La clinique autogérée grecque d’Elliniko refuse un prix du Parlement européen

Les représentants du centre qualifient d’ « hypocrite » le prix offert par les institutions européennes

19 octobre 2015 par Fátima Fafatale

La clinique communautaire métropolitaine autogérée d’ Elliniko a rejeté le Prix du citoyen européen 2015 décerné par le Parlement européen. Le même Parlement dont le président, le social-démocrate allemand Martin Schulz, a menacé les Grecs de sortie de la zone euro s’ils votaient « non » au référendum, a offert cette reconnaissance au centre, qui prend en charge les patients qui ont perdu la couverture gratuite des soins, un prix que ses membres ont rejeté en disant qu’« il serait totalement hypocrite de recevoir un tel prix alors que l’Europe fait semblant de ne pas voir les bébés souffrant de malnutrition, les malades de cancer non assurés qui meurent, les histoires de familles souffrant de la faim et de personnes qui vivent sans nourriture, sans eau ni électricité pour une année de plus ".

Les membres de la clinique ont indiqué qu’ils profiteraient de leur visite à Bruxelles pour tenter de faire campagne contre le mémorandum et la politique d’austérité imposée à la Grèce. Mais, après avoir été informée, la vice-présidente du Parlement européen, Sylvie Guillaume, du Parti socialiste français, a fait annuler les billets d’avion et l’hébergement prévus pour la participation des représentants du centre à la cérémonie, prévue entre hier et aujourd’hui (15 octobre) à Bruxelles, en disant qu’elle ne trouvait pas leur participation appropriée. « L’événement et la cérémonie sont une occasion spéciale pour reconnaître tous les gagnants et ne devraient pas être utilisés à d’autres fins, et cela n’a rien à voir avec la qualité de votre action Action
Actions
Valeur mobilière émise par une société par actions. Ce titre représente une fraction du capital social. Il donne au titulaire (l’actionnaire) le droit notamment de recevoir une part des bénéfices distribués (le dividende) et de participer aux assemblées générales.
 », a-t-elle dit.

Les membres du collectif ont déclaré que le prix symbolisait la reconnaissance de « quatre ans de lutte pour une société plus juste pour les chômeurs non assurés qui ont été abandonnés par l’État grec durant la crise », mais ils ont rappelé que »ce combat est pour les trois millions de personnes en Grèce sans sécurité sociale, sans travail et dans la pauvreté la plus absolue en raison des politiques d’austérité imposées par le FMI FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 188 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus.
avec la BCE BCE
Banque centrale européenne
La Banque centrale européenne est une institution européenne basée à Francfort, créée en 1998. Les pays de la zone euro lui ont transféré leurs compétences en matières monétaires et son rôle officiel est d’assurer la stabilité des prix (lutter contre l’inflation) dans la dite zone.
Ses trois organes de décision (le conseil des gouverneurs, le directoire et le conseil général) sont tous composés de gouverneurs de banques centrales des pays membres et/ou de spécialistes « reconnus ». Ses statuts la veulent « indépendante » politiquement mais elle est directement influencée par le monde financier.
et l’UE".

Ils ont déclaré dans un communiqué après avoir appris qu’ils recevraient le prix : « Pour nous et la plupart des Grecs, l’Europe est notre maison, une maison pleine de gens compréhensifs et solidaires, c’est l’Europe dans laquelle nous croyons et que nous voulons. Malheureusement, nous avons trouvé une Europe perdue dans les engrenages bureaucratiques et les intérêts financiers. À notre grande consternation, nous voyons que la première priorité pour l’Europe est de trouver des milliards d’euros pour les banques privées alors qu’en même temps, elle impose au budget de santé grec une coupe de 50% par rapport à 2009 ».

Dans le texte, la clinique autogérée d’Elliniko cite les données de l’Institution Prolepsis sur l’appauvrissement de la société grecque : six élèves sur dix à Athènes (sur 64 écoles analysées) ont des besoins nutritionnels urgents, 11% des élèves ne possèdent pas d’assurance-maladie, 7% d’entre eux ont vécu pendant une semaine sans électricité en 2014, 1053 écoles ont bénéficié du programme d’aide alimentaire pour couvrir les besoins de base de 152 937 élèves. Le communiqué se fait aussi l’écho de l’étude du Bureau du budget du Parlement grec, selon laquelle 3,8 millions de Grecs vivent près du seuil de pauvreté (432 euros par personne) et 2,5 millions Ils sont en-dessous de ce seuil (233 euros par personne et par mois). « Cela signifie que 6,3 millions de Grecs, 58% de la population, vit près ou en-dessous du seuil de pauvreté », soulignent-ils.

Pour toutes ces raisons, le collectif affirme qu’il ne rejette pas l’Europe ou son peuple, mais qu’il se sent obligé de « tourner le dos à toutes les institutions et à tous leurs politiciens, Parlement européen inclus, qui traitent les gens comme des chiffres dans des archives comptables », attitude qui, disent-ils, « est une honte pour la civilisation européenne ».


Traduction : Fausto Guidice pour Tlaxcala.

Traduction(s)