La dette publique en France et en Europe

11 mai 2012 par Pascal Franchet


C’est Helmut Schmidt qui disait « Les profits d’aujourd’hui feraient les investissements de demain et les emplois d’après-demain ». Alors, on a vu les profits, on a vu les investissements financiers, quant aux emplois, ils ont tendance à diminuer.

Il y a un discours qui dit qu’on dépense trop, qu’on vit au-dessus de nos moyens et qu’il faut absolument réduire les dépenses publiques parce qu’on ne peut pas continuer à vivre comme ça.

C’est Raffarin qui comparait la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
de l’État à celle d’un ménage. Il y a quand même une grande différence entre un État et un ménage, c’est qu’un État peut décider d’augmenter ses recettes. Quant à vous, si vous décidez que votre salaire est insuffisant, et que vous allez voir votre employeur en lui disant « Je gagne pas assez. Il faut augmenter mon salaire pour que je puisse payer mes charges », il y a peu de chances que vous ayez satisfaction, alors qu’un État peut augmenter ses impôts sans difficulté.

Qu’est-ce qu’on constate depuis les années quatre-vingt ? C’est que les dépenses de l’État sont restées quasi stables, alors que les recettes ont chuté. Ça, c’est une première cause de l’accroissement de la dette publique en France.

En 1973, Giscard d’Estaing a fait adopter une loi qui dit que la Banque de France ne peut pas prêter à l’État.
Traduction, vous êtes obligés d’aller sur les marchés financiers Marchés financiers
Marché financier
Marché des capitaux à long terme. Il comprend un marché primaire, celui des émissions et un marché secondaire, celui de la revente. À côté des marchés réglementés, on trouve les marchés de gré à gré qui ne sont pas tenus de satisfaire à des conditions minimales.
. Mais il y a un autre article dans cette loi qui dit que la Banque de France peut passer des contrats de prêt avec l’État. Donc en gros, cette loi dit un truc et son contraire. Comment on choisit ? Ben, le choix, il est politique. C’est une décision politique de n’emprunter qu’auprès
des marchés financiers avec des taux d’intérêt Taux d'intérêt Quand A prête de l’argent à B, B rembourse le montant prêté par A (le capital), mais aussi une somme supplémentaire appelée intérêt, afin que A ait intérêt à effectuer cette opération financière. Le taux d’intérêt plus ou moins élevé sert à déterminer l’importance des intérêts.
Prenons un exemple très simple. Si A emprunte 100 millions de dollars sur 10 ans à un taux d’intérêt fixe de 5 %, il va rembourser la première année un dixième du capital emprunté initialement (10 millions de dollars) et 5 % du capital dû, soit 5millions de dollars, donc en tout 15millions de dollars. La seconde année, il rembourse encore un dixième du capital initial, mais les 5 % ne portent plus que sur 90 millions de dollars restants dus, soit 4,5 millions de dollars, donc en tout 14,5 millions de dollars. Et ainsi de suite jusqu’à la dixième année où il rembourse les derniers 10 millions de dollars, et 5 % de ces 10 millions de dollars restants, soit 0,5 millions de dollars, donc en tout 10,5 millions de dollars. Sur 10 ans, le remboursement total s’élèvera à 127,5 millions de dollars. En général, le remboursement du capital ne se fait pas en tranches égales. Les premières années, le remboursement porte surtout sur les intérêts, et la part du capital remboursé croît au fil des ans. Ainsi, en cas d’arrêt des remboursements, le capital restant dû est plus élevé…
Le taux d’intérêt nominal est le taux auquel l’emprunt est contracté. Le taux d’intérêt réel est le taux nominal diminué du taux d’inflation.
plus élevés plutôt que d’emprunter auprès de la Banque de France. Si la loi de 1973 permet à l’État d’emprunter aux marchés financiers, elle ne l’oblige pas. On a eu la même loi en 1936, juste avant le Front populaire. Comme il y a eu le Front populaire, cette loi n’a pas été appliquée.

Le 24 mars 2012
Lyon, Bourse Bourse La Bourse est l’endroit où sont émises les obligations et les actions. Une obligation est un titre d’emprunt (l’émetteur la vend à l’acheteur qui doit la rembourser à un taux et une échéance déterminés) et une action est un titre de propriété d’une entreprise. Les actions et les obligations peuvent être revendues et rachetées à souhait sur le marché secondaire de la Bourse (le marché primaire est l’endroit où les nouveaux titres sont émis pour la première fois). du Travail
Un événement CAC69 (Collectif d’audit citoyen du département du Rhône)

Voir l’entièreté de la conférence en vidéo sur le site http://www.kestmedia.net/. Conférence de Pascal Franchet 10/05/2012



Retranscription KesTmedia
Communication/Production/Réalisation/Diffusion]
04 72 842 286
contact chez kestmedia.net
http://www.kestmedia.net/

Pascal Franchet

Président du CADTM France