La campagne « On veut savoir ! » nominée pour le Prix Solidaire

28 août 2013


Chaque année, le prix Solidaire récompense une ou des personnes ou une organisation qui ont posé un acte de solidarité au cours des douze mois écoulés. Les candidats au prix sont des habitants de la Belgique ou des associations établies en Belgique. Ils sont récompensés pour une action qui a été menée à partir de notre pays.
Cette année, la campagne « On veut savoir ! » est nominée pour le Prix Solidaire. Place au vote !

La crise, c’est dur. Vous le savez probablement. C’est surtout difficile quand l’État accumule une dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
énorme qu’il doit rembourser. Car « rembourser la dette publique » revient pour beaucoup à dire « appliquer une politique d’austérité ».

En effet, on entend souvent que la dette viendrait des dépenses publiques trop importantes, d’une sécurité sociale trop chère, de services publics trop… publics, etc. Et donc les chômeurs, les pensionnés, les jeunes, les fonctionnaires, et les travailleurs en général doivent payer. Et voilà, c’est simple ! Il suffit de serrer la ceinture. Si ça ne tenait qu’au patronat et au gouvernement, l’histoire s’arrêterait là.

Cependant, c’était sans compter sur l’esprit critique du CEPAG (Centre d’éducation populaire André Genot), de la FGTB wallonne et bruxelloise et du Comité pour l’Annulation de la Dette du Tiers Monde. Ceux-ci ont voulu creuser cette histoire de dette, et ont lancé la campagne On veut savoir ! Celle-ci se veut à la fois un outil d’éducation et d’explication du mécanisme de la dette et de son origine (sauvetage des banques, fiscalité socialement injuste et mécanismes fiscaux et monétaires au service des grandes banques et des grandes entreprise), et une démarche de mobilisation pour exiger un audit indépendant de la dette. Le but est de proposer des solutions socialement justes, qui font payer les responsables et pas les victimes.

Cette initiative est donc plus que salutaire, puisqu’elle a le mérite de remettre les pendules à l’heure et de rendre accessible et compréhensible à tout un chacun la question de la dette, mais aussi de défendre les intérêts des travailleurs en ces temps de crise. D’ailleurs, si vous voulez en savoir plus, vous pouvez visionner l’excellent dessin animé À qui profite la dette ? qui, en 4 minutes, résume bien les enjeux de cette campagne. Le tout, avec les voix de Frédéric Jannin et Stefan Liberski.

Découvrez la campagne « On veut savoir ! » sur www.onveutsavoir.be

Pour découvrir la liste des nominés, suivez ce lien

Pour voter, suivez ce lien !