La dette égyptienne doit prendre fin avec la chute du régime Moubarak

18 février 2011 par Nick Dearden


Les dettes égyptienne et tunisienne doivent être annulées pour que les peuples dans les rues du Caire et de Tunis puissent prendre le contrôle de leurs économies et faire en sorte que les pays occidentaux rendent des comptes.
Dans la meilleure tradition des dictateurs, Hosni Moubarak a pillé l’économie égyptienne et est parti en ayant détourné le montant astronomique de 70 milliards de dollars pendant qu’il léguait 30 milliards de dollars de dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
au peuple égyptien. Zine el Abidine Ben Ali a laissé une dette de 15 milliards au peuple tunisien alors qu’il gardait pour lui la somme plus modeste de 3 milliards de dollars. Comme d’autres régimes sont en train de vaciller, on va découvrir une multiplication d’injustices.

Les véritables créanciers de l’Egypte, de la Tunisie et d’ailleurs ne sont pas les Etats occidentaux qui ont utilisé les prêts pour mettre leurs hommes de main dans le monde arabe – mais les peuples de ces pays qui ont souffert de cette domination. L’Occident doit maintenant rembourser ces dettes en ouvrant ses livres de comptes aux yeux du public en retournant au peuple égyptien les avoirs de Moubarak et de ses amis qui ont été placés en Europe et aux Etats-Unis et en annulant ces dettes injustes à travers le monde arabe. Le peuple égyptien ne doit pas continuer à payer la note de la complicité occidentale au travers de larges remboursements.

Il est trop simple pour des dirigeants britanniques et américains d’adresser des mots chaleureux aux peuples de ces états policiers qui ont enduré corruption, torture et violations des droits humains pendant des décennies. En fait Tony Blair est celui qui a appréhendé la situation de la manière la plus honnête. Pendant que les leaders occidentaux laissaient si vite tomber Moubarak qu’on se demande comment son régime si impopulaire a tenu si longtemps, l’ancien premier ministre britannique a qualifié son allié d’autrefois comme « immensément courageux et une force du bien ».

Pour les Etats Unis et l’Europe, Moubarak était en effet un excellent client. L’Egypte a remboursé ses prêts indéniablement contractés dans les intérêts du régime plutôt que du peuple à un taux d’environ 3 milliards de dollars par an. Cet argent détourné aurait pu être utilisé pour améliorer la vie des Egyptiens ordinaires. Depuis 1981, l’Egypte a payé environ 80 milliards de dollars en remboursement du principal et des intérêts, une redistribution des Egyptiens pauvres vers les riches au niveau global.

Une partie de la dette du pays était indéniablement de nature militaire. L’Egypte recevait plus d’aide militaire des Etats-Unis que n’importe quel autre pays du monde à l’exclusion d’Israël – bien au-delà d’un milliard de dollars depuis que l’arrivée au pouvoir de Moubarak en 1981. Le gouvernement britannique a permis aux firmes britanniques d’approvisionner l’Egypte en matériel militaire à hauteur de 23 millions de livres en 2008 (37 millions de dollars), 16 millions de livres en 2009 (26 millions de dollars). Il n’y a pas de doute que cela a servi lorsque l’Egypte est devenue un des principaux centres du programme de kidnapping de la « guerre contre le terrorisme » menée par les Etats-Unis, des vols secrets et de la détention illégale et torture.
L’Egypte doit actuellement près de 100 millions de livres (160 millions de dollars) à la Grande Bretagne. Bien que le gouvernement refuse de dire sur quoi la dette est basée, nous savons qu’elle est en rapport avec les exportations britanniques via la controversée agence de crédit à l’exportation Agence de crédit à l’exportation Quand une entreprise privée du Nord obtient un marché dans un pays en développement, il existe un risque que des difficultés économiques ou politiques empêchent le paiement de la facture. Pour se prémunir, elle peut s’assurer auprès d’une agence de crédit à l’exportation, comme la COFACE en France ou le Ducroire en Belgique. En cas de problème, cette agence paie à la place du client défaillant, et l’entreprise du Nord est assurée de récupérer son dû.

Selon la déclaration de Djakarta pour la réforme des agences publiques de crédit aux exportations et d’assurance-crédit, ces agences " sont désormais la plus grande source de financement public dans le monde, elles soutenaient 8% des exportations mondiales en 1998, soit 391 milliards de dollars d’investissements principalement pour des grands contrats civils et militaires dans les pays en voie de développement. C’est bien plus que la moyenne annuelle d’aide publique au développement (...) qui avoisine 50 milliards de dollars. L’encours des agences de crédit aux exportations représente 24% de la dette des pays en développement et 56% des créances publiques détenues sur ces pays.

" L’une des principales critiques formulées à leur encontre est qu’elles sont peu regardantes sur la nature des contrats assurés (armement, mégaprojets d’infrastructure et d’énergie comme le gigantesque barrage des Trois-Gorges en Chine) ni sur leurs conséquences sociales et environnementales, apportant bien souvent leur soutien à des régimes répressifs et corrompus (comme Total en Birmanie), et soutenant implicitement des violations des droits humains fondamentaux.
(Export Credits Guarantee Department ) et largement basée sur des ventes qui ont eu lieu au début du régime de Moubarak. Ce département du gouvernement britannique à la transparence douteuse assure les affaires britanniques dans des parties « risquées » du monde – habituellement en supportant des industries d’armement, aérospatiales et de combustibles fossiles.

Le Tunisie fait face à une situation semblable – sous Zine el Abidine Ben Ali le pays a effectué des remboursements à hauteur de 40 milliards. De même, Ben Ali a servi les intérêts occidentaux en réprimant son peuple qui s’est finalement levé contre lui en janvier.

Lorsque les peuples ont commence à prendre le contrôle de leurs pays dans le passé – de l’Afrique du Sud de l’apartheid à la Bolivie, de l’Argentine à la Pologne – la dette a été utilisée comme un moyen clé pour imposer des politiques anti-démocratiques à ces pays. Ces politiques ont causé de grandes souffrances aux pauvres dans ces sociétés et ont bloqué toute avancée démocratique qui s’étendrait à la sphère économique. Si les révolutions en Tunisie et en Egypte déclenchent véritablement une nouvelle ère d’indépendance pour les peuples de ces pays et si comme cela parait probable, l’étincelle allumée en Afrique du Nord se répand dans le monde arabe, la prochaine étape serait de traîner en justice les responsables de décennies de domination brutale basée sur le pillage.

Cela implique de questionner la légitimité de la dette qui les a maintenus au pouvoir autant que d’essayer de récupérer l’argent vole par les anciens dirigeants. Il est temps pour les peuples d’Afrique du Nord de briser les chaînes de la dette qui ont contribué à écarter la liberté et le développement pour une génération.



Nick Dearden est Directeur exécutif de la Campagne dette Jubilé Royaume Uni (http://www.jubileedebtcampaign.org.uk/)

Traduction Virginie de Romanet

cadtm.org

Autres articles en français de Nick Dearden (5)

Traduction(s)