Le CADTM Afrique félicite le Peuple burkinabè

Communiqué de presse

7 novembre 2014 par CADTM Afrique


Communiqué de presse : Le CADTM Afrique félicite le Peuple burkinabè pour son soulèvement courageux et sa détermination à mettre fin aux 27 ans du régime mafieux et corrompu de Blaise Compaoré.

Le CADTM s’inquiète de l’évolution de la situation et dénonce les tentatives de confiscation du pouvoir par les anciens du régime défunt et leurs alliés stratégiques.

Le CADTM assure tout son soutien au peuple burkinabè qui a fait preuve d’audace et est désormais libre et souverain. Le CADTM Afrique s’incline respectueusement devant la mémoire des martyrs de ces journées de gloire, présente ses condoléances aux familles et souhaite un prompt rétablissement aux blessés.

Il appartient désormais aux Burkinabè de décider librement du devenir du pays. C’est l’action Action
Actions
Valeur mobilière émise par une société par actions. Ce titre représente une fraction du capital social. Il donne au titulaire (l’actionnaire) le droit notamment de recevoir une part des bénéfices distribués (le dividende) et de participer aux assemblées générales.
insurrectionnelle du peuple qui a abouti à la chute de Blaise Compaoré. C’est fort de cela qu’il doit continuer à assumer la direction de la lutte, dans la concertation souveraine et la cohésion des forces sociales, politiques et militaires patriotiques.

Le Burkina montre aujourd’hui aux dirigeants dictateurs que ni leur majorité parlementaire cooptée à l’Assemblée nationale, ni les lois votées grâce à une majorité mécanique mercantilisée, ni la présence de troupes étrangères sur leur sol ne peuvent faire face à la détermination d’un peuple opprimé.

Le dictateur Blaise Compaoré s’est maintenu au pourvoir par des assassinats d’opposants et par son rôle de gendarme dans les conflits et guerres de déstabilisation en Afrique de l’Ouest.

Contrairement au Président Thomas Sankara, le combattant du front Africain contre la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
, Blaise Compaoré a été l’élève modèle du FMI FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 188 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus.
et de la Banque mondiale Banque mondiale
BM
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) a été créée en juillet 1944 à Bretton Woods (États-Unis), à l’initiative de 45 pays réunis pour la première Conférence monétaire et financière des Nations unies. En 2011, 187 pays en étaient membres.

Créée en 1944 à Bretton Woods dans le cadre du nouveau système monétaire international, la Banque possède un capital apporté par les pays membres et surtout emprunte sur les marchés internationaux de capitaux. La Banque finance des projets sectoriels, publics ou privés, à destination des pays du Tiers Monde et de l’ex-bloc soviétique. Elle se compose des cinq filiales suivantes :
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD, 189 membres en 2017) octroie des prêts concernant de grands secteurs d’activité (agriculture et énergie), essentiellement aux pays à revenus intermédiaires.
L’Association internationale pour le développement (AID, ou IDA selon son appellation anglophone, 164 membres en 2003) s’est spécialisée dans l’octroi à très long terme (35 à 40 ans, dont 10 de grâce) de prêts à taux d’intérêt nuls ou très faibles à destination des pays les moins avancés (PMA).
La Société financière internationale (SFI) est la filiale de la Banque qui a en charge le financement d’entreprises ou d’institutions privées du Tiers Monde.
Enfin, le Centre international de règlements des différends relatifs aux investissements (CIRDI) gère les conflits d’intérêts tandis que l’Agence multilatérale de garantie des investissements (AMGI) cherche à favoriser l’investissement dans les PED. Avec l’accroissement de l’endettement, la Banque mondiale a, en accord avec le FMI, développé ses interventions dans une perspective macro-économique. Ainsi la Banque impose-t-elle de plus en plus la mise en place de politiques d’ajustement destinées à équilibrer la balance des paiements des pays lourdement endettés. La Banque ne se prive pas de « conseiller » les pays soumis à la thérapeutique du FMI sur la meilleure façon de réduire les déficits budgétaires, de mobiliser l’épargne interne, d’inciter les investisseurs étrangers à s’installer sur place, de libéraliser les changes et les prix. Enfin, la Banque participe financièrement à ces programmes en accordant aux pays qui suivent cette politique, des prêts d’ajustement structurel depuis 1982.

