL À TOUS LES MARINS :

Le 5 octobre 2015, sur le bateau LABRAR 11/269, en pleine pêche, le marin Saïd AGHROUD a perdu la vie. Une catastrophe pour sa famille, laissant sa femme et ses deux enfants, l’un âgé de 16 ans et l’autre de 10 ans, orphelins, et sans ressources.

Cet accident, survient après un autre accident survenu à Dakhla, le 15 août 2015, du palangrai, un drame qui a entrainé la mort de 12 marins.

L’exploitation sans limite des marins pêcheurs : sans sécurité, ni assistance,

Les marins dénoncent et luttent contre des conditions de travail précaire :
Le 6 octobre 2015, les marins ont refusé de travailler et ont lancé une grève de 24 heures en hommage à leur camarade Saïd AGHROUD, décédé, et en solidarité avec sa famille.

Ils ont dénoncé la tentative d’une caisse de solidarité pour faire oublier l’absence de sécurité sur le bateau.

Les marins ont réussi la grève de 24 heures avec manifestation et avancé leurs revendications :

  1. indemnisation et compensation rapide pour la famille du marin décédé, Saïd AGHROUD, et une caisse de secours rapide ;
  2. simplifier et accélérer la procédure en cas d’accident de travail pour la sécurité sociale ;
  3. défendre et exiger des outils de secours et de sécurité rapides et suffisants :
    - une équipe de sauvetage, un hôpital-bateau pour intervenir en cas d’urgence ;
    - l’amélioration des préventions sociales sous contrôle des représentants des marins ;
    - suppression de la corruption et du marché noir dans le secteur : avec contrôle de la pêche et de la feuille de décompte avec élection de délégués des marins pour superviser les déclarations ;
    - de nouvelles élections en toute transparence pour de nouveaux bureaux pour les caisses de secours qui sont actuellement dominées par les patrons et la délégation maritime ;
    - changer le statut des caisses de secours qui ne remplissent pas leur rôle.

Là-bas des barques de la mort…
Ici des bateaux de la mort.
Luttons contre l’exploitation sauvage, luttons pour une vie digne.