TYPES DE PRÊTS ACCORDÉS PAR LA BM :

1) Les prêts-projets : prêts classiques pour des centrales thermiques, le secteur pétrolier, les industries forestières, les projets agricoles, barrages, routes, distribution et assainissement de l’eau, etc.
2) Les prêts d’ajustement sectoriel qui s’adressent à un secteur entier d’une économie nationale : énergie, agriculture, industrie, etc.
3) Les prêts à des institutions qui servent à orienter les politiques de certaines institutions vers le commerce extérieur et à ouvrir la voie aux transnationales. Ils financent aussi la privatisation des services publics.
4) Les prêts d’ajustement structurel, censés atténuer la crise de la dette, qui favorisent invariablement une politique néo-libérale.
5) Les prêts pour lutter contre la pauvreté.
Site :
 : celui qui a payé les dettes odieuses et illégitimes, celui qui a appliqué à la lettre les réformes économiques préconisées par les institutions financières internationales et celui qui a plongé la population dans la plus grande pauvreté. Il appartient désormais au peuple burkinabè de retrouver sa souveraineté populaire !

Tirant les leçons des pays voisins, le CADTM Afrique exhorte le peuple du Burkina Faso à refuser toutes les tentatives de restauration en réclamant une transition pour le changement dirigée par les forces de changement.

Le CADTM encourage le peuple du Burkina à reprendre le chemin initié par Thomas Sankara dans la lutte contre la dette.

« La dette, sous sa forme actuelle, contrôlée, dominée par l’impérialisme, est une reconquête savamment organisée pour que l’Afrique, sa croissance, son développement obéisse à des paliers, à des normes qui nous sont totalement étrangères, faisant en sorte que chacun de nous devienne l’esclave financier c’est-à-dire l’esclave tout court de ceux qui ont eu l’opportunité, la ruse, la fourberie de placer les fonds chez nous avec l’obligation Obligations
Obligation
Part d’un emprunt émis par une société ou une collectivité publique. Le détenteur de l’obligation, l’obligataire, a droit à un intérêt et au remboursement du montant souscrit. Il peut aussi, si la société est cotée, revendre son titre en bourse.
de rembourser (...) La dette ne peut pas être remboursée parce que d’abord si nous ne payons pas, nos bailleurs de fonds ne mourront pas. Soyons-en sûrs. Par contre si nous payons, c’est nous qui allons mourir. Soyons-en sûrs également. » 
Thomas Sankara, le 29 juillet 1987.

  • Le CADTM se met au service du peuple burkinabè pour le soutenir dans une démarche d’annulation immédiate et sans condition de la dette publique du Burkina Faso, en hommage à Thomas Sankara ;
  • Le CADTM rappelle que la lumière doit être faite sur l’assassinat de Thomas Sankara et réitère son soutien à la campagne « Justice pour Thomas Sankara, justice pour l’Afrique » ;
  • Le CADTM appelle à la mise en place d’une assemblée constituante pour assurer la période transitoire ;
  • Le CADTM appelle les peuples d’Afrique à emprunter la voie ouverte par le peuple burkinabè pour lutter contre toutes les formes d’injustice et d’oppression, et pour que l’Afrique soit enfin libérée.

Bamako, le 07 novembre 2014
Le Groupe de coordination du Réseau CADTM Afrique



cadtm.org
CADTM Afrique

SECRETARIAT RESEAU CADTM AFRIQUE, CAD-Mali Djélibougou Rue : 326 Porte : 26 - BP. 2521 Bamako - Mali - Tél./Fax : 20 24 01 34 / E-mail : secretariatcadtmafrique chez gmail.com